Trop chers, les loyers?

Que penser de l’idée d’un « registre de loyers » pour empêcher leurs hausses abusives?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trop chers, les loyers?

Publié le 4 décembre 2011
- A +

Au Québec, l’idée d’un « registre de loyers » pour empêcher leurs hausses abusives fait son chemin. Que faut-il en penser?

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec

Les défenseurs des droits des locataires veulent que Québec crée un registre des loyers. Pour empêcher les hausses « abusives ». Quand je demande à de propriétaires d’immeubles à logement ce qu’ils en pensent, ils me répondent tous : à quand un registre des mauvais locataires?

S’ensuivent les anecdotes : un propriétaire doit débourser 1500 $ parce qu’un chat a pissé partout sur le tapis, au point où le proprio a dû arracher le tapis et le remplacer au complet. Un locataire a peint en rouge foncé deux pièces de l’appartement — même si le règlement de l’immeuble l’interdit. Un porc empile ses déchets dans le salon. Ou les lancent par la fenêtre…

Revenons au registre des loyers. Il permettrait aux locataires de connaître, en un coup de fil, le dernier prix payé pour un appartement qui les intéresse. Et d’aller se plaindre à la Régie si le nouveau prix affiché leur paraît trop élevé. Cette proposition se défend. C’est une simple question de droit et de transparence.

Mais du côté des propriétaires, qui profitent souvent d’un changement de locataire pour hausser leur prix, on craint la venue d’un tel registre. Un nombre croissant de nouveaux locataires pourraient l’utiliser pour limiter la hausse des loyers.

Le vrai problème

Le nœud du problème, c’est le contrôle par la Régie du logement du prix des loyers au Québec. Les hausses suggérées, depuis des années, sont déconnectées de la réalité du marché. Et bien inférieures à l’évolution du prix des immeubles.

Oui, le prix des loyers a fortement augmenté depuis 10 ans. Mais bien moins que le coût des maisons et des immeubles. Et que dire des taxes municipales, qui suivent la même trajectoire. Doit-on se surprendre que les propriétaires cherchent à augmenter leurs loyers pour mieux refléter le marché, et couvrir leurs frais?

Les abus existent sûrement, comme partout. Les propriétaires ne sont pas des anges. Ils sont là pour faire de l’argent. Mais dans le contexte, des hausses soudaines de loyer peuvent parfois se justifier. Si par exemple l’ancien locataire avait pu limiter pendant des années le prix de son loyer grâce à la Régie, certains propriétaires vont profiter du déménagement pour remettre le prix de leur loyer au niveau du marché.

Cercle vicieux

Surtout, un contrôle du prix des loyers — s’il ne concorde pas avec la réalité du marché immobilier — peut avoir des effets à long terme désastreux. D’abord, il rend moins profitable la construction de logements locatifs (pourquoi pensez-vous qu’il se bâtit tant de condos à Montréal, et si peu de logements locatifs?)

Non seulement le stock d’immeubles diminue, mais aussi sa qualité. Les proprios vont être réticents à investir et rénover leurs logements s’ils ne peuvent couvrir leurs frais avec une hausse de loyers. Et vu la pénurie de logements et le contrôle des prix, certains n’en ressentent même pas le besoin! Ils savent que, rénovation ou pas, leur logement sera loué, et au même prix.

Au final, on se retrouve avec moins de logements, et des pénuries. Résultat : les propriétaires demeurent avec le gros bout du bâton. On n’est pas plus avancé.

Pour aider les ménages à encaisser la hausse des loyers, il serait plus avisé que le gouvernement subventionne directement les familles et les individus concernés. Une telle aide directe permettrait de cibler ceux qui en ont vraiment besoin — car des gens aisés profitent aussi du contrôle des loyers. Et surtout, d’éviter les effets néfastes d’une politique de contrôle des loyers qui, à long terme, cause plus de dommages que de bien.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Et pourquoi donc voulez-vous « aider les ménages à encaisser la hausse des loyers » ? Et pourquoi pas les aider à encaisser la hausse du pain ou des chaussure ?
    Après tout, il ne s’agit jamais que de l’argent des autres…

  • Subventionner les locataires?!?
    Dommage, l’article avait bien commencé et se termine par une bêtise. La subvention ne fera que renchérir le loyer et ira directement dans la poche des propriétaires. En d’autres termes, elle ne résout rien et coûte fort cher au contribuables.

    C’est exactement ce qui se passe en France avec les « APL » (Aide personnalisée au logement).

  • Faut rester relatif. Les APL ou les systèmes du même genre c’est moins libéral que rien du tout, mais c’est quand même moins largement con que les HLM ou le plafonnement des loyers : au moins, ça permet de limiter la quantité de bénéficiaires et ça ne fait aucun mal aux tiers (propriétaires-bailleurs, autres locataires).

  • Il y a deux manières de sinistrer une ville: les bombardements et le contrôle des loyers !
    Je ne connais plus le nom de l’auteur, mais je partage son consat.

    • la réponse dans wikipedia « contrôle des loyers » : c’est Assar Lindbeck ; et une recherche avec ce nom + « housing » donne immédiatement http://www.econlib.org/library/Enc/RentControl.html qui fournit le texte et la référence précise

      “In many cases rent control appears to be the most efficient technique presently known to destroy a city—except for bombing.” The Political Economy of the New Left (New York: Harper and Row, 1972)

      « Souvent le contrôle des loyers apparait être la technique la plus efficace actuellement connu pour détruire une ville, bombardement excepté »

  • « Il y a deux manières de sinistrer une ville: les bombardements et le contrôle des loyers ! »
    Nathalie Elgrably-Lévy
    http://www.iedm.org/fr/node/2726

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chères lectrices, chers lecteurs, à la suite de mes quelques lectures des livres de l'économiste Thomas Sowell, m'est venue l'envie de vous faire un petit résumé de ces quelques clichés de gauche que nous avons l'habitude d'entendre un peu partout dans nos médias, et que Sowell aborde abondamment dans ces différents ouvrages.

 

Il faut se dépêcher d’agir

C’est probablement un slogan très à la mode depuis deux ans, souvent associé avec celui consistant à ajouter « si cela peut sauver ne serait-ce qu'une seule vie. »

L... Poursuivre la lecture

Le système des prix est un synonyme de liberté. Ou du moins, il est une condition nécessaire à l’existence des libertés les plus primaires, ce dont la plupart de nos contemporains n’ont pas conscience, eux qui fustigent facilement l’économie de marché.

En général, ils souhaitent donc des formes d’organisation sociales plus solidaires, impliquant l’abolition du système de prix et de la monnaie, accusée de conduire à un règne de la marchandisation de l’homme. Il ne se passe guère un jour sans qu’un intellectuel quelconque rédige des pamp... Poursuivre la lecture

le socialisme
1
Sauvegarder cet article

Par Nicolas Jutzet. Un article de Liber-Thé

Le socialisme conserve un grand pouvoir de séduction et il bénéficie actuellement d'un retour à la mode particulier sous le couvert de diverses revendications sociales, écologiques et économiques. Entre plan de relance, mesures collectivistes et toute-puissance de l’État, il prend différentes formes.

Pourtant, cette idéologie a échoué dans le passé et continuera de le faire, pour deux raisons principales : c’est un système immoral et irréaliste. C’est sa nature qui explique ses échecs ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles