Vers le printemps russe

Plongée au cœur des manipulations de Poutine et révélations sur les fraudes électorales de son parti, Russie unie

Plongée au cœur des manipulations de Poutine et révélations sur les fraudes électorales de son parti, Russie unie.

Par Irina Bert (*)

Le déroulement des récentes élections russes montre le vrai visage du parti politique des jumeaux Poutine-Medvedev, Russie unie, dit « Nashi ». Depuis plusieurs années, ce parti est connu en Russie comme « le parti des voleurs et des menteurs ». Pourquoi ? Parce que durant les années au pouvoir de Poutine, le nombre de milliardaires en Russie n’a cessé d’augmenter, tandis que le reste de la population se partageait les miettes.

Qui vit bien en Russie? Ceux qui sont proches du pouvoir. Ils partagent entre eux les bénéfices de l’État et ne veulent pas du tout perdre leurs places confortables avec le départ de leur leader Poutine. Donc, c’est comme à la guerre : tous les moyens pour gagner sont bons. Les gens ne votent pas pour nous ? Pas de problème : ajoutons le pourcentage de bulletins nécessaires ou tout simplement sans rien ajouter, écrivons les chiffres qui nous arrangent le mieux. Dans une province, ils ont effectivement ajouté quelques pourcents pour « Nashi », mais ont oublié d’enlever le pourcentage correspondant pour les autres partis, avec un total de plus de 100%…

Le fait nouveau est que la société civile russe met à profit les nouveaux moyens de communication pour témoigner des fraudes électorales massives et grossières. Voici le témoignage d’un prêtre russe orthodoxe, requis comme observateur dans une école faisant office de bureau de vote [1] :

Fin de la journée électorale. Les bulletins à compter. Le moment de vérité… Les observateurs ne peuvent pas les toucher et ne peuvent pas s’approcher des tables où se trouvent tous les bulletins enlevés des boîtes électorales pour être comptés. (…) La responsable de la commission électorale s’approche vers le stand pour indiquer sur un grand panneau les résultats. Nous lisons :

Russie unie : 690
Parti communiste de la Fédération de Russie : 202
plus les petits pourcentages pour les autres partis…

À droite, je vois les panneaux avec les résultats; à gauche, je vois les bulletins divisés en plusieurs liasses pour chaque parti. Fait étrange, les liasses avec les bulletins « Russie unie » et « Parti communiste » ont absolument la même épaisseur, mais sur le panneau je lis: 690 et 202… M’adressant aux autres observateurs, je les interroge :

— Messieurs, vous voyez ce que je vois ?

— Quoi ?

— (Désignant les liasses de bulletins de vote) Cela !!

Ils commencent à comprendre de quoi je parle…

— (M’adressant à la responsable) Qu’est-ce que vous faites ?

— Pardon ?

— Vous affichez des résultats selon lesquels la liasse de bulletins pour Russie unie devrait être presque quatre fois plus grande que pour le Parti communiste !

— Et alors?

— Mais les liasses pour ces deux partis ont la même épaisseur !

La responsable me répond d’un air fatigué :

— En bas, les bulletins ont été mal pliés, il y a des vieux bulletins… l’épaisseur du papier est différente.

— L’épaisseur du papier des bulletins communistes est quatre fois plus grande que celle des bulletins Russie unie ?!, se demandent les autres observateurs. Il faut les compter encore une fois !

— Ce n’est pas à vous de décider, nous rétorque la responsable. Si vous continuez ainsi, je vais vous faire sortir d’ici…

La fin de cette histoire et que les observateurs ont essayé d’appeler la police qui est venue en disant que leur contestation ne servait à rien car le temps nécessaire pour gérer cette plainte s’élève à 10 jours et que les résultats des élections seraient annoncés bien avant.

Des manifestations d’opposants se déroulent actuellement pour demander de nouvelles élections et la démission de Poutine. La première manifestation après les élections n’a pas été montrée à la télévision d’État russe. Par contre ils ont relayé la réunion des « Nashi » qui ont manifesté sous le slogan : « Une victoire honnête ! » Les différentes sources russes et les réseaux sociaux des étudiants russes attestent de ce que de nombreux étudiants ont été dispensés de cours et envoyés au lieu de manifestation de « Nashi », parfois même sans être préalablement prévenus de la raison de leur présence.

Une nouvelle vague de manifestions des opposants a eu lieu ce samedi 10 décembre, qui s’avère un succès sans précédent dans l’histoire encore jeune de la démocratie russe. À Moscou, le gouvernement avait pourtant tout mis en œuvre pour la saboter. Sur la place moscovite où se sont réunis les opposants, des travaux avaient subitement débutés (problème de canalisations…) de façon à réduire le nombre de participants pouvant s’y masser. Un message comme quoi les manifestants de 18 ans seraient enlevés par la police lors de la manifestation et envoyés faire leur devoir à l’armée pendant deux ans s’était trouvé largement diffusé (et contesté dès le lendemain par l’organisation « les mères des soldats » qui avaient trouvé la démarche de très mauvais goût). Le ministère de l’Éducation avait décidé de faire du samedi 10 décembre un jour d’étude avec examen à la clef, et sanctions pour les absents…

Entre la vérité et le mensonge, la guerre des Russes est de moins en moins froide.

—-
(*) Née à Moscou, Irina Bert vit en Europe.

Note :
[1] Source : le site web russe « L’Orthodoxie et le Monde », www.pravmir.ru. Ce site indépendant n’est pas sponsorisé par le gouvernement. Le nombre des lecteurs est d’environ 600.000 par mois. L’article en question est intitulé « Les élections. Comment ça s’est déroulé en réalité ». L’auteur est Dmitri Sverdlov, licencé en sciences économiques et sciences mathématiques, et du Séminaire orthodoxe de Kolomensk.