Combattre les abus des élus et des administrations, est-ce utile ?

Si vous serrez la main à un politique et discutez quelque peu avec lui du sujet de son train de vie, je vous suggère tout d’abord de recomptez vos doigts

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 550

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Combattre les abus des élus et des administrations, est-ce utile ?

Publié le 9 janvier 2012
- A +

Si vous serrez la main à un politique et discutez quelque peu avec lui du sujet de son train de vie ou des abus et incompétences de ses comparses, je vous suggère tout d’abord de recompter vos doigts et de vous rappeler ses propos.

Un billet d’humeur d’Aster du site Sulfure et Contre-culture

J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes et que vous êtes parés pour 2012 car mon petit doigt me dit que vous allez en chier. En même temps, ça vous apprendra à ne pas bosser !

Sérieusement c’est quoi ce déficit de plus de 100 milliards tous les ans (150 milliards pour 2012, il me semble) ? Faut arrêter de vous foutre en arrêt maladie hein ! Quoi ? Vous n’avez rien fait dites-vous ? Même pas un petit arrêt maladie ? Même pas un petit vote pour un petit démago ? C’est que ça suce un démago au pouvoir ! Du chômage peut-être ? Dire que tout le monde en a bouffé, ce n’est pas vraiment vrai sans être totalement faux.

Si vous serrez la main à un politique et discutez quelque peu avec lui du sujet de son train de vie ou des abus et incompétences de ses comparses, je vous suggère tout d’abord de recompter vos doigts et de vous rappeler ses propos. L’idée de fond est de ne surtout pas se pencher sur les dépenses et les abus des élus et des administrations sous le prétexte que le petit four à 2 € pièce aux vœux de votre député-maire UMP favori n’est qu’une goutte par rapport à 1 € dépensé pour la santé de chaque français ou pour les allocations familiales. Sur le fond, le raisonnement semble effectivement imparable et il me semble vrai que les problèmes du pays ne sont pas que des problèmes de gestion mais des problèmes de fond : des problèmes sur le modèle économique français, des problèmes sur l’acceptation de cet État omniprésent et aussi des problèmes sur le fait que les problèmes de gestion soient jugés inoffensifs.

Si vous le voulez bien penchons-nous sur le budget « petit four », le budget « déco », le budget « bouffe entre élus », le budget « pute à Séoul » « déplacement et frais de représentation » et les autres budgets plus ou moins assimilables à du luxe, de l’abus, de la mauvaise gestion voire de la corruption, ou autres abus de biens sociaux (le terme n’est pas utilisable pour des élus, on l’appellera plutôt prise illégale d’intérêt).

Ce qui m’a fait tiquer sur le sujet est un article racoleur de Rue89 sur le sujet du maire de Menton : M. Jean-Claude Guibal se serait fumé 20 000 € de cigares. Une fois l’article lu, il faut lisser le chiffre sur 4 ans, soit donc 5 000 € de moyenne annuelle (petit joueur). Guibal parle de dépense d’un budget protocole, d’autres parlent d’argent dépensé inutilement. Devenons extrémistes : acceptons qu’il s’agit d’argent inutilement dépensé, ne tergiversons pas sur ce point, ce n’est pas l’objet de ces quelques lignes.

La mairie de Menton ne fournit pas de détails hallucinants sur son budget : ceux fournis se limitent aux sources d’argent, rien sur les dépenses. « Je t’explique combien je te prends mais je ne te dis pas trop pourquoi ». Je regrette donc d’être contraint à l’extrapolation, j’aimerais pouvoir me baser sur des vrais chiffres mais impossible de trouver les chiffres d’une mairie en ligne…

Nous allons essayer d’être raisonnable dans nos estimations et prendre au préalables quelques chiffres :

Quels sont les budgets « inutiles » afférents à une mairie ?

  • Cocktails divers : j’espère que l’on atteint bien dix fois le plafond des cigares (et je pense être dans une estimation très basse) : 50 000 €
  • Repas des anciens et le traditionnel petit panier quasi institutionnel dans notre pays : au moins 15 € par tête en comptant les absents, ça me donne 92 000 €  (22% de 28 000 démultiplié à 15 €), ça fait 19 années de cigares
  • Le budget « affiches à la con » pour vous souhaiter la bonne année ou encore vous expliquer que l’on vous aime. Je vous propose une moitié de cocktail, soit 5 années de cigares : 25 000 €
  • Le budget « je claque plus de blé pour la classe » : ce que j’entends par ce terme, c’est tous les parterres de fleurs inutiles, les mairies brillantes et joyeuses, les petites dorures sur les poignées de porte. Si vous avez un doute sur la réalité de ce que j’évoque, je vous invite à regarder l’illustration ci-dessous, la ville est Épinay-sur-Seine en pleine Seine Saint Denis, les gens sont dans des taudis, leurs modestes serviteurs et représentants dans des palaces luxueux juste en face (vérifiez par vous même !). Pour ce budget, disons qu’il coûte seulement 2 € par habitant, arrondissons donc à 12 années de cigares : 60 000 €
  • Le budget « feu d’artifice », la patrie, la grandeur, l’éclat et tout ça, ça a un coût, remettons 6 années de cigares (1 € par habitant) : 30 000 €
  • Le budget « guirlandes » : 4 années de cigares : 20 000 €
  • Le budget « déplacement » : hôtel, repas, transport pour aller serrer quelques pognes à droite ou à gauche, une année de cigares : 5 000 €
Qui est au service de qui ?

Faisons les comptes :

  • Année de cigares : 5 000 €
  • Cocktail : 50 000 €
  • Anciens : 92 000 €
  • Affiches : 25 000 €
  • Classe : 60 000 €
  • Feu d’artifice : 30 000 €
  • Guirlandes : 20 000 €
  • Déplacement : 5 000 €

Nous voici à 287 000 € soit 57 boites de cigares, sur 28 000 habitants, on est à 10 € par habitants, ramenez aux français, ça nous fait 650 millions : uniquement sur les communes.

Développons un peu, nous ne pouvons nous limiter aux communes, je pense que l’on peut au moins faire autant sur les département et les régions, et encore autant sur l’État. Il est bon le millefeuille administratif à 30 € par an ?

Communes + État + départements + régions = 1 950 millions.

1,9 milliards sans rien changé aux services fournis par l’État, sans diminuer la moindre subvention, la moindre indemnité, le moindre budget de fonctionnement ou le moindre salaire.

2% du déficit, sans rien supprimer, c’est rien ?

Intégrons, je vous prie, un effort de 50% uniquement sur les rémunérations de nos serviteurs, nous le pouvons, eux aussi, ça fait 600 millions selon H16. On est à 2,5 milliards. On n’a pas encore touché aux retraites des élus qui peuvent à mon sens en rapporter autant que la taille des salaires (montant plus faible mais assiette plus large), voici donc 3 milliards.

Intégrons, je vous prie, le même type de constat que l’on devrait pouvoir tirer en mettant le nez dans les comptes des organismes parapublics ou franchement indécemment financés : associations humanitaires, syndicats, sécurité sociale, pôle emploi. Même montant ? 3,6 milliards.

3,6 milliards… Vous êtes juge.

C’est également 7,2 % du déficit de 2007.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Quel scandale, la photo est parlante. Epinay-sur-Seine et partout ailleurs…
    Il existe une Cour Régionale des Comptes : essayez de leur demander copie du budget de votre ville, ils ne répondent même pas.

    Dans les villages, les maires se font voter l’autorisation de procéder au paiement direct, sans procédure de passation de marché, pour des « petites » sommes, par exemple en dessous de 5000 €. En province, vous en avez qui n’ont pas d’autre métier que « maire » sur 3-4-5 mandatures. Officiellement, leurs indemnités se montent à 1000 €. Ils font comment ? Corruption, et personne ne dit rien.

    Pourquoi nos élus ont-ils tant d’enthousiasme à couvrir la France de ces hideux ronds-points à oeuvre d’art allégorique ? Ces hideuses zones commerciales ?
    Commissions et retrocommissions, ça existe au niveau national et local.

    Ils encaissent nos impôts locaux, ils ont à rendre des comptes pour le moindre centime dépensé. Or nos nouveaux riches se vautrent dans le petit four, le voyage d’étude à putes et palaces, le clientélisme le plus éhonté. Les pays nordiques n’admettraient jamais pareil comportement.

  • Tous les budgets de tous les niveaux de gouvernement doivent être accessibles en format tableur en ligne.

    Point à la ligne.

    Toute autre situation laisse à penser qu’il y a quelque chose à cacher.

    • Personne ne sait lire un budget, même quand il est intégralement en ligne (essayer de le faire avec le budget de l’état, qui est bel et bien en ligne), et en plus les embrouilles sont très souvent dans les éléments qui ne sont pas détaillés, voire hors bilan.

      • Entre « personne ne sait lire un budget » avec un budget en ligne et « bon, on va pas s’emmerder à publier un budget » voire « surtout, ne publions pas notre budget », il y a une marge.

        Et « personne ne sait lire un budget », de nos jours, c’est de moins en moins vrai : certes, l’écrasante majorité de Français ne sait pas, mais quelques uns savent et peuvent l’expliquer aux autres (magie d’internet). Dès lors, on comprend que même un budget complexe ne soit pas publié parce que les élus *savent* que ça va être décodé et leur revenir dans les quenottes.

  • je suis d’accord avec le commentaire de Hugues. Je vais seulement faire un commentaire technique qui veut réaffirmer son diagnostic avec quelques preuves supplémentaires. L’article mentionne Menton, voici le budget 2011 de la ville de Menton (un simple camembert de recette et d’investissement): ça a le gout et l’odeur de l’information mais ça n’en est pas.
    http://www.menton.fr/fre/La-Mairie-et-les-Services/Budget-2011
    Je surfe allègrement sur le web et tape dans une commune suédoise de 70 000 habs (intègre le regroupement de villages alentours, la ville elle même fait 35 000 habs); le document budget sur le site de la ville est largement plus détaillé. Le citoyen a accès à tout les budgets depuis 2004 http://karlskrona.se/sv/Om-kommunen/Sa-arbetar-vi-med/Ekonomi/Budget/
    Si on veut le détail d’un vrai budget d’une vraie démocratie, ça ressemble à ça http://karlskrona.se/Global/Karlskrona%20kommun/Dokument/Om%20kommunen/Budget/Budget%202011%20slutlig.pdf
    et comme vous ne lisez pas le suédois j’ai sélectionné un budget général de la commune, prévision ajusté des budgets (en millions de couronnes SEK page 30)
    Budget et plan pour la période: 2010 2011 2012 2013
    Enfants et comité jeunes -931,3 -942,8 -948,8 -951,8
    Personnes handicapées -276,3 -296,6 -296,6 -301,6
    Sports et loisirs -69,5 -71,1 -71,3 -71,3
    Vérifications municipales -2,1 -2,1 -2,1 -2,1
    Comité culturel -51,9 -51,0 -51,0 -51,0
    Environnement et Aménagement -9,9 -9,9 -9,9 -9,9
    Département environnement et construction de la maison
    -9,5 -9,5 -9,5 -9,5
    Services sociaux, Comité individuels et familiaux
    -103,4 -96,9 -96,9 -96,9
    Comité des services sociaux -66,9 -69,9 -59,9 -54,9
    Comité technique -95,0 -67,0 -75,3 -78,5
    Comité technique, frais Financé 1,9 1,9 1,9 1,9
    Education -236,3 -239,8 -242,6 -242,6
    Commission électorale -1,3 -0,1 -0,1 -0,1
    conseil des retraites -652,1 -656,9 -656,9 -656,9
    Administration -3,6 -4,1 -4,1 -4,1
    Le Conseil municipal -5,7 -5,7 -5,7 -5,7
    Les conseillers municipaux -244,2 -244,4 -240,8 -247,0
    Coût total -2 757,1 -2 765,9 -2 769,7 -2 782,1

    coûts du capital (intérêts et amortissement ) 192,3 189,7 189,7 189,7
    Coût des charges des retraites -67,7 -85,0 -87,0 -90,6
    Les gains en capital 3,0 3,0 3,0 3,0

    Réserves:
    Salaires et de prix de réserve -25,8 -56,1 -122,2 -213,5
    réserve pour imprévus -0,3 -1,0 -1,0 -1,0
    Réserve pour le trafic ferroviaire et Route principal 0,0 -1,0 -1,0 -1,0
    Réserve de disponibilité -1,0 -2,0 -2,0 -2,0
    Autres réserves 0.8 -1.0 -1.0 -1.0

    Les recettes fiscales et subventions gouvernementales
    2 777,0 2 835,2 2 912,7 3 022,5

    Amortissements -113,6 -113,6 -113,6 -113,6
    Commissions sur prêts 6,7 8,7 8,7 8,7
    Dividendes 32,7 17,7 12,7 9,7
    Revenu d’intérêts net -26,0 -26,7 -26,7 -26,7

    Financement total 2 778,2 2 767,8 2 772,2 2 784,2

    Bénéfice 21,1 1,8 2,6 2,1

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’examen du projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d’achat, soit un paquet de nouvelles dépenses publiques à 20 milliards d’euros, débute ce lundi 18 juillet à l’Assemblée nationale. D’après les échos des discussions préalables en commission des finances, on devine que les débats seront animés, mais pas vraiment dans le sens d’un retour à une certaine sobriété budgétaire, bien au contraire. À tel point que le gouvernement, qui pourtant s’y connaît en « quoi qu’il en coûte », accuse maintenant les oppositions de vouloir faire « sauter la... Poursuivre la lecture

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Les élections législatives ne sont pas seulement un enjeu politique pour les partis, elles ont aussi un aspect financier crucial. La facture atteint 65,9 millions de financement public annuel.

La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques – la CNCCFP pour les intimes – veille scrupuleusement au respect des lois en matière de financement des campagnes électorales. Financement qui, pour les élections législatives, obéit à des règles précises (Art. L52-11 du Code électoral).

 

Combien coûte... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles