Feu sur les pompiers!

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints430

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Feu sur les pompiers!

Publié le 5 décembre 2011
- A +

Un dernier rapport de la Cour des Comptes allume la gestion des services de Pompiers. Je ne saurais parler de SOS incendies, car je m’en vais m’indigner en vous expliquant le pourquoi du comment. Vous pourrez trouver des détails et un graphique intéressant dans Le Parisien.

Je vais me faire détester par tous les gros bisounounours. Amis libéraux, je vous suggère de prendre votre calculette en étudiant le graphique ci-joint. Il y aurait 260.000 pompiers en France, dont « seulement » 40.301 professionnels. Je dis « aurait », parce que la Cour dénombre 197.307 pompiers volontaires, ce qui fait un total de 237.608. Mais la Fédération Nationale en revendique 260.000. Je vais rester dans l’univers de la CdC, sympa, parce qu’autrement ce serait encore moins gentil.

Au total, 3.600.000 interventions par an: 25 par pompier, donc deux par mois en moyenne, dont

  • 2.491.000 « secours à la personne »: 18 par an, par pompier;
  • 568.000 « protection des biens et opérations diverses »: 4 par an, par pompier…
  • 312.000 incendies: 2, par an, par pompier;
  • 261.000 accidents de voiture: moins de 2 par an, par pompier.

Donc, en moyenne, un pompier fait un peu plus d’un « secours » par mois, une « protection » par trimestre, un incendie par semestre et un accident itou… Oui, je sais, on fait dire ce qu’on veut aux statistiques, par exemple, les professionnels comprennent 11.123 « administratifs », qui ne doivent pas voir beaucoup de terrain, et d’ailleurs on sonne à ma porte: ce sont les Pompiers Volontaires du canton qui passent collecter pour leur calendrier. Je vais surtout pas dire non, des fois que je serai le prochain incendie semestriel de l’un d’eux…

INDIGNEZ-VOUS (sauf si vous n’avez pas encore le calendrier).

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Cher M. Le Honzec,

    Il est évident que vous n’avez pas tort. Mais nous touchons là à un tabou du modèle social français qui ne tolère pas la moindre critique -hélas !- dans la sacro-sainte opinion publique.

    Un abus de plus…

  • dans la meme serie, vous aviez recemment les 25 000 sages femmes en france qui manisfestaient pour leur conditions de travail. sachant qu il y a 800 000 naissances par an, cela fait 32 naissances par sage femmes par an, soit 3 naissances par mois environ. il parait qu elles sont debordees. faites un tour dans n importe quelle maternite, vous allez voir ce que veut dire tra trav travai… glander.

  • L’abus de base consiste à justifier ses avantages par un service dangereux (les incendies) qui est devenu anecdotique par rapport au secours à la personne. On se retrouve alors avec des avantages disproportionnés par rapport au risques encourus (gardes, retraite, logements de fonctions, …).

  • J’ai un ami pompier de Paris qui est payé à faire du sport. En plus on lui offre les formations de son choix, dans la limite de ses compétences.
    Quand je lui ai demandé quelle intervention il fait le plus souvent, il m’a répondu SAV (secours aux victimes). Instinctivement on pourrait se dire que c’est normal, c’est son job de sauver des gens, non?
    Pourtant, la plupart de ses interventions consiste à amener une petite vieille à l’hôpital… Elle appelle les pompiers parce que c’est « gratuit »!

  • J’ai compris d’où venait la surestimation du chiffre de 260’000 : il s’agit du nombre d’adhérents au syndicat des pompiers ! Quand on connaît la précision des comptages des syndicats dans les manifestations …

    Par contre, je ne comprends pas vos chiffres : 3,6M / 260 k ~= 13. Pourquoi 25 ? Est-ce que c’est parce qu’ils se déplacent toujours par deux ? Honnêtement, j’aurais pris au moins quatre, en moyenne. Mais ça ne ferait que doubler les nombres moyens d’interventions. Toujours pas énorme comme boulot.

    • Cher internaute perspicace, mea culpa: moi qui joue les donneurs de leçon, je m’a lamentablement gouré.Donc rectification: 15 interventions par an,donc une par mois, ce qui n’arrange rien.Mon propos n’est pas d’analyser en tenant compte du nombre d’intervenant, et les ratios en découlant, surtout en sachant qu’il y a la grande majorité des volontaires d’un coté, et un quart de personnel « administratif » chez les « pros »…

  • Le libéral est si supérieur à la moyenne de l’humanité —du moins certains ici le pensent très fort— qu’il est immédiatement compétent en tout: en économie, en gestion, en politique, en climatologie, et maintenant en organisation des secours.

    Comme ils sont surdoués, contrairement aux pompiers, ils n’ont besoin ni de formation, ni d’entraînement, ni d’entretenir le matériel, ni de faire des gardes (ils sont instantanément téléportés sur place), etc. Contrairement au pompier, le libéral est efficace; le pompier est un glandeur qui ne fait rien de ses journées, et en plus est payé de l’or en barres pour ce la avec l’argent du contribuable.

    Je souhaite juste que la prochaine fois que vous aurez besoin des pompiers, vous aurez la chance de voir une vraie équipe d’intervention, et pas de Contrepoints, car vous risquez d’être déçus. Ou d’y rester.

    Mais Contrepoints est certainement aussi spécialiste en obsèques, donc je ne m’en fais pas…

    • Tu comprends rien à rien, ou tu fais exprès ? On ne remet pas en cause l’utilité des pompiers, mais on se permet de discuter de certaines dérives qui ne sont, à nos yeux, pas justifiées.

      Parce que, si on suit ton raisonnement, du fait que les pompiers sont indispensables, ça autorise tous les abus et toutes les dérives, notamment financières ? Bon courage dans ta société encourageant la spoliation au nom du « bien de tous ».

    • Peut-être pas oublier que,si je fais un article satirique, c’est d’abord parce que c’est la Cour des Comptes, pas du tout libérale avec Didier Migaud à sa tête, qui critique un système. Quant à la polyvalence des libéraux, c’est parce que le libéralisme est une vision du monde et donc touche à tous les domaines. Lesquels domaines auraient bien besoin de s’intéresser au libéralisme pour envisager des solutions alternatives, et non pas socialistes ou alter-mondialistes.Point de détail: le système des gardes est un des aspects les plus critiqués par la Cour.

    • L’ironie, c’est bien. Mais il faut l’encadrer d’arguments, sinon ça tombe à plat.

      • Nan. Je suis d’abord (entre autres, il est vrai) ici, un dessinateur de presse caricaturiste, donc, j’ironise et je satirise. Pour les arguments, voyez à « Cour des Comptes ».

  • J’ai fait mon service à la brigade des sapeurs pompiers. En tant qu’appelé, il ne vous envoie pas sur ce qu’il y a de pire. mais j’ai eu le droit à quelques morts, on est pas trop habitué à cela dans notre société aseptisée.

    Par contre, quand il y a un cadavre en putréfaction à aller chercher, ils le font.
    Quand il y a une personne encastrée dans sa voiture, avec ses 2 enfants écrabouillés par un 38 tonnes, ils se battent pour la sauver.
    C’est pas du sentimalisme, c’est la vie. Pensez à ceux qui ont ramassé les
    corsp des 3 enfants écrasés par un RER, ça ne représente peut être que la seule sortie de la semaine, mais il faut quand même la faire cette sortie.

    Ils côtoient la mort, le sang et la merde comme personne ne peut l’imaginer. On est loin des bisounours.

    • Oui, effectivement, c’est leur métier. J’ai personnellement ( et je suis issu d’une famille) des amis soldats, qui sont censés, dès le départ, faire la guerre( et qui la font). Par ailleurs j’ai un copain qui est aux Pompes Funèbres, qui voit tous les jours des morts, pas toujours beaux. Enfin j’ai des relations dans le monde médical, avec plein de maladies horribles.Quelles conclusions pensez-vous en tirer?

      • J’en tire la conclusion que tous comme les urgences, ce sont des structures difficiles à appréhender car on ne planifie pas les accidents et que ce sont des métiers épuisants mentalement. Donc il faut un nombre d’hommes suffisants pour que ça tourne bien.

        Après si vous pensez que l’organisation d’une caserne qui doit tourner 24h/24h , 7j/7j est mal foutue, alors que vous n’y avez certainement jamais mis les pieds (mais peut être avez vous un cousin chez les pompiers, car vous semblez connaitre plein de monde), vous pouvez proposer une réflexion sur l’organisation. Ce serait productif. Ce serait intéressant deconnaitre le ratio idéal pompier/habitant optimal. Est ce que les gros lards (genre Seguin) de la cour des comptes l’ont donné dans leur rapport?

        • Au lieu de critiquer la critique, donnez-vous la peine de lire ce rapport, ou, tout au moins, une recension comme celle du lien que j’ai proposé. Oui, la Cour des Comptes propose des pistes. Oui, j’ai des idées personnelles: par exemple, quelle est le potentiel physique/mentale d’un pompier de garde vers sa 20 ème heure d’affilée, sachant qu’il lui en reste encore quatre? Je rappellerai, en tant que citoyen , que la Cour des Comptes est un des symboles d’une République qui se veut vertueuse, et qu’elle mérite donc un certain respect, comme la mémoire de M; Seguin que tous ont considéré comme un grand serviteur de l’Etat.Non, je n’ai jamais été seguéniste, et je respecte M. Migaud, Président socialiste de la Cour.

  • ou comment basher gratuitement sans réfléchir…

    ne vous aurait-il pas échappé que les pompiers volontaires, c’est à dire la majorité d’entre eux, ne sont pas du tout à temps plein et ont un autre métier à côté, qu’ils ne sont donc disponibles que quelques heures par semaine? de plus les pompiers interviennent systématiquement en équipe, au moins à trois (et c’est utile dans bien des cas de ne pas être seul ou même à deux).
    De plus si vous comptez comme un évènement un feu de forêt dans le Sud, qui s’étend sur des centaines d’hectares et dure une semaine ennemi, ça mobilise plusieurs centaines de pompiers
    Quant aux pompiers de Paris (c’est à dire de la Brigade des sapeurs Pompiers de Paris, BSPP), ce sont des militaires, oui ils font du sport pour maintenir leur condition physique mais interviennent beaucoup (la gymnastique fait traditionnellement partie de leurs compétences – on peut être Chef d’agrès, etc.)

    cela dit il est vrai que les services à la personne représentent un nombre toujours croissant de leurs interventions, et les pompiers déplorent eux-mêmes que les gens les appellent pour pas grand-chose « parce que c’est gratuit »

    je ne suis pas un « gros bisounours », mais là vous manipulez clairement les chiffres

    • C’est pas moi, c’est la Cour des Comptes. Qui, justement,suggère d’avoir plus recours au volontariat, en soulignant par ailleurs le nombre de « gardes blanches, c’est à dire 24h. sans intervention.En tant que libéral et citoyen , je suis favorable au volontariat, plus rentable,plus efficace et qui est aussi un ciment communautaire.Quant aux Pompiers de Paris, héritiers d’une lourde tradition,dont j’ai eu l’occasion de discuter avec des membres( musclés), je ne vois pas pourquoi ils viennent faire des ballets de gymnastique à la télé.Enfin, vous avez raison de rappeler le problème des « services à la personne », qui est un parfait exemple de dérive perverse: là aussi,j’ai un stock d’anecdotes de serrures à pompiers (cad: on paume sa clé et on fait venir les pompiers en prétendant, par exemple, un enfant à l’intérieur)et autres.Pompiers= feu, accident= ambulance.

  • une semaine et demie, bien sûr (et pas ennemie…)

  • La remarque d’Adrien est pertinente. En équivalent temps plein, à combien de sorties / temps plein sommes nous ? En euro / sortie, combien ?
    Quels sont les kpi les plus pertinents pour juger du ROI des pompiers ?

    Etant contribuable également, j’espère aussi une allocation des ressources la plus optimale possible dans la protection des incendies et des autres missions des pompiers.

    Sinon de manière philosophique, on peut également constater que les soldats ne sont payés qu’à se préparer à une guerre dont nous espérons tous qu’elle n’aura pas lieu. Il en va de même pour les pompiers. L’important est qu’ils soient là quand on en a besoin, même si on en a besoin rarement.
    Quel couverture de casernes sur le territoire pour couvrir le risque par exemple ?

    On peut très certainement faire mieux pour moins cher, et il faut identifier les postes où la dépense semble très exagérée en regard du bénéfice.
    Maintenant, il faut faire attention à la gestion du risque.

    • La gestion du risque n’est pas simple de fait, mais au final pas plus ni moins compliquée qu’une autre gestion ; la question de l’optimisation de cette gestion est donc d’actualité et donc, en tant que moutontribuables, nous avons évidemment droit de regard sur cette gestion dont le financement nous est imposé.

  • En lisant vos remarques, je vois que beaucoup ne connaisse pas le fonctionnement d’un service départemental d’incendie et de secours. Je vous rappel que la majeur partie du territoire est défendu par des volontaires donc uniquement payé à l’intervention.Donc un pompier qui effectue 2 interventions par an sera payé uniquement pour ces 2 interventions. Les volontaires sont des gens comme vous et moi qui travaille la journée et qui passe leur temps libre à aider la population. En ce qui concerne les professionnel, ils sont affectés dans des villes ou la solicitation opérationnel est importante, certe nous devons rester formés sur l’ensemble de nos missions car si un jour le feu du semestre ce passe chez vous, je pense que vous serez content d’avoir des personnes les plus compétantes possible. Le rôles des SDIS ne concerne pas uniquement les intervention car ceci est la fasse visible de l’iceberg. Pour finir j’aime bien voir des personnes fair des leçons de moral derriere un PC sur le fonctionnement de la nation sans jamais proposer mieux. La critique est le rôle le plus facile, devenez acteur du système et vous arriverez (peux etre) à le comprendre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comme le souligne ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Romain Delisle. Un article de l'Iref-Europe

En juin 2018, l’Assemblée nationale avait adopté une résolution réclamant une révision générale des taxes à faible rendement, qui brocardait la complexité et les coûts associés à leur collecte, dans une mesure qualifiée de « préjudiciable, non seulement au bon fonctionnement de l’économie, mais également au consentement à l’impôt et à l’avènement d’une société de confiance ».

Des taxes vétustes au bien-fondé douteux

Définir la notion de taxe à faible rendement n’est pas aussi aisé ... Poursuivre la lecture

Par Christian Gerondeau et Rémy Prud'homme.  

La justice, et pour partie le chemin de fer, sont des services publics. Comme tels ils sont totalement ou largement financés par l’impôt. Les comptes publics nous donnent donc des chiffres qui permettent d’apprécier - et de comparer - l’importance que la société française attache au fonctionnement de ces deux services : collectivement nous préférons, et de beaucoup, le transport ferroviaire à la justice.

En 2021, la France consacre environ 8 milliards d’euros à sa justice. Ce chiffre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles