Pour l’écologie et pour les Verts, rien ne va plus

Avec la crise économique, l’écologie, politique ou économique, n’intéresse plus les masses…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour l’écologie et pour les Verts, rien ne va plus

Publié le 17 janvier 2012
- A +

L’écologie, ça eût payé. Mais ça ne paye plus. À mesure que la crise économique prend rapidement de l’ampleur et commence à toucher les individus, les yeux s’écarquillent et les attitudes de consommation changent assez naturellement : oui, tout semble indiquer que pour faire de vraies économies d’énergie, rien de tel qu’une bonne récession carabinée…

On le sait : on va manquer de pétrole. On va manquer de métaux. On va manquer de bois, d’air pur et d’eau potable. Puisque notre consommation ne fait qu’augmenter et que notre planète est finie, nous allons évidemment atteindre un plafond. À la suite de quoi, tout le monde va mourir dans d’atroces souffrances. C’est inévitable.

À moins bien sûr qu’on fasse ici et maintenant des efforts extrêmement importants, flagellation incluse, de réduction de notre consommation. Fini les téléphones portables, fini les ordinateurs branchés sur internet, ce qui m’évitera de lire les commentaires outrés des écolos bobos qui ne pourront pas, sous peine de passer pour de gros hypocrites incohérents, se brancher sur internet pour y déverser leurs remarques idiotes à la suite de ce billet. Fini les voitures à pétrole. Il n’y aura plus que des voitures électriques, dans leur version civico-partageuse, ou avec des pédales, pour les plus acharnés d’entre nous qui ne supportent plus d’aller du point A au point B sans suer à grosses gouttes. Et pour nous assurer de la bonne fin de ces Technologies du Malin, il FAUT que l’Etat intervienne.

Et puis en plus, comme vous le savez tous, le fait de faire des efforts, de brûler du pétrole et d’utiliser des machines pour faire un travail autrement pénible, c’est aussi favoriser le rejet de plein de dioxyde de carbone, qui, comme c’est scientifiquement prouvé, est un gros méchant poison vilain qui pollue beaucoup et, toujours aussi scientifiquement prouvé, provoque un effet de serre qui réchauffe l’atmosphère. Et comme l’Homme réchauffe la Terre (c’est prouvé, je vous dis, ne discutez pas), on doit arrêter nos bêtises illico presto. Il FAUT que le gouvernement intervienne.

Ces messages, relayés ces dernières années par des armées de socialistes camouflés en écologistes avec la foi inébranlable chevillée au corps, sont en train de perdre de leur substance. Il n’y a plus, en fait, réellement besoin d’imposer une diminution des dépenses énergétiques humaines, l’Humanité est justement en train de se calmer un bon coup suite à une crise économique sans précédents.

Et individuellement, chacun se rend bien compte qu’installer, maintenant, une éolienne dans son champ ou des panneaux photovoltaïques sur son toit, c’est bien joli (encore qu’esthétiquement, on puisse en discuter), mais non seulement, ça ne rapporte pas des masses, mais en plus, … ça coûte un pont.

Chaque consommateur, devant une crise qui touche son salaire, ses clients, ses finances personnelles, doit donc couper dans le superflu, justement comme le demandent les décroissantistes les plus furieux. Ça tombe bien, finalement.

Enfin, pas tant que ça puisqu’en définitive, le superflu, c’est — ô stupeur — tout ce fatras techno-écolo de plaques photovoltaïques et de moulins à vent : les ventes d’éoliennes s’effondrent, les panneaux solaires ne se vendent plus, et les entreprises qui les fabriquent licencient à tour de bras (et je ne parlerai pas de Photowatt ici, je l’ai déjà fait là).

Il faut se résoudre une fois de plus à l’évidence : l’écologisme de combat, tel que pratiqué en Europe avec des pelletées de subventions pour forcer le consommateur à s’équiper de technologies non rentables, polluantes et inefficaces, ça ne marche pas. Et ça ne marche pas d’autant plus que tout le monde commence à manquer d’argent et doit donc faire des choix de plus en plus drastiques.

Eva Joly, une candidate sympathique & dynamique

Cette crise fournit d’ailleurs un éclairage nouveau et inattendu sur la campagne électorale d’Europécologiléverts, que l’adjectif calamiteux habille du reste pas trop mal. En effet, malgré ses efforts incessants, Efa Choly, dont on n’a pas le droit de se moquer de l’accent parce que sinon on est un gros facho, enfile actuellement des propositions toutes plus consternantes les unes que les autres.

On pourrait croire que notre écolo-ninja, complètement perdue pour la science et la politique, lance ainsi des bouées à la mer afin de faire buzzer une candidature qui peine à rassembler 3% de gogos. Pour buzzer, ça buzze, mais globalement, elle passe pour une mamie acariâtre un peu gâteuse qui sort des énormités dans un repas de famille déjà fort agité. Bref : c’est le bide.

Devant l’aspect systématique des propositions ridicules et des bides qu’elle s’enfile ainsi sans sourciller, j’ai cependant l’impression que tout ceci est, pour ainsi dire, préparé. Tout se passe en effet comme si le parti écorigolo avait décidé que, vu les contre-performances de Hollande, chaque voix devait se rassembler autour du candidat PS, quitte à laisser la mamie en roue-libre ; une fois la spécialité fromagère élue, en échange, les écolos gagneraient quelques ministères et, à la clef, les habituelles sinécures aux bons camarades qui ont oeuvré dans l’ombre.

Rien n’empêche même d’imaginer que les dirigeants du parti aient sciemment choisi la nordique guerrière pour renforcer le pouvoir d’une Cécile Duflot largement épargnée par la campagne présidentielle et donc conséquemment bien plus facile à caser pendant les législatives qui suivront. Du reste, l’abandon en rase campagne n’est même pas à écarter. Tout sera donc affaire de dosage : ni trop, ni trop peu d’électeurs pour éviter de casser le levier pour obtenir un maroquin…

Ce genre de petites magouilles n’est en effet absolument pas hors de portée d’un parti dont tout montre qu’il est rentré dans le rang des partis politiques parfaitement traditionnels, avec manoeuvres politiciennes à deux francs, coups bas, magouilles plus ou moins ouvertes et hypocrisie de rigueur (pour rire, rappelez-vous du Vélo de Mamère). On trouve même des tendances mafieuses dignes de certains syndicats, comme en témoigne le petit article suivant du Figaro où l’on découvre que l’intimidation et les menaces de mort, pour éviter toute transparence dans les comptes, sont finalement parfaitement intégrés aux habitudes du mouvement.

Non, décidément, pour l’écologie en général, et pour les Verts en particulier, rien n’est simple. Toute cette crise ramène trop de gens à se poser la question fondamentale : a-t-on réellement besoin des écolos pour nous dire d’économiser ?
—-
Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Sacré Mamère… Sans déconner, il nous manque pas. Choly, elle, ne nous a jamais fait rire. Je regrette le temps de Georges Marchais qui nous faisait rire autant par sa gouaille que par ses positions politiques staliniennes. Même Arlette nous faisait rire, tant on était en plein Zola en l’écoutant balancer ses lancinantes rengaines.

    Mais voilà, aujourd’hui, y’en a même plus un seul qui nous fasse rire. Efa Choly pourtant, avec son accent, ses lunettes coluchesques, son nez rouge, essaie bien, mais rien à faire, elle ne nous fait même pas rire. Qu’importe : même si elle ne fait pas ses 3 %, elle continuera sous le gouvernement Bayrou ou Hollande à recevoir les subventions de l’Etat. Donc, aucun souci à se faire, et elle n’a même plus d’efforts à fournir pour ressembler à un clown… qu’elle est déjà, tel le clown triste de bernard Buffet !

  • La crise ne ramène personne aux dures réalités, en tous cas pas ceux qui ont décidé que la France serait équipée d’énormes parcs éoliens, comme en Mer des Deux Côtes (Projet piloté par la Compangie du Vent, on ne rit pas !).
    De 2,5 à 10 milliards, le champ éolien offshore.

    http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/01/26/la-france-doit-elle-miser-sur-leolien-offshore/

    La récente mini-tempête a montré que les pales pendaient lamentablement, quand ce n’est pas toute l’éolienne qui est détruite.
    En voici la preuve :

  • des écolos j’en connais pas mal ; et je me suis apperçu que ces gens là étaient écolos comme moi je suis cosmonaute ;ce sont des petits bourgeois qui ne font pas plus d’éffort que d’autres pour se battre contre la pollution , la consommation excéssives de l’électricité , à croire que chez eux c’est gratuit ,qui consomme et gaghent à tout va …..bref , du cinéma que leur grandes paroles ;

    • C’est marrant, je connais un vrai écolo, docteur en recherche au CNRS ; la dernière fois que je l’ai vu (il y a environ 20 ans), il présentait sa thèse sur l’atmosphère terrestre ; à ma question « Quid de l’influence du trou dans la couche d’ozone sur les cancers de la peau ? » (thèse avancée par les branleurs de greenpeace à l’époque), il m’avait alors répondu en vrai scientifique :
      « Eh ben Alain, l’ozone qui nous protège des UV du soleil n’est pas l’ozone stratosphérique où se trouve le trou, mais l’ozone contenu dans l’atmosphère où nous respirons ; en conclusion, je ne sais pas vraiment le rôle de cet ozone stratosphérique, en dehors du fait qu’il existe ».
      Cet ami, de fait, n’a jamais soutenu aucun parti politique se réclamant de l’écologie…

      • « C’est marrant, je connais un vrai écolo, docteur en recherche au CNRS »
        ——————–
        C’est marrant, je connais 2 couples de vrais écolos : ils ne prennent jamais l’avion, ils n’ont pas de voitures, quand ils se déplacent, c’est uniquement à vélo et si d’aventure, ils vont loin (c’est à dire au maximum à Paris), c’est le train puis les transports en commun. Ils ne partent jamais en vacances très loin. Seul le mari travaille pour réduire au max les frais de transport. La femme s’occupe de la maison et surtout du jardin pour les légumes. D’ailleurs, tout ce qui fruit et légumes, ils n’achètent JAMAIS à l’étranger. Uniquement des produits du marché local.

        Niveau électricité, c’est le strict minimum, pas de frigo mais juste un garde manger (!), pas de lave-vaisselle, même la lessive, c’est à la main (!) et surtout pas de micro-onde. Les gadgets électroniques comme magnétoscope, chaine hifi, ordinateur, appareil photo ou caméscope, ils n’y pensent même pas ! En hiver, ils se chauffent au minimum et au bois ou au charbon (!) pour économiser au max l’électricité.
        Ils n’utilisent que des produits bio et naturel, tissu en lin et coton, savon de marseille… pas de plastique, emballage, film alu ou autres produits superflus, encombrant et énergivore. Ils n’achètent que le strict nécessaire, que ce soit meuble de maison, vêtement ou nourriture.

        Ces deux couples là, des vrais champions de l’économie d’énergie, je les connais très bien puisque ce sont… mes grands-parents.

  • Sans parler du fond, comment peut-on se présenter à l’élection à la présidence de la République, sans même maîtriser la langue de ce pays ? C’est sûr, le ridicule ne tue pas toujours… sinon….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

Affiche sur laquelle est marqué : "there is no planet B"
3
Sauvegarder cet article

Le vandalisme se verdit pour paraître acceptable. Si les militants écologistes se sont longtemps vantés d’être non-violents, la multiplication des discours anxiogènes a conduit certaines personnes à radicaliser leurs moyens d’action.

 

Sabotez, il en restera toujours quelque chose...

En octobre 2020, le mouvement La Ronce appelait ainsi à multiplier les actions ciblées de sabotage à petite échelle telles que le débouchage de bouteilles dans les rayons de magasin, crever les pneus des SUV (véhicules utilitaires sport)… pour ... Poursuivre la lecture

photo de Jean-Marc Daniel
10
Sauvegarder cet article

Jean-Marc Daniel qualifie de « pagano-gauchistes » tous ces mouvements qui se disent écologistes et sont en réalité « sans nuances », ne faisant que promouvoir un vieil anti-capitalisme qu’ils tentent de recycler, les idées marxistes du XXe siècle ayant perdu de leur superbe à la suite de la chute de l’URSS.

Selon nombre d’entre eux, au capitalisme devrait être substitué une « société frugale et égalitaire reposant sur de multiples contraintes et sur la restriction des libertés et des possibilités de production ». Par exemple Naomi Kle... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles