Syndicats, comité d’entreprise de la RATP : nos élus cèdent au chantage

Deux événements emblématiques de la pusillanimité de nos élus

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints436

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Syndicats, comité d’entreprise de la RATP : nos élus cèdent au chantage

Publié le 7 décembre 2011
- A +

Rapport du député Perruchot sur le financement des syndicats enterré par ses collègues, scandales du comité d’entreprise de la RATP mis au jour par la Cour des comptes. Deux événements emblématiques de la pusillanimité de nos élus.

Par Gabriel Lévy, porte-parole de l’Association des contribuables d’Aubagne
Un article du Cri du contribuable

Les trois singes de la sagesse : le premier se couvre les yeux, le second les oreilles et le troisième la bouche. Nos députés auraient-ils adopté la devise de Gandhi : « Ne pas voir, ne pas entendre, ne pas parler » ?

Un rapport parlementaire passé aux oubliettes et la « découverte » par nos élus d’un rapport de la Cour des comptes illustrent aujourd’hui notre propos.

« L’argent caché des syndicats »

C’est sous ce titre que Le Figaro Magazine du 4 décembre 2011 nous révèle une partie du contenu d’un rapport parlementaire. Nous invitons nos lecteurs à le lire, car ce rapport est désormais enterré sur un ordre du gouvernement, ordre retransmis par le président du groupe UMP de l’Assemblée nationale à ses collègues.

Comme il n’est pas dans nos habitudes de nous taire, nous avons écrit en ces termes :

Au président de la commission d’enquête sur le financement des syndicats, M. Richard Mallié :

Nous sommes surpris par vos propos rapportés par Le Cri du Contribuable :

« Aujourd’hui, à quatre mois de la présidentielle et à deux mois de la fin de la législature, ce n’est pas la peine d’adopter un tel rapport », a expliqué Richard Mallié (UMP), le président de la commission, selon des propos rapportés par l’AFP. »

Notre association locale a l’intention, au contraire, de s’emparer de ce sujet pour lequel elle prévoit une conférence à Aubagne. La dernière livraison du Figaro Magazine nous incite à dévoiler les scandales de ces subventions. Nous sommes certains que c’est justement à quatre mois de la présidentielle, à un moment où il nous est demandé de nous « serrer la ceinture » qu’il fallait adopter ce rapport. La reculade de l’UMP n’est pas glorieuse.

Au rapporteur, M. Perruchot :

Nous avons appris avec désappointement et amertume le rejet par l’UMP du rapport de la commission d’enquête parlementaire relative au financement des syndicats, pour au moins deux raisons :

  1. Votre commission, et surtout vous-même, avez fourni un travail important qui finit aux oubliettes, ce qui ne grandit pas la fonction des parlementaires, ni la confiance dans ce parti. Si, comme le prétend M. Mallié, président de la commission, à qui nous nous sommes déjà confiés, cette démarche n’était pas opportune à 4 mois de l’élection présidentielle, pourquoi ne pas l’avoir proposée dès 2007 à l’époque de la ferveur réformatrice ?
  2. Nous avions pris contact avec vous en 2010 pour une conférence à Aubagne sur ce sujet, pour laquelle vous n’aviez pu répondre positivement à l’époque. Or, la dernière livraison du Figaro Magazine a réactivé le sujet et nous vous proposons de nouveau d’être notre conférencier.

 

Les scandales du comité d’entreprise de la RATP

Apparemment notre gouvernement est aveugle et sourd, car il est difficile d’admettre que ses services ne soient pas renseignés sur des faits anciens révélés par la Cour des comptes. Certes, les comités d’entreprise (CE) ont un certain degré d’autonomie, même par rapport au directeur de l’entreprise publique.

Mais l’objet social des CE, surtout lorsqu’il s’agit d’« entreprises recevant des fonds de la collectivité publique ou au service de cette dernière », est suffisamment précis pour éviter des dérives.

Probablement comme dans la première affaire, celle des 4 milliards d’euros offerts annuellement aux syndicats, nos ministres souhaitent « fluidifier les relations sociales ». Apparemment, l’invitation (individuelle) de leurs dirigeants en 2007, à la table de notre Président, dans les restaurants étoilés, ne suffisait pas.

Aveugle et sourd ? Probablement pas, mais pusillanime au point de toujours céder au chantage à la grève. Convenons-en : un quinquennat inutile. Mais gare au prochain !

—-
Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Une vidéo édifiante, que dis-je, accablante:

    –> http://www.youtube.com/watch?v=fGhr11ILtDQ

  • Résumons: l’Etat nous prend les fruits de notre travail par la force, le livre à ceux qui le détournent, et tente de le cacher quand ça se voit. Quant à l’illusion d’une quelconque différence entre l’UMP et la gauche, on voit ce qu’elle vaut. Pour rappel, en plus : http://www.contrepoints.org/2011/12/04/58874-les-deputes-ump-refusent-la-transparence-sur-le-financement-des-syndicats

  • Outre les réformes institutionnelles qui me semblent indispensables, telles la suppression de l’élection présidentielle au suffrage universel, la place des fonctionnaires dans les assemblées et les différents conseils territoriaux, la limitation et le non cumul des mandats, je pense qu’il serait salutaire que l’adhésion à un syndicat pour tout salarié soit obligatoire et que toute décision soit prise, pour chaque organisation par un vote à bulletin secret.
    Il me semble que ce serait une sacré bouffée d’air frais dans ce pauvre pays au bord de l’asphyxie.

  • Sinon, le titre est vraiment gentil : en fait, nos « représentants » ne cèdent pas au « chantage », il protègent un système dont ils jouissent eux-mêmes à mort.

  • Des milliards, les subventions annuelles aux syndicats sont aussi élevées que le budget de l’enseignement supérieur !
    Ces maffieux ont lésé le contribuable, j’espère que nous serons remboursés.
    Idem pour les mafieux de l’agirc-arrco : remboursement aux cotisants !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

La France fait bande à part parmi les pays de l’UE, elle est l’un des derniers à résister encore et toujours à la libéralisation du marché de l’électricité. À plusieurs reprises l’Iref a pointé les limites du modèle régulé dans lequel évoluent nos énergéticiens.

La Cour des comptes a rendu mardi 5 juillet un rapport très critique sur l’organisation du marché de l’électricité sans néanmoins proposer d’aller plus loin dans sa libéralisation. Pourtant, plus de dix ans après la loi ... Poursuivre la lecture

L’examen du projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d’achat, soit un paquet de nouvelles dépenses publiques à 20 milliards d’euros, débute ce lundi 18 juillet à l’Assemblée nationale. D’après les échos des discussions préalables en commission des finances, on devine que les débats seront animés, mais pas vraiment dans le sens d’un retour à une certaine sobriété budgétaire, bien au contraire. À tel point que le gouvernement, qui pourtant s’y connaît en « quoi qu’il en coûte », accuse maintenant les oppositions de vouloir faire « sauter la... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles