Autonomie des universités: la France en queue du peloton européen

L’autonomie des universités, encore une fausse réforme de Nicolas Sarkozy?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Autonomie des universités: la France en queue du peloton européen

Publié le 30 novembre 2011
- A +

L’Association Européenne des Universités (EUA) a publié la semaine dernière son classement sur les niveaux d’autonomie des universités en Europe. Malgré la Loi Pécresse de 2007, la France reste en queue du peloton européen. Une nouvelle pierre dans le jardin de l’UMP, accusée dès le vote de la loi de ne pas aller assez loin.

L’EUA a distingué quatre critères : autonomie administrative, autonomie financière, autonomie pour la gestion des ressources humaines et autonomie académique. Pour chacun de ces critères, les pays ont été classés sur la base d’indicateurs objectifs, définis précisément dans la méthodologie de l’étude. Quel que soit le classement retenu, la France est dans la seconde moitié, voire carrément bonne dernière. Autrement formulé, l’université en France est l’une des plus centralisées et monolithiques de toute l’Europe.

À l’inverse, les universités britanniques, irlandaises, estoniennes ou nordiques sont celles où l’autonomie de gestion sur tous ces plans est la plus forte, permettant généralement de mieux répondre aux besoins individuels des étudiants.

Sans surprise, la quasi absence d’autonomie réelle et de responsabilité associée se traduit en France par une gestion catastrophique: les déficits s’accumulent et une dizaine d’universités devraient présenter de budgets en déficit pour l’année prochaine. Selon le journal Le Point, « Nantes parle d’un déficit de 4 millions, Limoges 3 millions, Pau 2 millions, Bretagne-Sud 1,2 million d’euros ».

Lire le reste de nos articles sur l’éducation.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les amis de la liberté individuelle, la bataille des législatives semble mal engagée : la gauche autoritaire tendance NUPES est en tête des sondages, suivie de près par le centre autoritaire tendance majorité présidentielle, lui-même suivi par la droite autoritaire tendance Rassemblement national. Dans tous les cas de figure, les programmes dirigistes promettent davantage d’intervention de l’État, que ce soit en matière de sécurité, de maîtrise des prix, d’écologie ou encore d’énergie. La mystique du plan est réapparue après la crise san... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Le fédéralisme flamand est un succès avéré, dans quasiment tous les domaines. La Flandre n’a jamais été aussi prospère. Gand, Bruges, Leuven sont au faîte de leur art de vivre, parmi les plus belles, actives et créatives cités d’Europe du Nord. Anvers renoue avec son glorieux passé, celui de l’un des plus grands ports du monde.

Le fédéralisme wallon est tout aussi éclatant, mais d’échec, d’insuccès, de complaintes, de rancœurs et de misère. Pourtant, depuis un demi-siècle, c’est la Flandre qui finance massivement la Wallonie, non le co... Poursuivre la lecture

Par Adnan Valibhay.

L'Université impériale, puisant ses racines des collèges médiévaux, est créée à l'initiative de Napoléon Bonaparte le 10 mai 1806.

Jadis formation d’excellence, elle connait un déclin inéluctable et est de plus en plus mise au ban de l’enseignement supérieur au profit des grandes écoles.

Cette dégénérescence s’explique par différents facteurs. On peut notamment penser à la présence en son sein d’éléments nihilistes, refusant tout bonnement le principe de la méritocratie. La lâcheté politique doit égal... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles