Eurostat verrait-elle la zone Euro en récession?

Quand l’INSEE ose annoncer une catastrophe c’est qu’elle imminente

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 567

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Eurostat verrait-elle la zone Euro en récession?

Publié le 12 janvier 2012
- A +

Quand l’INSEE ose annoncer une catastrophe c’est qu’elle imminente.

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Eurostat, c’est un nom pompeux pour une publication commune à l’INSEE, l’IFO (Allemagne) et Istat (Italie).

En voici la dernière mouture (en Français)

La zone entre-t-elle en récession? Évidemment, les choses ne sont pas dites comme cela. L’INSEE est toujours extrêmement politiquement correct et le langage ampoulé demande à être interprété.

Concernant le troisième trimestre 2011, les choses sont simples, la croissance du PIB dans la zone euro est restée modeste (+0,1 %) : le rebond technique de certaines composantes du PIB étant compensé par l’effet du ralentissement de la demande extérieure, du choc d’incertitude provoqué par la crise des dettes souveraines et de l’impact des plans de consolidation budgétaire. La consommation privée a faiblement augmenté (+0,2 %) tandis que l’investissement s’est légèrement replié (-0,1 %).

C’est sur la fin 2011 et le début 2012 que les choses deviennent intéressantes. « Comme annoncé par la dégradation du climat des affaires depuis l’été, la zone euro traverserait « un court épisode récessif »: le PIB reculerait au tournant de l’année (-0,3 % au quatrième trimestre 2011 puis -0,2 % au premier trimestre 2012) puis « stagnerait » au deuxième trimestre 2012″. Autrement dit, pour la période sur laquelle des prévisions peuvent être raisonnablement faites (au delà nous entrons dans le vaste domaine des conjectures), la zone Euro est en récession.

La consommation des ménages serait pénalisée par les mesures de consolidation budgétaire et par la dégradation du marché de l’emploi (-0,1 % au quatrième trimestre 2011 puis +0,0 % par trimestre). Compte tenu de la faiblesse de l’investissement public, du resserrement des conditions d’octroi de crédit et du report d’un certain nombre de projets des entrepreneurs, l’investissement se replierait à l’horizon de la prévision.

Oui, vous avez bien lu, l’INSEE, sans s’engager nous signale tout de même que sur la zone Euro, l’investissement se repliera durant les deux premiers trimestres, ce qui, mécaniquement, ne peut qu’engendrer une poursuite de la récession sur les mois suivants.

Sous l’hypothèse d’une stabilisation du baril de Brent à 104$ par baril et d’un taux de change euro/dollar autour de 1,35 à l’horizon de la prévision, l’inflation diminuerait, de 2,8 % en décembre 2011 à 1,9 % en juin 2012. Notre scénario est entouré d’un certain nombre de risques, notamment liés aux turbulences sur les marchés de la dette souveraine.

En bon français, il s’agit d’un scénario optimiste (la parité €/$ n’étant déjà plus celle-ci) que l’éclatement (peut être repoussé pour causes d’élections à la seconde moitié de 2012) de la crise des dettes souveraines et de leur refinancement en 2012 ne peut qu’aggraver.

Voilà, quand l’INSEE ose annoncer une catastrophe c’est qu’elle imminente. Maintenant, vous trouverez toujours des bisounours de service pour vous dire que tout va bien et que les dernières statistiques parues sont « moins pires » que ce qu’on craignait! Vous vendre du rêve est leur métier…

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Je suis d’accord avec à peu près tout, mais il y a une erreur de raisonnement à la fin : la parité EUR/USD en baisse est une chose qui est globalement BENEFIQUE pour la croissance.

    Bien sûr, les importations de pétrole et en général seront plus « chères », mais, globalement, du point de vue étudié (la croissance), c’est bénéfique…

    • Ce n’est pas si simple. Il est assez illusoire de croire que les ventes des exportateurs augmentent en cas de baisse de la parité, du moins rapidement. En revanche, les gains des exportateurs sont immédiatement minorés, les investissements à l’étranger coûtent plus cher et sont moins rentables, les étrangers qui voient leurs investissements locaux perdre de leur valeur sont découragés, sans parler des importations qui s’enchérissent, comme le pétrole que vous avez cité. Une monnaie forte est bénéfique pour la croissance car elle permet d’importer de la déflation pour compenser l’augmentation inflationniste du niveau de vie de la population locale. Une monnaie faible n’intéresse véritablement que l’Etat endetté qui réduit ainsi le poids de sa dette détenue par l’extérieur.

  • addendum: hier jeudi, l’Allemagne a laissé entendre que sa prévision de croissance pour 2012 serait ramenée à 0.75%. Pour mémoire, la Bundesbank, indépendante, elle, est plutôt sur une prévision de 0.6%.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation annuelle dans la zone euro continue d'augmenter, passant de 7,4 % en avril 2022 à 8,1 % en mai, dépassant les attentes de 7,8 %, atteignant le niveau le plus élevé depuis la création de l'euro. L'énergie a augmenté de 39,2 % - contre 37,5 % en avril - et l'alimentation, l'alcool et le tabac de 7,5 % - contre 6,3 % en avril - mais même sans les prix de l'énergie et de l'alimentation, l'inflation est passée de 3,5 à 3,8 %.

Les coupables sont bien connus : l'expansion monétaire effrénée des banques centrales, les distorsions d... Poursuivre la lecture

Le moral des ménages est en chute libre en raison de l’inflation et la consommation devrait s’en ressentir.

Le commentaire du Figaro sur l’inflation est un bon résumé de la pensée unique du moment :

« L’invasion de l’Ukraine par la Russie a en effet frappé de plein fouet les marchés internationaux des hydrocarbures mais aussi des matières premières agricoles, et accentué la pression sur les prix, qui était déjà forte depuis plusieurs mois en période de redémarrage très rapide de l’économie en période post-Covid. »

La haus... Poursuivre la lecture

Dans un précédent article, je vous parlais du Titanic de la dette, plus de 300 000 milliards de dollars. Le Titanic était un paquebot de luxe réputé insubmersible à bord duquel les passagers menaient grand train dans l’insouciance. Le navire n’était-il pas réputé insubmersible ?

Il en est de même pour la dette aujourd’hui. Les dettes souveraines, c’est-à-dire les dettes publiques des pays développés, passent pour être les actifs financiers les plus sûrs au monde depuis la disparition de l’or du système monétaire en 1971. Elles seraient... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles