Grande confusion sur l’austérité

Au vu de la dépense publique dans un pays comme la France (56% du PIB contre 47% en Allemagne), les marges de manœuvre pour réduire la dépense publique de l’administration sont énormes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
planche à billets

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grande confusion sur l’austérité

Publié le 15 décembre 2011
- A +

Au vu de la dépense publique dans un pays comme la France (56% du PIB contre 47% en Allemagne), les marges de manœuvre pour réduire la dépense publique de l’administration sont énormes.

Par Emmanuel Martin

Nombre d’observateurs s’inquiètent de l’austérité ambiante. Alors qu’il tente de répondre à la crise des dépenses publiques en Europe, ce durcissement budgétaire pourrait selon eux avoir un impact négatif sur la croissance et donc sur… les déficits, par le biais de moindres rentrées fiscales. En outre, pour ces observateurs, la BCE doit intervenir en rachetant massivement des dettes souveraines pour « relancer la pompe » de la croissance. L’austérité est-elle réellement anti-croissance ? La monétisation des dettes est-elle réellement la solution ?

Monétiser ?

La monétisation des dettes, c’est à dire le rachat de ces dettes par la banque centrale est vue comme un moyen d’oxygéner les marchés, et de faire retomber les taux auxquels les États endettés doivent emprunter pour financer leurs dépenses publiques (dont le remboursement de dettes arrivant à échéance et le paiement des intérêt). Les partisans d’une telle politique rappellent l’exemple des USA ou de l’Angleterre et préconisent que la BCE devienne une « vraie » banque centrale. Ils oublient cependant de rappeler les effets pervers de cette politique.

Le premier effet est sans doute l’aléa moral généré pour les responsables publics. Rappelons que l’origine de la crise des dettes souveraines est essentiellement (sauf pour l’Irlande ou, dans une certaine mesure, l’Espagne) l’incapacité de certaines démocraties, parce qu’elles sont « dysfonctionnelles » comme la Grèce, la France, ou l’Italie, à contrôler leur dépense publique, que cela soit du côté de l’administration ou de la protection sociale. Dans ces conditions, la « facilité » fournie par une monétisation de la dette donnera aux politiciens des incitations à ne pas prendre leur problème de dépense publique excessive à bras le corps. C’est d’ailleurs exactement ce qui s’est passé en Italie l’été 2011, après que la BCE a acheté des obligations de ce pays : les réformes promises se sont soudain faites attendre. Le jeu électoraliste de la démocratie renforce ce risque d’aléa moral : il est si simple de faire payer « les autres » (qui ne votent pas). Ainsi, non seulement la cause réelle de cette crise de l’endettement qui est l’excès de dépense publique, n’est-il pas sérieusement traité (même avec la règle d’or … qui était déjà dans le traité de Maastricht !) mais il est au surcroît, renforcé.

Le deuxième effet est que la fuite en avant dans l’irresponsabilité se paie d’une manière ou d’une autre, et ici avec de l’inflation. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre : faire tourner la planche à billets pour payer notre insolvabilité se transformera in fine en hausse des prix. La leçon des années 60 et 70 semble avoir été malheureusement oubliée. Nos analystes raisonnent « un peu » sur la base de la courbe de Philips (qui voyait une relation inverse entre chômage et inflation), avec l’idée que la récession ne peut s’accompagner que de déflation (de baisse des prix). Mais il est au contraire plus probable que nous assistions bientôt au retour flagrant de la stagflation, c’est à dire absence de croissance mais avec inflation. La croissance ne viendra pas d’une politique « volontariste » de la banque centrale ; un rebond sur les marchés, peut-être, mais ce n’est vraiment pas le problème.

On entend d’ailleurs souvent dire dans les médias spécialisés en économie et finance, que le travail d’une banque centrale est de « ramener la confiance » sur les marchés financiers. Mais en réalité, les marchés n’ont pas à être anesthésiés par une politique monétaire accommodante ramenant la confiance lorsque les sous-jacents de cette confiance ne sont tout simplement pas là. Les marchés financiers sont censés refléter (de manière imparfaite il est vrai) les perspectives économiques. Si ces perspectives sont mauvaises, les marchés n’ont pas à être « confiants ». C’est au contraire se couper de la réalité (un peu comme vouloir interdire les agences de notation d’ailleurs) que de vouloir anesthésier les marchés pour ramener une soi-disant confiance. C’est le meilleur moyen de repousser les problèmes et de les laisser empirer en une situation ingérable. C’est ce que, aux Etats-Unis au moins, la politique monétaire fait depuis une décennie, avec le résultat que l’on sait.

Austérité et austérité

Le seul moyen de retrouver la croissance de manière durable, et non pas à coup de « sniffs de cocaïne monétaire » qui est le meilleur moyen de créer des bulles, c’est donc la voie de la responsabilité : remettre l’État au service des citoyens à un coût modéré et faciliter l’activité entrepreneuriale.

Il y a sans doute trois types d’austérité : celle qui augmente les prélèvements, celle qui rabote les prestations sociales et celle qui baisse le coût de l’administration. La première est évidemment anti-croissance : elle étouffe l’activité économique. Malheureusement, le réflexe des gouvernements, on l’a bien vu en France d’ailleurs, est généralement de d’abord pratiquer cette austérité-là. Sur le deuxième type d’austérité, faire financer par les générations futures la générosité actuelle de notre modèle social est immoral. Au passage d’ailleurs, l’absence de croissance et de création d’emploi est aussi largement expliquée par le financement partiel de ce modèle par l’économie productive. Il faut donc un débat démocratique rationnel sur quelles priorités établir, et quelles solutions alternatives de protection sociale adopter là où cela est faisable.

Concernant le troisième type d’austérité, au vu de la dépense publique dans un pays comme la France (56% du PIB contre 47% en Allemagne), les marges de manœuvre pour réduire la dépense publique de l’administration sont énormes. Rappelons qu’une administration inefficace détruit de la valeur : endettement, prélèvements étouffant la sphère productive. Il y a ainsi un niveau de dépense publique au-delà duquel est inefficace et contreproductive : il faut impérativement y remédier. Cela signifie rationalisation de l’administration (et du mille-feuilles), suppression de postes et de « services », suppression de crédits etc. qui entraineront nécessairement des réallocations. Après une période d’adaptation et d’absorption dans l’économie productive, la baisse du fardeau du coût de l’administration et l’accroissement de son efficacité donneront un bol d’air à l’économie productive et donc à la croissance. Et le seul fait de s’engager clairement dans cette voie rationnelle envoie un signal positif aux investisseurs. La « règle d’or » ne servira à rien si elle n’insiste pas sur ce troisième type d’austérité.

Mais ce regain de croissance ne pourra s’effectuer sans ôter les obstacles qui se dressent sur la route de ceux qui tirent ou pourraient tirer la croissance : les entrepreneurs. Au-delà d’une réduction de la charge publique qui se traduira par une réduction de la ponction fiscale et sociale sur ceux qui créent des richesses et de l’emploi, il faut aussi une simplification administrative : que lancer une entreprise ne relève plus du parcours du combattant. Et même si le mot est tabou, il faudra bien un marché du travail réellement flexible, pour libérer la création d’emplois et les opportunités entrepreneuriales dans un monde qui bouge et qui n’a plus rien à voir avec le monde de 1945.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Si l’austérité pénalise la croissance alors cela signifie que l’absence d’austérité – la dette – devrait la développer. C’est bien l’inverse qui se passe : avec la dette on va droit dans le mur.

    • Il faut arrêter de penser de façon linéaire. La réalité et l’économie ne fonctionne pas comme cela. Ce qu’il faut, c’est trouver le bon équilibre de dépenses étatiques et sociales qui maximise l’intérêt général. Les courbes de Laffer sont un bon exemple de phénomène non linéaire (à partir d’un certain taux, augmenter les taxes diminue la somme totale récoltée au lieu de l’augmenter). Nous n’y sommes pas actuellement, en particulier car les dettes actuelles permettent de maximiser les gains d’aujourd’hui au détriment des gains du futur. L’inverse de l’investissement en fait. On a besoin d’un Etat, de régulation, d’une administration et de transferts sociaux vers les plus vulnérables. Mais en France, on est allée trop loin dans plein de domaine et c’est cela qu’il faut réformer. La régulation s’est transformé en une réglementation omniprésente et tatillonne qui enfle en permanence. Les administrations pléthorique s’emparent progressivement de tous les sujets et passent une grande partie de leur temps à gérer leurs relations internes et leur coordination. les transferts sociaux s’effectue maintenant à tous les niveaux délaissant les plus vulnérables (70% des français auraient droit aux HLM par exemple, un homme bien portant dans la force de l’âge a les mêmes aides que les autres, … ) voire sont détournés (les HLM sont occupés par des personnes ayant de haut revenus ou les sous-occupent, financement de la polygamie multiple, …).

  • Il faudra également ajouter après avoir dégraisser massivement les lois et les réglementations une stabilisation réglementaires afin d’assurer une visibilité à long termes pour tous les intervenants.

  • Merci.
    C’est bien ce que j’ai essayé de montrer.
    EM.

  • @ Laurent
    Effectivement.
    EM

  • reduire les dépenses de l’administration c’est bien.mais si c’est pour redépenser ailleurs et relancer la gabegie sur les dépenses de construction ou d’armement c’est mal.c’est le budget de l’etat qu’il faut réduire,donc le budget social mais aussi les aides aux entreprises sous toutes leurs formes.je pense notamment aux appels d’offres truqués des collectivités locales qui nous forcent a surpayer en permanence des services qu’on nous impose et dont on n’a pas besoin

  • @ Staline : vous avez raison (ouh ça fait bizarre d’écrire ça…)

  • Le plus populaire et le plus facile à faire c’est réduire les charges de l’administration d’un côté (supprimer les administrations inutiles, les commissions théodule, réduire le nombre de postes d’élus, privatisations etc…). L’autre point facile à faire passer, c’est le réduction des réglementations aux entreprises.
    Ainsi, on réduit les dépenses d’une part, on augmente les l’emploi et les recettes de l’autre.

    La reflexion sur notre modèle économique vient après (droit du travail, fiscalité, protection sociale). Là-dessus on ne pourra pas s’en sortir si on promet aux gens qu’ils seront moins protégés et que l’on va virer des fonctionnaires à la pelle, l’ouverture à la concurrence doit permettre de multiplier l’offre, de l’optimiser et donc de baisser les coûts.
    L’alternative n’est pas entre le tout-public gratuit et le rationnement, mais entre le tout-public mal géré et la concurrence multipliant l’offre et baissant les coûts.

    Une réforme de la fiscalité en la rationnalisant est indispensable, mais la baisse générale des taux d’imposition ne sera pas possible avant d’avoir réduit les déficits et la dette de manière satisfaisante.

  • A propos d’austérité de l’état, il n’y a pas de reportages des médias sur les coups de fil des responsables des administrations auprès de leurs fournisseurs les dernières semaines de décembre pour solder les budgets : genre achat d’ordinateurs à la dernière minute qui rejoindront un placard!

  • @ Frédéric. Effectivement la logique administrative est implacable : si vous ne consommez pas votre budget, on vous baisse le budget l’année suivante. Gaspillons les reliquats !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Inflation, guerre, restrictions, politique monétaire… Ça y est ! On peut l’affirmer, les nuages noirs se sont réellement accumulés sur les marchés financiers. Les marchés d’actions baissent entre 20 % et 30 % depuis le début de l’année. Une fois n’est pas coutume, les marchés de taux n’ont été d’aucun secours, l’or non plus (-8 %). De là à dire, à la manière des Anglo-saxons, que « Cash is king » il y a un pas que nous pourrions être tentés de franchir.

Tentés seulement parce que parce que nous estimons, d’une part, qu’à moins d’être u... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles