Transparence des syndicats: soutenons la pétition Perruchot!

Soutenez la pétition Perruchot !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transparence des syndicats: soutenons la pétition Perruchot!

Publié le 20 décembre 2011
- A +

Ce n’est pas parce que c’est la période des fêtes qu’il faut systématiquement croire au Père Noël : même si le rapport Perruchot montre de graves problèmes dans la façon dont se financent les syndicats, rien n’aura été fait pour que ce rapport soit rendu public.

Nicolas PerruchotPour rappel, ce rapport, établi à la demande du député de la première circonscription de Loir-et-Cher et membre du Nouveau Centre, avait été (aussi discrètement que possible) étouffé par un vote parfaitement scandaleux à l’Assemblée Nationale. Lorsqu’on apprend qu’en réalité, la plupart des grands syndicats se font financer par des sources occultes ou opaques au travers de nombreux Comités d’Entreprises d’entreprises publiques, para-publiques ou nouvellement privatisées, on comprend que les députés qui ont refusé de publier ce rapport cherchent essentiellement à acheter la paix sociale avant une élection qu’on pressent serrée.

Pourtant, ce rapport semble absolument nécessaire pour introduire un peu de moralité et de transparence dans ce qui est devenu un cloaque où les pratiques douteuses rappellent de plus en plus fortement celle des mafias les plus standard. Mieux : dans un récent sondage, les Français se déclaraient très majoritairement pour que ces syndicats vivent exclusivement de leurs cotisations. À ce titre, on pourra relire la pétition lancée par Contribuables Associés qui demande qu’enfin, l’argent public ne soit plus dirigé vers ces boîtes noires.

À la suite du vote lamentable de l’Assemblée et du manque honteux et déshonorant de la moindre parcelle de courage de la plupart des députés, il semble maintenant nécessaire d’apporter tout notre soutien à l’action engagée par Nicolas Perruchot. Pour cela, vous pouvez le contacter directement par e-mail à l’Assemblée Nationale et surtout, participer à la Pétition en Ligne qui réclame ni plus ni moins que la publication complète de ce rapport accablant pour des syndicats devenus de véritables entreprises de détournement d’argent public.

Le site de la pétition : http://www.droitdesavoir.net/

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • He les gars de Contrepoints, allez me chercher ce rapport, et on le publie en entier sur Contrepoints. Le liberalisme, c’est la transparence.

    • Si vous avez les mains dessus, n’hésitez pas à nous le faire savoir. Nous n’en ferions rien (légalité oblige) mais wikileaks existe.

      • Ce truc doit être aussi dans des clés usb et ça se perd facilement ces petits objets..^^
        Pourquoi ne rien en faire ? C’est Perruchot qui n’a pas le droit de le révéler, pas, non ?
        Que ce passerait-il si un contributeur de CP à l’étranger (Canada, Maroc, Japon etc…) postait ce contenu ?
        Et dans cette logique, si CP s’interdisait de poster ce contenu en première intention, pourquoi alors reprendrait-il le contenu de Wikileaks ?

  • Malheureusement, il faut rester respectueux des lois… Et les contraintes à diffuser ce genre de documents sont dissuasives d’un point de vue financier!

  • Et quelle est la loi qui interdit de diffuser un document d’enquête publique d’une enquête publique pour le compte de l’assemblée nationale qui est l’enceinte qui représente politiquement le peuple?

  • Un oukase — décision arbitraire et autoritaire… — de l’exécutif ?
    Cela semble « hénaurme » quand-même…

  • Nicolas B (ci dessus) qui nous rappel gentillement de respecter la loi, il doit la connaitre la loi qui dit de laisser strictement dans l’opacité la plus totale une enquête publique d’un groupe parlementaire, Alors Nicolas B, notre guide moral, ca vient les détails sur la loi?

    • Tu as lu un peu les détails de l’affaire ou tu trolles juste ?

      La divulgation d’informations relatives aux travaux non publics d’une commission parlementaire d’enquête sont punis d’un an de prison et de 15.000 euros d’amende, a indiqué M. Accoyer le 14 décembre à des dirigeants syndicaux et patronaux.

    • Le vote scandaleux qui a étouffé ce rapport, et dont il est question dans l’article, est justement le vote qui oblige à la destruction de tous les exemplaires du rapport (hormis un ou deux pour les archives nationales, on pourra le consulter dans 30 ou 50 ans) et en interdit de ce fait la diffusion.
      C’est ce qu’explique M.Perruchot ici : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=fGhr11ILtDQ (vers 4:50)

    • Eh bien c’est Mr Perruchot qui l’a dit. Il risque de la prison et une énorme amende.

  • En tous cas, ça n’empêche pas de signer la pétition; il devrait y avoir 50 000 signatures. Diffusez, Diffusez.

  • Tout indique, selon les rares informations disponibles en dehors de ce rapport, que les syndicats de salariés ou les syndicats patronaux sont subventionnés à plus des deux tiers par les subventions publiques, parfois en totalité. Moins que la paix sociale, c’est plutôt le dialogue social que les hauts fonctionnaires achètent avec notre argent, formant ainsi une illusion de dialogue, une illusion de consultation de la société civile, une illusion de la représentation. Mais au final, leurs décisions s’imposent toujours, sans aucun contre-pouvoir véritable.

    Les syndicats, notamment patronaux, mais également les partis politiques, totalement dépendants de la manne publique, ne peuvent se prévaloir d’une véritable indépendance par rapport aux fonctionnaires qui dirigent effectivement les ministères, décident des subventions et finalement font la politique, bien plus que les politiciens eux-mêmes. Non seulement les syndicats et les partis ne représentent plus les français, les salariés ou les entreprises, mais ils ne se représentent même pas eux- mêmes.

    Compte tenu de l’emprise incroyable des hauts fonctionnaires sur le pays, il faut bien prendre conscience que le dialogue social, et plus grave encore, le débat politique, sont complètement baisés et vains. Ces débats ne sont qu’un voile qui dissimule le pouvoir effectif de la caste des fonctionnaires, réduisant le jeu démocratique à l’apparence, au virtuel.

    La publication du rapport Perruchot ne changera probablement rien à cette situation inique, à moins que son auteur ne l’ait dénoncée comme telle, auquel cas son rapport n’a aucune chance d’être jamais publié. Mais si c’est bien le cas, Perruchot n’a pas besoin de son rapport. Qu’il dénonce l’emprise de la caste des fonctionnaires sans attendre.

    • Perruchot devrait ouvrir une souscription pour amasser suffisament d’argent pour l’amende + un an de revenus (correspondant à l’année de prison) + frais de procès.
      Une fois à l’abri du besoin, il pourrait rendre public le rapport.
      J’aimerais bien voir si le pouvoir éxécutif prendrait le risque d’un procès, avec toutes la publicité que celà donnerait à ce rapport.
      Je pense que le Parquet serait aux abonnés absents pour déclencher les poursuites.

  • + encore que 50 000, des millions…

  • Il faut constater tristement qu ‘il ne se trouve même pas UN fonctionnaire
    tenant à son honneur pour divulguer ce rapport avant son enfouissement
    aux archives …
    Ha quand il s’ agit de salir la réputation d’ une personalité publique, ils ont
    moins de scrupules à transgresser les règlements !

    Supposons qu’ il s ‘ agisse d ‘ un rapport mettant en évidence des turpitudes
    de Monsieur Le Pen ( pardon Jean-Marie, c ‘ est une image ), vous croyez
    que ce rapport ne serait pas déja chez LeMonde,Mediapart, l’ Obs et autres
    Figaro ?

    Mais là, ça touche à son petit porte-monnaire hein .. c’ est pô pareil !

  • N’est-ce pas le Figaro qui y a eu accès? Peut-être est-ce de leur côté qu’il faut chercher.

    Et oui pour dire que Wikileaks peut être un bon vecteur pour le diffuser une fois obtenu.

  • owni.fr a publié une audition du rapport, concernant la cgt.

  • depuis des annees des tetes de syndicats,des organisations on ete complice des destructions de millions emplois,organises precarites qui exploses partout prive et public,certains fermes encore les yeux contre cadeaux ou gros cheques,corruptions,conflits interets,rapport perruchot gauche et droite on vote etouffement,comme les lois qu ils votes pour eux tous? complice du medef affaire woerth ,et bettencourt et les passes droits ces elus qui depuis des annees sans scrupules reduits les francais modestes a la miseres,supprimes des emplois 2012 alors qu ils fraudaient en creer plus dix a quinze millions pour nous francais ,alors que vous avez laissees rentrer des millions etrangers qui sont en france avec cette crise ,qui sonts dans des foyers travail etrangers dont beaucoup font travail aux noirs ,dealers,ou pire nos villes on des gros soucis avec ces populations couteuses non respectueuses,alors thibault laisse son poste cgt,pourquoi? blondel a ete decore,franc macon,beaucoup on eux des gros aventages ,voyages,biens achetes,est ce pas le medef encore

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

En pleine crise sanitaire et économique, après une année 2020 terrible dont les conséquences sur l’emploi se profilent dans les prochains mois, une mobilisation de tous les Français est indispensable… Pendant ce temps-là, la CGT lance plusieurs préavis de grève.

Un syndicalisme politisé

Il y a longtemps que le syndicalisme français n’a plus comme priorité la défense des intérêts des salariés mais celle de sa propre organisation.

Si ce n’est pas encore devenu un parti politique le Syndicat français, da... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

En 1957, alors que sévissait l’inflation, Guy Mollet, président du Conseil, prétendait l’éradiquer en bloquant les prix. La droite qui s’opposait à cette politique de gribouille fut alors qualifiée de « droite la plus bête du monde » par un chef du gouvernement manifestement ignorant des réalités économiques les plus élémentaires : on ne fait pas baisser la température (la hausse des coûts) en cassant le thermomètre (l’indice des prix).

Un scénario du même type se rejoue aujourd’hui. La CGT, la FSU et d’autres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles