Le capitalisme de copinage

De tout temps, la collusion Big Business – Big Government a été dénoncée par de nombreux libéraux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ayn-rand-165

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le capitalisme de copinage

Publié le 13 janvier 2012
- A +

De tout temps, la collusion Big Business – Big Government a été dénoncée par de nombreux libéraux. Ainsi Bastiat dénonçait-il ce qu’il appelait la « recherche de rentes ». Aujourd’hui, cette même idée, plus que jamais d’actualité, se répand chez les anglo-saxons sous l’appellation « crony capitalism ».

Par Damien Theillier

L’expression « capitalisme de copinage » (« crony capitalism » en anglais) désigne une économie dans laquelle la réussite en affaires dépend de relations étroites entre le business et le pouvoir : favoritisme dans la distribution des autorisations légales, subventions gouvernementales, allégements fiscaux, etc.  Plus grand est le budget de l’État, plus les occasions de copinage existent.

Le capitalisme de copinage avec le pouvoir politique est une perversion du capitalisme de laissez-faire ou de libre marché. C’est ce que dénonçait Bastiat en parlant de la recherche de rentes. Bastiat a montré que lorsqu’un gouvernement outrepasse sa fonction de protection des personnes et des biens, cela incite des groupes d’intérêt à rechercher des privilèges et à influer sur le gouvernement pour obtenir des avantages au détriment des contribuables et des consommateurs. Les revenus et les richesses sont alors redistribués et les ressources gaspillées.

C’est aussi ce que décrit très bien Ayn Rand dans La Grève, son roman-culte. C’est ainsi que James Taggart utilise ses amitiés politiques avec le producteur d’acier Boyle Orren pour influencer l’Alliance nationale des chemins de fer et faire passer des lois à son avantage. À son tour, Boyle emploie Taggart pour user de son influence à Washington en vue de contrer son concurrent Hank Rearden. Le capitalisme n’est pas nécessairement libéral.

L’École du Public Choice, à la suite du prix Nobel d’économie James Buchanan, a repris ce thème pour le développer scientifiquement au sein de l’université George Mason en Virginie. (À lire : Bastiat et les choix publics).

 

—-

Voici  quelques vidéos pédagogiques pour comprendre le phénomène. Elles sont produites aux États-Unis et sont sous-titrées par l’Institut Coppet. (https://www.youtube.com/user/Icoppet/videos)

 

—-
Sur le web

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après avoir vu dans un premier article les causes de l’inflation législative, il conviendra de voir dans un second article les remèdes possibles contre le problème de la surproduction normative, caractéristique de l’inflation législative. Si le débat de la simplification du droit a été porté par le candidat Gaspard Koenig à l’élection présidentielle, force est de constater que ce thème a un peu disparu des débats, s’il y a déjà eu des débats pendant cette campagne.

 

Malgré cela, le problème du trop-plein législatif n’en de... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Laye, Barthelemy Blanc[1.Barthelemy Blanc est financier à la BERD.] et Adrien Faure[2. Adrien Faure est étudiant en théorie politique et philosophie à l’Université de Genève.].

Cet article est l'analyse originale qui a servi de fondement à un article paru dans l’Opinion le 13 mars 2017  (« Pour un libéralisme populaire ») par les mêmes auteurs.

Beaucoup de points de vue s’élèvent aujourd’hui pour faire émerger un libéralisme qui se veut populaire. C’est-à-dire une pensée de la liberté qui ne serait pas vue comme un... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles