Le PLD annonce officiellement qu’il soutiendra Bayrou

Publié Par Contrepoints, le dans Politique

Le Parti Libéral Démocrate (PLD) annonce dans un courriel officiel que ses adhérents ont validé le soutien à la campagne présidentielle de François Bayrou proposé par Aurélien Veron, président du PLD et Arnaud Dassier, récent transfuge de l’UMP devenu vice président du PLD. Cette décision de rallier la campagne de François Bayrou a fait l’objet de débats et d’un vote parmi les adhérents. Plusieurs personnalités du PLD notamment son premier conseiller Daniel Toure, s’étaient prononcés contre cette proposition.

Le vote s’est déroulé dimanche et lundi matin. D’après nos informations se sont exprimés 56% des inscrits, ont voté :

  • Oui 62% des exprimés soit 35% des inscrits,
  • Non 34% des exprimés soit 19% des inscrits,
  • Blanc 5% des exprimés soit 2% des inscrits.

 

 

Laisser un commentaire

  1. Bon et bien comme ça c’est clair, je n’adhérerai jamais au PLD, j’attendais le résultat pour voir…

    Il serait tant que naissent un vrai mouvement libertarien qui ne se vendent pas dans le but « d’exister » ou de sois disant « peser ». Soutenir un candidat très ouvertement anti-libéral, je trouve que c’est lamentable.

  2. Grotesque, et pire, nuisible à tous les libéraux, puisque le PLD n’arrêtera sans doute pas de se réclamer de la défense de la liberté.

    Comme si les « libéraux » en manque de mandats n’avaient pas déjà assez vendu leu fion (et hypothéqué celui des autres). Comme si nos idéaux n’avaient pas encore assez été détourné par ceux qui s’y opposent.

    Et tout ça pour quoi ? Pour un strapontin sur un radeau, à la troisième place de la présidentielle (devant Sarkozy et derrière Lepen, selon ce qui se profile) ? Dans un parti sans le moindre poids parlementaire ? Folie. Folie furieuse.

  3. Les amis…..RESSAISISSEZ-VOUS ! L’espoir n’est pas perdu ! Il existe bel et bien et pour l’heure il s’appelle « Christophe Vincent », le candidat à la présidentielle 2012 de « tous les libéraux et libertariens prêts à le soutenir » : qu’attendez-vous donc ? REJOIGNEZ-NOUS VITE !! La création de ce « vrai parti libertarien » que certains ici appellent de leurs voeux, elle « passe sûrement par lui » !

    En tout cas, jugez-là « ici » sur pièce :

    Premier article de presse de Christophe Vincent (sous vos applaudissements s’il vous plaît Messieurs-dames !) :

    http://www.ndf.fr/poing-de-vue/16-01-2012/christophe-vincent-candidat-libertarien-a-la-presidentielle-2012#.TxQan4GYRgd

  4. Beaucoup d’entre vous critiquez aujourd’hui le choix du PLD et vous précisez que vous ne rejoindrez jamais le PLD. C’est votre choix et je peux le comprendre mais néanmoins une question me vient !

    Puisque le PLD n’est pas « assez » libéral, qu’attendez-vous pour le changer de l’intérieur ? Cela fait presque 4 ans maintenant que nous essayons de créer une dynamique politique libérale sans hélas beaucoup de succès jusqu’à maintenant.

    Je sais ce que vous allez me répondre : Que la politique ne sert à rien et qu’il faut gagner le combat des idées ! Moi je pense que les idées sont certes importantes mais aussi que l’action est le bras armé de la réflexion.

    Alors plutôt que de nous diviser et de nous faire des procès pour savoir qui est le plus libéral, travaillons ensemble de manière complémentaire, chacun dans son rôle, sans polémiques stériles afin de faire gagner nos idées !

    1. En ce qui me concerne, loin de moi l’idée d’un « procès » pour savoir qui est le plus libéral.
      Les articles écrits par (entre autres) par Aurélien Veron ou M. Benard sont bel et bien inspirés du libéralisme. Donc, je ne mets pas en doute leurs convictions profondes.
      Néanmoins, le soutien à Bayrou qui est un anti-libéral notoire (un de plus) me parait être un bien mauvais calcul : ce serait un calcul pourquoi pas intéressant si le PLD avait une notoriété conséquente qui permettrait alors à ses dirigeants de pouvoir négocier le programme politique de Bayrou, mais ce n’est pas le cas.
      Donc, ce choix politique va avoir deux conséquences à priori prévisibles :
      1°) la perte de toute crédibilité politique de ces dirigeants aux yeux de nombreux libéraux, adhérents ou non du PLD.
      2°) en cas de victoire (et c’est loin d’être fait !) de Bayrou à la présidentielle, un poids politique inexistant des éventuels libéraux « élus » et donc un avalement de ces derniers par la machine MODEM.

      Enfin, mettez-vous à la place de Bayrou qui est crédité de 15 % dans les sondages : vous croyez vraiment qu’il va accorder la moindre importance aux membres du PLD qui ne pèse rien pour le moment ?

      Regardez donc Bernard Kouchner, « embauché » par Mitterand, non pas pour ses idées sur la légalisation des drogues, mais simplement parce qu’il était un excellent orateur. Exit Kouchner le libéral, bienvenue Kouchner le socialiste !

      Vous parlez d’action : soit, mais en quoi un Aurélien Veron ou un Vincent Bénard, une fois encadrés par le Modem au pouvoir auront-ils la moindre liberté d’action ou de parole ?

      Pour les simples libéraux que nous sommes, il y a une équation qui nous parait largement évidente dans les faits :

      Sarkozy = Hollande = Bayrou = les autres = même combat, entre autre anti-libéral. Et vous ne nous l’ôterez pas de la tête.

      A côté de ça, je n’entends aucun de vous parler ou faire mine de s’intéresser à la candidature (certes faible pour le moment) de Christophe Vincent. Dans ce cas, permettez que nous ne soyons pas du tout d’accord avec la position du PLD !

    2. Déjà en 2007, Bayrou a soutenu Royal. Le PLD avait déjà soutenu Bayrou. Le PLD rejoint ensuite le NC, intégré dans l’UDI de Borloo, ça ne leur suffit pas pour comprendre ? Je pense que les derniers libéraux qui ont encore envie de se battre ont rejoint le Mouvement des Libertariens.

  5. Si je me souviens bien il y avait eu du suif entre la team rocket d’AL et ceux qui allaient devenir les dissidents fondateurs du PLD à propos du soutien d’AL à Bayrou. Et voilà que les dissidents repiquent au jus.

    C’que c’est fun la politique libérale française !

    Et vous voudriez être pris au sérieux par le corps électoral !

  6. C’est sidérant… Quand on pense que l’écueil dont pâtit peut-être le plus l’image du libéralisme est la confusion sémantique, imposant aux libéraux, si minoritaires, un combat titanesque pour expliquer que la pensée qu’ils défendent n’est pas ce que l’on entend d’elle presque partout, voici que le PLD décide de soutenir un anti-libéral qui a clairement déclaré : « Le modèle libéral est un modèle matérialiste. C’est un modèle qui accepte et même qui recherche et qui justifie la marchandisation de la vie humaine, de la conception jusqu’à la mort. […] Pour nous, pour la France et pour l’Europe, nous n’acceptons pas ce modèle matérialiste. » Et le PLD ose nous parler de « réalisme politique » ? Mais c’est bien là le problème : ce n’est pas aux idées d’un Bastiat, d’un Mises ou d’un Hayek qu’il fait du tort — elles existent sans lui, merci pour elles ! — ; c’est justement à la progression politique du libéralisme qu’ils portent un coup.

      1. Bien sûr que si :

        - le libéralisme ne se résume pas aux questions matérialistes comme l’économie ; la liberté de choix moraux est tout aussi importante – et même fondamentale, car à part pour les anomistes (pour qui la notion de choix n’a aucun sens), les choix économiques découlent des choix moraux (ce qui n’interdit pas d’être con, et de choisir ce qui est mal pour soi – encore heureux) ;

        - quand bien même, sur le verset matérialiste (ie l’économie, les taxes, …), la marchandisation de la vie humaine est tout à faite opposée au libéralisme ; la première des libertés, c’est de disposer de SON propre corps comme on le SOUHAITE ; et par extension, de ce que son corps produit ; et par corrolaire, on ne peut qu’accorder cette liberté aux autres également : il n’est nulle question de transformer les gens en esclaves, tout au contraire.

        Mordre à l’hameçon que Bayrou pose, c’est affirmer que « la liberté, c’est l’esclavage », c’est affirmer qu’il vaut mieux être infantilisé et engraissé (quand bien même ce qu’on engraisse, c’est le bétail qu’on cherche à vendre), plutôt qu’autonome et responsable de son sort ; ce qui serait un peu fort de café (enfin, pour un libéral, j’entends ; pour un socialo-étatiste, c’est une toute autre affaire, certes).

  7. Franchement j’aime bien les idées du PLD. Mais la décision de soutenir Bayrou, c’est une aberration. Bayrou c’est le type qui s’est allié avec Royal entre les deux tours de la présidentielle 2007. A mon sens, c’est impardonnable et le PLD commet un contresens en le soutenant. Je crains que l’on ne soit plus dans le domaine des idées et du combat politique mais dans la stratégie personnelle de certains dirigeants. Ca me rappelle soudainement pourquoi je déteste autant les partis et le militantisme, qui au fond ne sont que les appareils mis en place pour le profit de quelques uns.