« Le commerce n’a jamais ruiné une Nation »: plus de commerce, c’est plus d’emploi

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Le commerce n’a jamais ruiné une Nation »: plus de commerce, c’est plus d’emploi

Publié le 28 décembre 2011
- A +

Une étude publiée dans le journal European Economic Review montre que le commerce international est créateur d’emplois.

Par Ronald Bailey (*), depuis les États-Unis

Ce titre est une citation de Benjamin Franklin. Il ajouta : « même celui qui semble le plus désavantageux ». Franklin était convaincu que le commerce non entravé était bon pour tout le monde. En ce début du 21ème siècle, nombreux sont les Américains et leurs politiciens à croire le contraire car la mondialisation permet à des entreprises de délocaliser des emplois.

Au cours de la campagne de mi-mandat de 2010, le comité national des démocrates organisa une campagne télévisée accusant plusieurs candidats républicains de favoriser des politiques qui externalisent les emplois à l’étranger. Plus récemment, le leader de la majorité au Sénat Harry Reid (Démocrate, Nevada) déclarait : « Je pense que nous devrions en faire beaucoup plus pour limiter la délocalisation des emplois à l’étranger. » Au même moment, les négociations du cycle de Doha menaçaient de s’effondrer et avec elles un système de libéralisation des échanges construit à la force du poignée au cours des 50 dernières années.

Une étude intitulée Commerce et chômage : que disent les chiffres ? [1], de trois économistes européens publiée dans le journal European Economic Review de mars pose franchement la question : le commerce international est-il créateur ou destructeur d’emplois ? Leur réponse est conforme à l’observation de Franklin, il y a 230 ans. « Une hausse de 10% de l’ouverture au commerce extérieur réduit le taux de chômage de 0,75 à 1% » concluent-ils. Plus précisément, ils trouvent qu’ « une augmentation de 10% fait baisser le taux du chômage de 0,76%. » Le commerce crée de l’emploi.

De façon générale, plus le volume du commerce international d’un pays est important, plus son degré d’ouverture est élevé. L’ouverture au commerce est généralement mesurée en additionnant la valeur des importations et des exportations et en divisant le tout par le Produit intérieur brut (PIB). Par exemple, si un pays importe chaque année pour un montant de 10 milliards de dollars, qu’il exporte pour un montant de 10 milliards également et que son PIB est de 100 milliards, son degré d’ouverture sera de 20%. Il sera de 30% pour un pays qui avec un PIB identique exporterait et importerait pour un montant total de 30 milliards.

Dans le cas des États-Unis, le PIB s’est élevé à environ 15 000 milliards en 2011. Ses exportations et importations cumulées s’élèvent à 4 000 milliards. Son degré d’ouverture est donc de 27%. Sans aller dans les détails, les auteurs de l’étude dérivent un index d’ouverture au commerce en tenant compte des différences de niveaux de prix entre les pays.

Les chercheurs comparent ensuite le niveau relatif d’ouverture au commerce des 20 pays de l’OCDE avec leur taux de chômage. Ils prennent aussi en compte des facteurs comme le taux syndicalisation, les politiques de l’emploi, les niveaux de taxes sur les salaires et la générosité des assurances chômage.

Ils montrent une légère corrélation entre la générosité de l’assurance chômage et un niveau de chômage plus élevé, corroborant l’idée que les individus ont alors moins d’incitation à rechercher activement un emploi. […]

Les auteurs analysent alors les effets d’un commerce plus libre sur une sélection de 62 pays. Ils prennent en compte des caractéristiques comme la taille du marché noir ou l’absence de littoral. C’est là qu’ils trouvent que l’ouverture au commerce international a tendance à favoriser l’emploi.

Comment expliquer cette tendance ? L’étude suggère que le commerce international en améliorant la productivité permet aux entreprises d’embaucher davantage. Une concurrence plus intense défavorise les entreprises les moins efficaces et permet à celles qui le sont de grandir. Comme l’efficacité moyenne des entreprises augmente, elles peuvent générer davantage de revenus en produisant plus. Et cela permet l’embauche de travailleurs.

Pour avoir une petite idée de ce que l’ouverture au commerce international peut apporter aux individus, des économistes de l’Institut Peterson à Washington ont calculé que la réussite des négociations du cycle de Doha pourrait augmenter le PIB mondial de 165 à 283 milliards par an.

Alors pourquoi tant d’individus, et en particulier tant de politiciens, sont-ils convaincus du contraire ? L’économiste français Frédéric Bastiat l’a très bien expliqué dans son essai « ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas ». Les gens ont tendance à se focaliser sur les conséquences visibles d’une politique – dans le cas qui nous occupe, les emplois supprimés par la concurrence internationale. Mais, ils ratent les autres conséquences moins visibles et pourtant bénéfiques de cette concurrence, les emplois créés par l’amélioration de la productivité moyenne. Il est naturel que les personnes qui perdent leur emploi soient soucieuses et mécontentes et qu’elles appellent leur membre du congrès pour se plaindre de cette concurrence « déloyale ». Ces membres, craignant à leur tour de perdre leur emploi, s’empressent de passer des lois visant à bloquer les importations ou à favoriser les achats de proximité.

La conséquence visible d’une telle dynamique politique est que quelques travailleurs parviennent à garder leur emploi alors que plus nombreux sont maintenant ceux qui n’en ont pas. De plus, les mesures protectionnistes nuisent à tous dans la mesure où on leur refuse l’accès à des biens mois cher et/ou de meilleure qualité venant de l’étranger.

—-
Traduction par l’Institut économique Molinari d’un article publié le 3 mai 2011 dans le magazine Reason.

(*) Ronald Bailey est le correspondant scientifique du magazine Reason. Il est aussi l’auteur de Liberation Biology : The Scientific and Moral Case for the Biotech Revolution. Le livre est disponible sur Prometheus Books.

Note :
[1] « Trade and Employment : What Do the Data Say ? », European Economic Review, mars 2011.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • on leur refuse l’accès à des biens moins cher et/ou de meilleure qualité venant de l’étranger.

    Même ceux venant de chine ???

    Et d’après cette étude pourquoi sommes nous si loin du plein emplois ?
    la France est elle l’exception qui confirme la règle (pas de bol dans ce cas la …)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Damien Theillier.

Petite explication par Pascal-Emmanuel Gobry :

Pour un keynésien, Noël est évidemment une bonne chose. Noël, c’est une poussée très forte de la consommation. Les gens dépensent leur argent. Ces dépenses créent de l’activité économique : tous ces jouets, il faut les fabriquer, les acheminer, les marketer, les distribuer… Tout ça crée de l’activité économique, et donc de la croissance et des emplois. Après tout, à un instant T, l’économie n’est que la somme des décisions individuelles de dépenses. Que du bon ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Patrick Aulnas.

Le sanglot de l’homme blanc s’éternise, le wokisme n’en étant que la dernière déclinaison. Sommes-nous coupables d’avoir trop bien réussi ? Le développement économique occidental est-il une faute impardonnable à l’égard des générations futures ? Quelques générations d’Homo sapiens ont-elles irrémédiablement abîmé notre petite planète bleue ? La civilisation occidentale a-t-elle atteint son apogée au XXe siècle et commencé son déclin ?

Personne ne peut répondre à ces questions de façon abrupte sous peine de so... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles