Oasis de tranquillité pour criminels?

La crise de la dette publique doit être l’occasion de réduire les dépenses publiques inutiles, non les dépenses régaliennes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Oasis de tranquillité pour criminels?

Publié le 29 décembre 2011
- A +

La  crise de la dette publique doit être l’occasion de réduire les dépenses publiques inutiles, et non de réduire les dépenses des fonctions régaliennes que l’État doit continuer à assurer correctement.

Par Nathalie Elgrably-Levy, de Montréal, Québec

Décidément, les États-Unis ne sont plus ce qu’ils étaient. Les finances publiques vont tellement mal que plusieurs États sont dans l’obligation de réduire drastiquement leurs dépenses.

Et dans quel poste de dépenses coupent-ils?  Dans les programmes bidons? Dans les subventions inutiles?  Pas du tout!  Ils coupent dans… les services de police!

On apprend en effet que plusieurs villes américaines ont licencié leurs corps de police:  ici.

Par exemple:

1. Pewaukee, Wisc.
> Date: 12/31/09
> Population: 12,963
> Size of former police department: 27

2. Maywood, Calif.
> Date: 6/30/10
> Population: 27,431
> Size of former police department: 4

3. San Carlos, Calif.
> Date: 6/30/10
> Population: 28,155
> Size of former police department: 32

4. Pontiac, Mich.
> Date: 10/31/10
> Population: 60,177
> Size of former police department: 74

5. Millbrae, Calif.
> Date: 11/17/11
> Population: 21,532
> Size of former police department: 21

6. Youngtown Ariz.
> Date: 12/1/2011
> Population: 6,000
> Size of former police department: 7

Quiconque a déjà lu une de mes chroniques a vite fait de comprendre que je suis partisane d’un État minimal. J’estime que l’État n’a pas sa place dans la vente d’alcool, dans les loteries, dans la fournitures de soins de santé, le réseau des garderies, dans nos choix alimentaires, etc.

Si je crois que l’État ne devrait pas s’immiscer dans la vie économique et personnelle des gens, je pense qu’il a néanmoins quelques fonctions à remplir. Ces fonctions sont minimes relativement à celles qu’il occupe maintenant, mais elles sont importantes, voire indispensables au bon fonctionnement de la société. L’une de ses fonctions est justement d’assurer le respect de la loi et de l’ordre, c’est-à-dire de veiller à notre sécurité physique et au respect de la propriété privée.

Or, après des années de dépenses irréfléchies et d’endettement suicidaire, la réalité s’impose : il faut couper. Mais de tous les postes dans lesquels les États auraient pu sabrer, ils n’ont rien trouver de mieux que de laisser aller les services de police. C’est aussi absurde que de cesser de boire de l’eau dans le but de réduire le gaspillage de ce précieux liquide.

Comme quoi on ne peut vraiment pas faire confiance à la classe politique pour faire les bons choix!

Cela dit, si les policiers américains sont comme les policiers québécois et doivent consacrer la majorité de leur temps à jouer à la cachette avec les honnêtes citoyens pour remplir leurs quotas de contraventions… alors l’abolition des corps policiers n’est peut-être pas une grande perte!

—-
Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • En France, la loi interdit d’être efficacement protégé par une société de gardiennage qui viendrait nous aider à notre domicile en cas d’agression violente. La loi français interdit presque entièrement le port d’arme, et même la détention d’arme chez soi. Sauf membre d’un club de tir.

    Avec le droit du port d’armes, chacun serait mieux protégé. Avec l’autorisation des sociétés de gardiennage de protéger les particulier, les honnêtes gens seraient mieux protégés et à moindre frais.

    En France, encore, les villes privées sont interdites, de même les cités privés, les rues privées. Pourtant, ce serait une formule efficace, et sans aucun coût pour l’Etat, pour assurer la sécurité des familles et des domiciles.

    Augmenter le budget de la police n’augmenterait pas sensiblement la sécurité.

    • S’il vous plait, arrêtez donc de véhiculer des approximations et du grand n’importe quoi. Les cités et les rues privées existent bel et bien en France. Il suffit un jour pour s’en persuader d’aller consulter le cadastre d’une commune. Il y a même une adaptation du concept de gated community à Serris, juste à côté de Disneyland Paris.
      Ne vous inquiétez pas, si la crise se prolonge on y viendra à votre grand bazar, seulement j’espère que vous vivrez du bon côté de la clôture car ce ne sera pas vraiment joli. Mon commissariat est déjà à – 19 effectifs. Il gère une circonscription de 7 communes. La nuit et le week-end, à part un chef de poste, deux patrouilles et une bac, c’est tout ce qu’il y a, soit 12/15 fonctionnaires. Et ce n’est que le début.
      Ceci dit, si je suis pour un élargissement du port d’arme, c’est sous conditions. Etre français, majeur, dépourvu de toute inscription au casier judiciaire (même anciennes, prescrites), avoir satisfait à un examen psychiatrique et faire partie d’un club de tir et s’entraîner au moins une fois par mois, à raison d’une vingtaine de cartouches par séance.
      Maintenant, concernant les société de sécurité privées, je me demande si vous avez une idée des tarifs et du rapport existant entre la qualification et le coût. Le vigile lambda qui ne sert à rien, sapé en costard devant une banque, c’est déjà facturé 1800€ par mois. Et ce mec ne sait rien faire d’autre que la plante verte. Vous voulez de la sécu privée mes jolis, il va falloir raquer et pas qu’un peu si vous voulez avoir autre chose que des clowns en battle dress noir et un chien poussif.

  • Comme quoi on peut enseigner dans les écoles les plus « prestigieuses » tout en souffrant d’un déficit mental..

    Quoi que je ne soit pas certain qu’une école de commerce puisse être classée dans la catégorie « prestigieuse »..

  • @Harald
    Pour avoir discrètement un monopole, l’Etat augmente le coût administratif du concurrent privé. Ce coût étouffe le développement du concurrent privé avec un minimum de loi d’interdiction. C’est le cas, par exemple, pour les écoles hors contrat.

    C’est ainsi que les frais obligatoires d’une voie privée sont excessifs lorsqu’elle dépasse trois logements. Ce surcoût réduit le nombre de rues privées et de cités privées.

    Je ne connais pas le cas de cité privée dans la ville Serris, à coté de Dysnayland. Auriez-vous un lien?

    Chacun peut s’abonner à une agence de protection qui intervient et pour un prix mensuel de qq dizaines d’euros. Mais la loi française interdit à une telle agence de sécurité de neutraliser et d’interpeler un malfaiteur qui se serait introduit chez son client.

    Pourtant les directeurs de telles agences de sécurité sont diplômés en droit et respectueux de la loi. Ils sont aussi capables que des policiers.

    • Argument non valable. Le coût du travail dans la sécu privée est exactement le même que celui du monde du travail. Le problème de la sécu privée, c’est qu’elle est essentiellement aux mains de margoulins qui ne sont pas regardants quant à la qualité de leurs personnels. Je pourrais vous citer des centaines de types encartés qui ont un casier, de maîtres-chiens qui travaillent avec des animaux non vaccinés, trop âgés, mal nourris, etc. Alors, non, les patrons de boîtes de sécu ne sont pas généralement respectueux de la loi. Ceci dit, renseignez-vous sur le coût de la sécu privée aux states et on en reparlera.

      Sur les frais des voies privées, ils sont exactement les mêmes que ceux afférents aux voies publiques. Seulement, il y a que les habitants préfèrent généralement que la ville se charge de ces frais d’une part parce qu’ils seront dilués dans la masse des frais mutualisés via la fiscalité locale. Avez-vous seulement la plus petite idée du coût des travaux de VRD ?

      Pour Serris, je n’ai pas de lien, je passe simplement devant assez régulièrement.

      Quant aux aptitudes de la sécu privée à faire le travail des policiers, cela suppose non seulement des aptitudes physiques, mais morales, des connaissances en droit pénal, en procédure pénale, pour ne citer que ces simples domaines. Je ne dis pas que c’est impossible, mais personne ne sera prêt à y mettre le prix.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

Telle est la conclusion que l’on peut tirer de la publication par le Bureau des Statistiques de l’ONU d’une étude sur l’évolution des PIB par habitant de divers pays, examinée sur une longue période. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant car l’on voit bien que tous les clignotants de l'économie française sont au rouge, et que la dette de la France ne cesse de croître, d’année en année. Et l’on voit les habitants  réclamer en permanence une amélioration de leur pouvoir d’achat.

 

L’observation des données sur le temps long

Pour... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Certains experts soutiennent que la clé de la croissance économique est le renforcement du marché du travail, qui repose sur l'idée qu'en raison de la réduction du nombre de chômeurs, davantage de personnes peuvent se permettre d'augmenter leurs dépenses. Par conséquent, la croissance économique suit le mouvement.

 

L'expansion de la réserve d'épargne - et non la baisse du chômage - est la clé de la croissance économique

Toutefois, le principal moteur de la croissance économique est l'accroissement... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles