Appel au soutien de la candidature de François Bayrou par le PLD

Le bureau du PLD et son président Aurélien Véron justifient leur position quant au soutien de la candidature de François Bayrou

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo du PLD Parti Libéral Démocrate (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Appel au soutien de la candidature de François Bayrou par le PLD

Publié le 14 janvier 2012
- A +

Le soutien à la candidature de François Bayrou fait débat au sein du PLD. En contrepoint de la tribune de Daniel Tourre, Guillaume Nicoulaud et de trois conseillers nationaux, parue hier dans nos colonnes, Aurélien Véron nous a adressé la réponse du bureau du PLD et de 10 conseillers nationaux, que nous publions afin d’offrir un beau débat contradictoire à nos lecteurs. Les membres du PLD sont appelés à voter à propos de ce soutien ce week-end.

Le débat sur le soutien à la candidature de François Bayrou à la présidentielle touche à sa fin. Les membres du Parti Libéral Démocrate vont être amenés à trancher ma proposition par le vote ce week-end. L’animation des échanges confirme, pour ceux qui ne le savaient pas, que la démocratie est aussi tonique chez les libéraux que dans les autres partis politiques. Ce choix n’est pas qu’un choix pour la présidentielle, c’est une stratégie qui s’inscrit dans une recomposition d’un centre fort et indépendant.

Plusieurs conseillers nationaux ont exprimé publiquement leur opposition à ce choix dans une position « indépendantiste ». Leur tribune soulève des points importants qui ne me semblent pas antinomiques avec un engagement à soutenir ce candidat. Je leur accorde que le discours des libéraux intéresse le public. Pour autant, les textes ne suffisent pas à créer une dynamique de parti, ni à faire peser nos idées dans le débat politique. Des auteurs autrement plus populaires comme Nicolas Baverez ou feu Jacques Marseille n’ont jamais eu d’impact sur nos gouvernants. Voulons-nous rester un club de blogueurs avertis ?

Qu’avons-nous en face de nous ? L’horloge idéologique de François Hollande s’est arrêtée en 1981. La politique brouillonne et hyper interventionniste de Nicolas Sarkozy a largement contribué à mettre le pays dans l’état où il se trouve aujourd’hui. Il est évident qu’aucun des deux n’est en position de s’attaquer à la transformation en profondeur de notre modèle économique et social. Au contraire, François Bayrou est le leader politique le plus ouvert aux solutions nouvelles, et le moins enfermé dans un appareil politique sclérosé comme le PS et l’UMP. François Bayrou n’est pas libéral, c’est un fait. Mais il est le plus lucide des candidats, et plusieurs de ses thèmes forts, comme celui de la dette, nous rassemblent.

François Bayrou est aussi le candidat le mieux placé pour faire sauter le verrouillage du système politique français depuis plus de 30 ans, et instaurer une dose de proportionnelle. Ce sont les deux conditions qui ouvrent des perspectives à notre mouvement et à nos idées portées par une nouvelle génération de talents issus de la société civile. Nous avons une chance historique de pouvoir briser le carcan rétrograde qui étouffe les Français depuis plusieurs décennies. Ce projet-là doit être celui de tous les libéraux engagés dans l’action politique qui ont l’ambition de faire basculer le scrutin en 2012. Ensemble, sanctionnons le PS et l’UMP, et oxygénons avec nos idées la démocratie française.

Comme les libéraux, François Bayrou a choisi de préserver sa ligne depuis 2007, avec pour conséquence un isolement indéniable. Entouré de vétérans de la politique, il sait qu’il a besoin de réseaux comme les nôtres pour mieux comprendre les préoccupations des nouvelles générations que nous représentons. Et sans lesquelles il ne peut gagner. Je ne doute pas que nos talents sauront trouver leur place dans son équipe de campagne, et orienter son projet dans un sens convenable. Nous ne ferons pas de Bayrou un libéral pendant la campagne. Mais nous ne serons pas loin pour accompagner de nos commentaires et de nos propositions la crise terrible dans laquelle nous glissons doucement. Soyons efficaces, notre travail sera reconnu.

L’élection de 2012 est un scrutin à 4 temps. François Bayrou aura besoin de candidats pour défendre sur le terrain sa propre candidature en avril. Par conséquent, le centre qu’il reconstruit investira un nombre conséquent de nos candidats dans des circonscriptions françaises et de l’étranger. Qui peut douter que leur profil (jeunes, femmes) et leur ancrage local n’en feront pas d’excellents promoteurs de Bayrou en avril, et des candidats de choc en juin ? Une telle dynamique nous promet une croissance forte dans les prochains mois, et des moyens financiers supplémentaires pour assurer notre développement dans les prochaines années. Déjà, un certain nombre de candidats libéraux venus d’horizons divers se sont manifestés auprès de nous pour s’engager au Parti Libéral Démocrate. Ils n’attendent que la confirmation du soutien à Bayrou pour se joindre à nous et faire de notre parti un acteur incontournable de l’échiquier politique.

Soyons fous et imaginons la suite. Si nous soutenons François Bayrou sans sacrifier notre ligne, dans une démarche de rassemblement respectueuse des valeurs de chacune de ses composantes, c’est aussi avec l’espoir de gagner. Nous savons que le scénario d’une victoire de Bayrou est possible. Nous mettrions alors fin à dix années de malédiction de la famille libérale française. Et nous pourrions enfin passer de la défense des idées à leur mise en œuvre à côté des autres composantes de la majorité présidentielle. A nous d’y travailler en apportant du contenu au programme en évolution de ce candidat, en mettant notre énergie dans la campagne afin de faire de cette hypothèse une réalité.

Signée : 

Bureau du Parti Libéral Démocrate :
Aurélien Véron, président

Conseillers Nationaux :
Vincent Bénard
Florence Moussu
Henri-Louis Delsol
Jan Laarman
Bastien Moyet
Guillaume Renard
Thierry Vimal,
Emmanuel Sala
Jean-Philippe Paile
Damien Peiffer

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Ce soutien vise objectivement à diviser les voix qui voudraient sanctionner les sortants de l’UMP et du PS. Faire croire que Bayrou est l’homme nouveau de la politique en France et qu’il a la moindre chance auprès des français qui veulent sanctionner tous les politicards de France depuis des décennies est de l’inconscience politique. Enfin penser une seule minute que le Libéralisme avec tout son anti-étatisme serait – avec Bayrou (et pourquoi pas Morin, de Villepin ou encore Borloo etc) – au « centre », c’est aussi mal connaître ce qu’est le libéralisme par rapport à tous ces gens de l’échiquier politique français. C’est malheureux mais comme AL en son temps, le PLD vient d’attraper une maladie létale. Heureusement que d’autres prendront la relève pour ce défi nécessaire à la France. Il y aura encore une nouvelle scission, car ceux qui s’opposent à ce ralliements comme je peux le faire ne peuvent rester dans le PLD. De plus si la majorité des membres rejettent ce ralliements, Aurélien et ceux qui le suivent au bureau pourront-ils rester dans le PLD ?

  • Quand les libéraux aspirent à diminuer le poids de l’état Francois Bayrou appelle à plus de régulation (lois cadres de l’industrie au début du quinquennat), à augmenter les taxes (création d’une tranche supplémentaire de l’impôt sur le revenu et augmentation de la TVA). En tant que libéral je suis franchement opposé à un soutien de cette candidature.
    Ron Paul aux USA n’a pas réussi à émerger en créant des alliances politiques de bric et de broc mais en restant fidèle à ses idées tout au long de sa carrière politique. Si les français rejettent les hommes politiques actuels c’est pour leur connivence et les leurs petits arrangements les uns avec les autres, ça serait une erreur grossière de commettre cette erreur à notre tour.

  • Je comprends la logique du PLD. Avoir des élus procure des financements. Et il y a le souhait d’être plus visible.
    Cependant, cette stratégie d’alliance me semble prématurée. Sans vouloir diminuer le mérite de la direction du PLD, qui connaît ce parti? A l’échelle du pays, très peu de gens. Or, pour être influent dans une alliance, il faut exister.
    Exister suppose que les idées défendues soient suffisamment diffusées et partagées. Par exemple, les écologistes ont d’abord diffusé leurs idées, depuis très longtemps, avant d’exister, et d’imposer une alliance au PS (qui selon moi négocie très mal, car il n’a pas besoin des écologistes). De même, le FN existe, parce qu’il représente des idées qui reviennent peu à peu, et aussi car il apparaît comme en dehors du système.
    Le libéralisme doit d’abord être diffusé avant de pouvoir exister politiquement. Il y a du chemin à faire. Mais les efforts s’organisent. Contrepoints étant un fédérateur efficace. Et quand il existera, il pourra faire des alliances. Il faut de la patience en politique.
    Maintenant, si le PLD veut absolument des élus, il peut toujours permettre à ses représentant de se présenter en alliance avec le Modem aux différentes élections. Eyt leur permettre de soutenir Bayrou. Le PLD peut aussi recommander un candidat moins mauvais que les autres. Mais, attention: la politique est un monde très dur. Le PLD sera phagocyté.
    Mais pourquoi le PLD ne profite-t-il pas de l’élection présidentielle pour présenter quelqu’un? C’est l’élection reine pour exister. Si les moyens manquent, il faut penser dès à présent à 2017.

  • moi , ce qui me branche , c’est que jusqu’à preuve du contraire , il n’est pas englué dans de sales affaires comme le sont certains politiques umps ;c’est quand même un point non négligable ;

  • Je pense effectivement que c’est la bonne stratégie en ce moment. Il semble que Sarkosy ne peut gagner au second tour contre Hollande. Donc voter Sarkosy, c’est arriver à Hollande. Il est possible que une petite partie des électeurs de droite s’en rende compte. Le changement de cheval en cours de course se verrait alors dans les sondages et ferait boulle de neige. Le vote utile changerait de camp.

    • Soyons lucide, les libéraux n’ont aucune portée politique aujourd’hui, mais voter Bayrou, qui n’est absolument pas libéral, c’est juste le seul moyen de ne pas avoir a supporter les pitreries de l’umps.

      Quelque soit son adversaire au second tour il risque très fortement de gagner, mais avant ça faut qu’il y arrive.

      Par contre je doute très fort qu’il ait l’assemblée, et la ce sera comique.

  • Le PLD qui appelle à soutenir Bayrou …c’est simplement hilarant …il a été ministre de l’EN et a cogèré ce ministère avec les syndicats socialistes …ce simple é noncé en fait un étatiste et non un libéral …alors …

    • Il n’a pas fait d’étincelles, à ma connaissance.
      « Mais il est le plus lucide des candidats, et plusieurs de ses thèmes forts, comme celui de la dette, nous rassemblent. »
      Tout au plus … « nous ressemblent »!

      Si vous vendez votre âme au diable, vous perdez votre crédibilité pour quelques circonscriptions. Mentalité d’écolo.

      Marseille et Bavrez : un peu plus que des blogueurs avertis. Leurs livres ont trouvé des lecteurs et pas que chez les libéraux. Les idées évoluent et Internet est une formidable caisse de résonance.

  • J\’ai beau réfléchir, je ne vois pas en quoi la victoire de Bayroute serait une bonne chose pour les libéraux.
    Il faut soit être d\’une naïveté hallucinante pour penser cela, soit être bien malhonnête.

    Allez hop, au suivant.

  • Bayrou, moins pire que Hollande ou Sarko, Bof, à la rigueur, un peu plus neuf, ( le même raisonnement pourrait d’ailleurs s’appliquer à Marine Le Pen ) et ça serait assez rigolo de voir tous les élus UMPS faire allégeance pour conserver leur hochet. Maintenant de là à le soutenir en espérant avoir une influence c’est se tromper lourdement, d’abord Bayrou a le vent en poupe et n’a pas besoin du PLD, ensuite je n’ai jamais entendu Bayrou dire quelque chose de vraiment libéral. A défaut d’ une vraie candidature libérale, il reste encore le bulletin qu’H16 nous a gentiment fourni…
    http://h16free.com/2011/10/25/10852-le-depute-pilleur-naime-pas-se-faire-choper

  • Je trouve tout de même que Morin est beaucoup plus libéral que Bayrou, même s’il a fait partie du gouvernement Sarkozy.
    Et si c’est juste pour pouvoir avoir une représentation à toutes les échelles du système politique, le nouveau centre a plus d’élus que le Modem, je crois.

  • Bonjour à tous,

    Pas facile le « chemin de la liberté »… pour paraphraser Hayek puisque cela passe par la politique (dans le sens de la société organisée et développée) et les luttes pour conquérir le pouvoir politique pour tenter d’imposer un mode de fonctionnement dans la société.

    Prenons un peu de recul pour comprendre à la fois ce qui peut pousser certains à rejoindre Bayrou et d’autres de tenter de rejeter tout accord… en toute sérénité, même si l’exercice est un peu intellectuel.

    On peut imaginer deux formes de sociétés à l’extrême : celle où le système politique prend en charge la totalité des besoins des individus par un mécanisme collectif et celle où le système politique n’intervient dans aucune des décisions parce que les individus sont arrivés à une telle capacité de compréhension des droits naturels et imprescriptibles dans le respect de l’autre que plus aucun état n’est nécessaire.

    Entre nous, nous n’allons pas nous faire de dessins, la première société est la société tribale qui trouve son expression politique actuelle à grande échelle en Corée du Nord, et la seconde reste utopique dans le sens où il faudrait que toutes les frontières du monde aient disparu et où même les fonctions régaliennes ne seraient plus nécessaires, puisque chaque individu accepterait sa responsabilité illimitée dans ses actes. Cette société, ne nous voilons pas la face, est la société libertarienne, où chaque individu est à considérer comme un système politique à lui tout seul, ce qui n’a donc rien à voir avec l’extrême droite ou l’extrême gauche. On parlera alors d’extrême…centre.

    La répartition des sensibilités politiques n’est donc pas située sur un axe de la gauche à la droite comme la majorité des individus peut le penser mais sur un plan (j’en resterais là pour les explications actuelles) à 3 extrêmes : un triangle. Mais on peut aussi parler d’évolution des sociétés, car les êtres humains qui subissent un système politique d’extrême gauche ou de droite car elles finissent toujours par le totalitarisme. De plus les sociales-démocraties proposent des solutions intermédiaires entre la société collectiviste qui prend en charge la totalité des besoins individuels et la société libertarienne. Il est donc à considérer que ce triangle sociétal est en fait une pyramide où l’on a sur la base d’un coté la droite et de l’autre la gauche ou le pouvoir est détenu par un seul homme, la pyramide étant constituée de strates permettant de trouver des sociétés qui laissent de plus en plus de pouvoir à l’individu, pour arriver au sommet de pyramide à la société libertarienne où le centre, la gauche et la droite n’existent plus, ou plutôt sont confondus.

    Pour ceux qui arrivent à suivre, on peut faire l’analogie avec la pyramide de Maslow et considérer qu’une société qui ne sait pas satisfaire les besoins de l’Homme sur un besoin de niveau inférieur sera dans l’incapacité de proposer à l’Homme la satisfaction sur les niveaux supérieurs.

    La société libertarienne est donc la seule à pouvoir satisfaire la totalité des besoins des êtres humains…

    On peut ainsi considérer que la gauche, le centre et la droite actuels qui se partagent le pouvoir dans les sociales-démocraties s’accordent sur un interventionnisme plus ou moins important.

    L’évolution politique est donc de libérer la société des interventions de l’État pour permettre la satisfaction des besoins de chacun.

    Il est, pour en revenir à ce qui nous intéresse, c’est à dire le soutien à un candidat centriste, à distinguer que nous pouvons avoir diverses ouvertures d’esprit ou approche :
    – être dans une situation statique en maintenant la pureté de chaque mouvement et donc être fermé à tout espèce d’accord avec un autre, quitte à laisser d’autres modes de sociétés plus perverses prospérer
    – être dans une situation dynamique en considérant que l’évolution est plus importante que tout et que l’on peut accepter d’être dans le haut du triangle de manière plus large de façon à aller vers des satisfactions de plus en plus grandes.

    Comme dans certains mécanismes physiques, je pense que les deux situations sont inséparables tout en étant analysables séparément.

    Je vais peut-être en choquer nombreux d’entre vous mais nous sommes aussi en présence des familles suivantes vous pouvez en avoir d’autres) qui vont dire qu’ils sont pour les libertés individuelles :

    – les sociaux-libéraux
    – les libéraux-sociaux
    – les libéraux
    – les libertariens

    Dans la première on place les radicaux (gauche/droite), la gauche moderne, une partie du modem…
    Dans la seconde on place une autre partie du modem, le Nouveau Centre, une partie de l’UMP…
    Dans la troisième, on trouvera le PLD et AL
    Dans la quatrième, il n’a pas de reconnaissance officielle sur le plan politique.

    On peut ainsi constater que le nombre de citoyens inclus dans chaque famille politique se réduit au fur et à mesure que l’on monte dans la pyramide. Électoralement, la société libertarienne n’a aucune chance de voir le jour en France sur les bases actuelles, et ce d’autant plus que les besoins de sécurité et sociaux sont encore très loin d’être satisfaits sur le plan individuel. On peut aussi classer la totalité de ces « sensibilités » dans un « centre » non inféodé a droite et à gauche.

    Alors quelque soit la position que nous pouvons avoir, la sensibilité plus ou moins importante de la liberté individuelle ou de l’intervention de l’État, nous devons voir plutôt ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous sépare.

    Alors évidemment le minimum qui rassemble tout le monde est la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, déclaration, qui est dans le texte fondamental de la constitution mais qui est bafoué sur de très nombreux point dans la législation. Le centre de manière large est « girondin », c’est à dire pour la liberté individuelle.

    Ainsi tout libertarien pourra accepter que le monde constructiviste dans lequel il se trouve recentre l’État vers ses fonctions régaliennes en réduisant d’autres interventions, que des sociaux-libéraux accepteront parce que le rôle du politique doit être plus modeste par une simplification de l’appareil politico-administratif. On peut donc s’accorder pour sortir du piège gauche-droite étatique sans pour autant perdre son âme ‘politique » mais en étant pas naïf… il ne faut pas perdre de vue que tout politique qui souhaite conquérir le pouvoir est prêt à tout… rappelons en permanence que le pouvoir, c’est le peuple qui doit l’avoir.

    En conclusion, je résumerai la situation de la manière suivante : dans un monde constructiviste, je suis centriste, quand le monde sera centriste, je serai libéral, et quand le monde sera libéral, je serai libertarien.

    • Vincent Bénard et Florence Moussu favorables à cette position ? Je n’en crois même pas mes yeux !!……J’ai eu pourtant ouï dire de l’un des nôtres que Vincent Bénard, bien que membre du PLD, faisait preuve d’une grande « indépendance d’esprit » : bah apparemment il a l’air de la relâcher un peu !….. »En cela » je ne cacherai pas qu’il me déçoit (même si j’apprécie toujours beaucoup la personne et « son humour » bien sûr, cela n’a rien à voir)……Oh pis après tout ne nous inquiétons pas trop : il déchantera bien vite dès que le bonhomme sera au pouvoir et qu’il s’apercevra de l’énorme place accordée à son « anti-écologisme épidermique » (celui de Vincent), lol ! Mais comment lui est-il possible de se faire « autant d’illusion » ! Je le croyais plus réaliste que cela !

      Bref, concernant le « Candidat des libéraux pour la Présidentielle », messieurs-dames, VOUS L’ AVEZ ! Oh vous êtes tout pardonné de ne pas être au courant, il « vient juste de se déclarer », par conséquent nous sommes actuellement « si peu nombreux à l’appuyer dans sa campagne » que « l’info est un peu longue à passer » : je fais ce que je peux, scusez-moi ! Bah justement, j’ai un énorme besoin de « bras supplémentaires » pour venir m’aider à « foisonner la toile du Net de cette candidature » !! Alors je vous espère très nombreux dès aujourd’hui à vous décider à appuyer la candidature de :

      Monsieur « Christophe Vincent » (sous vos applaudissements) !!!

      http://lechamplibre.perso.neuf.fr/index.htm

      • Et si vous souhaitez rencontrer Christophe et lui poser « toutes les questions que vous souhaitez » sur son programme, il se tiendra « ce jour-même à votre disposition » à « 16 HEURES » à l’adresse suivante :

        The Bowler Pub Paris — 13 rue d’artois, 75008 Paris
        (son QG de campagne)

        Il vous attend NOMBREUX !!

        Il s’agit d’une candidature « sérieuse », Christophe ne fait pas cela ‘pour amuser son p’tit monde’ ! Preuve en est, il m’a confirmé que « si par le plus grand des miracles il venait à passer le et ‘au’ second tour et être élu Président de la République » il « prendrait effectivement ce siège » !! Voilà un « courage » peu commun de la part d’un « simple militant » (courage dont « personne ici-même ne peut se targuer » !), rien que pour cela il mérite au minimum « notre plus grand respect » !

      • tetatutelle ,

        Comme vous , je suis fortement déçu ( c’est une litote ) par le fait que Vincent Bénard puisse soutenir Bayrou…ses analyses , de vraies nature libérales sur son blog , le placent aux antipodes de Bayrou qui , sur l’arc politique est passé de l’UDF , à priori vaguement libérale au rapprochement vers le PS de Royal en 2007 …bref , Bayrou , c’est de la démocratie chrétienne vs CDU , de la sociale démocratie à la suédoise …tout sauf du libéralisme …Allons , Vincent , reprenez vous !!!

        • Bayrou c’est un mec qui est prêt à tout pour être président, doté d’une grande faculté d’écoute il est capable de vous servir ce que vous voulez entendre.

          Maintenant c’est un fonctionnaire, issu du sérail, et dont l’action politique s’est toujours inscrite dans la stricte lignée du conservatisme étatique.

          Le PLD ne sera là que pour la photo et c’est tout !

  • Il est étonnant de croire qu’un mouvement tout jeune va faire sa place au soleil en appuyant Bayrou.

    Pour que le mouvement libéral prenne de l’ampleur, il faut viser le long terme et faire preuve de constance. Regardez Ron Paul, il est constant et a mis des dizaines d’années pour arriver où il est !

    Or, soutenir Bayrou est tout sauf une preuve de constance et ne peut que brouiller le message. Donc, c’est une erreur !

    La solution passe par une indépendance totale et l’absence de compromission politique. En étant sincères, nous arriverons à rallier de plus en plus de monde à notre cause. Mais il ne faut pas se leurrer, cela mettra très très longtemps.

    • @volna,
      Bénard en tant que membre du bureau national du PLD, est appelé à voter pour ou contre le ralliement à Bayrou. Je ne vois pas où c’est dit qu’il s’est prononcé et qu’il ait voté pour.
      Bayrou a gobé tout cru tous les bobards de l’Eglise de Climatologie et considère que le réchauffement climatique est « la menace la plus importante pour l’Humanité » (ouh hou !!!), alors si Bénard vote pour lui, c’est qu’il marche sur la tête.

      Tiens, derrière saillie de Bayrou dans son programme : les entreprises de plus de 500 salariés doivent avoir un membre du personnel dans le conseil d’administration. Vachement libéral le mec.

      • mini tax ,

        Soyons sérieux …vous avez le choix entre le contre et le pour …si c’est pour ( Bayrou ) , vous avez choisi le soutien au socialiste …Que dire de plus !!!

  • Bayrou est antilibéral, moins que les autres certes mais antilibéral cependant. Je ne comprends pas cette disposition de l’esprit qui consiste à voter pour le moins pire des candidats en sachant que le pays ira quand même à la catastrophe avec un déclin et une agonie plus longs.

    En 2007, Naboléon était soit disant le moins pire de tous, on voit les résultats.

    • théo ,

      Peut-être un dernier avatar du TSS ( Tous Sauf Sarkozy ) !!!

      • @ Laurent :

        « N’est ce pas l’éternel « jeux » politicien ? » :

        C’est peut-être la manière des « étatistes » de concevoir la politique, mais « pas celle des libéraux », tout simplement !

        « C’est beau de rêver non ? » :

        Votre proposition n’est pas un rêve du tout puisque c’est « déjà fait » ! Que faites-vous du « New Hansphire » des libertariens américains ?

        • @ miniTAX :

          Et je viens « confirmer que Vincent Bénard a ‘réellement voté la résolution d’alliance à Bayrou' » (vérification immidiate via « le post qui l’a mis lui-même à ce sujet dans le groupe Facebook du MLG ») !! Que voulez-vous : le PLD est un « parti politique » dont il est « membre du (polit)Bureau, peut-être à ce titre est-il tenu à la « discipline de parti » ?!….

  • Et puis franchement là Contrepoints. Vous avez une audience à maintenir. Adressez vous au plus grand nombre.

    3 Articles à la une sur l’explosion un vol d’un parti que personne ne connait, c’est pas bon pour l’audience … Ni pour ce parti.

    Pour le PLD et le libéralisme, ce débat doit disparaitre de la Une. c’est une affaire interne, ça suffit maintenant, non ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Denis Dupuy.

J’ai analysé maladroitement la situation en Guadeloupe dans un article récent publié par notre précieux Contrepoints et un commentateur m’a justement reproché ma légèreté. Je passais en revue les inepties gouvernementales, en réaction à une épidémie guère menaçante passé mars 2020.

Je faisais référence à l’opposition métropole/outre-mer et aux pressions syndicales locales sans plus m’attarder. Je voyais la combinaison des deux maux, politique de santé aberrante et particularismes insulaires. Je minimisais les op... Poursuivre la lecture

François Bayrou
0
Sauvegarder cet article

par h16

Surprise : Bayrou est toujours en vie. Mieux, même : il émarge toujours joyeusement aux frais du contribuable, à l'un de ces postes douillets que les Fromages Républicains Français offrent à foison aux fidèles du pouvoir. Et comme Commissaire Au Plan, le voilà qui s'exprime sur le peuple, la démographie et les retraites.

Et s'il y a bien une chose qu'on peut déduire de ses saillies, c'est que lorsque l'extrême-centre cogne, il cogne extrêmement fort : dans une note transmise à l’Agence France-Presse (AFP), celui qu'on pe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Feldman.

Au-delà de la polémique, volontaire ou involontaire, les déclarations du Haut commissaire au Plan et les réactions qu’elles ont suscitées sont très révélatrices à bien des égards.

François Bayrou a fait le buzz en prononçant le 7 février la petite phrase du week-end. De son intervention, il a été retenu que « 4000 euros par mois, on est de la classe moyenne ». Mais on en a oublié le contexte dans lequel cette phrase est survenue, et finalement le plus important.

? Est-on ri... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles