Le programme économique de l’UMP pour la présidentielle

Le programme économique de l’UMP n’est pas à la mesure des exigences de la situation économique présente

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints363

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le programme économique de l’UMP pour la présidentielle

Publié le 24 novembre 2011
- A +

Le programme économique de l’UMP n’est pas à la mesure des exigences de la situation économique présente.

Par Alain Dumait
Un article du Cri du Contribuable

Au fur et à mesure des réunions publiques organisées par l’UMP, le voile se lève sur les propositions qui s’inscriront dans le programme présidentiel du candidat de ce parti, Nicolas Sarkozy le plus probablement.

Leur ensemble donne l’impression d’un simple replâtrage.

Prenons l’exemple des 35 heures. On parle «d’en sortir»… sans remettre en cause la durée légale du travail des 35 heures… (en faisant confiance à des négociations «de branche»)

Sur le coût du travail. Une nouvelle fiscalité «anti-délocalisation» est avancée, mais reste à inventer…

Sur le chômage : rétablissement de l’apprentissage dès l’âge de 14 ans.

Sur l’encouragement aux PME : «moduler» l’impôt sur les sociétés.

Sur l’assistanat : fusionner la prime à l’emploi avec le RSA, sans toucher à celui-ci…

Pour lutter contre les fraudes sociales : ajouter une nouvelle carte (biométrique) à la carte Vitale…

Cette frilosité, comparativement à tous les pays qui ont engagé vraiment la grande réforme de la réduction de la sphère publique s’explique par deux éléments :

– une surestimation des réformes effectivement et réellement engagées depuis 2007. Les technocrates qui nous gouvernent, au nom de l’oligarchie (et de plus en plus éloignés du peuple) sont manifestement contents d’eux. Comme le mur de la banquise est en vue, ils nous proposent de réduire un peu la vitesse du navire…

– une sous-estimation de l’ampleur et de la nature de la crise actuelle. Et même une erreur profonde d’analyse.

Non, ce n’est ni la mondialisation, ni le développement des nouvelles technologies et de la finance, qui nous a mis là où nous sommes. Car ces facteurs, loin d’être intrinsèquement négatifs sont évidemment positifs. Ils s’apparentent à de «grandes inventions».

La cause profonde de cette crise est la mauvaise gouvernance de l’économie, la folie des systèmes publics, l’aberration de la politique monétaire.

Aussi longtemps que l’UMP, pour ne prendre que cet exemple, ne saura pas ou ne voudra pas analyser les causes de cette crise – tout autant mondiale que française, puisque due à la mise en œuvre de la funeste idée d’un État-providence – largement d’inspiration française – il n’y a aucune chance qu’elle élabore un programme réellement susceptible de répondre aux exigences de la situation.

C’est dommage…

—-
Sur le web

Les propositions économiques et sociales de l’UMP.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La popularité de Jean-Luc Mélenchon comme de sa monture politique pour les législatives, la NUPES, témoignent d’une chose : une partie des Français ont perdu tout contact avec la réalité économique du pays, et sont prêts à avaler n’importe quelles promesses sans trop s’interroger sur leur faisabilité ou même leurs effets catastrophiques dans le vrai monde.

⚡🇨🇵FLASH -Les Français valident les propositions de la #Nupes. 89% sont pour le blocage des prix. 81% veulent plus d’écologie. 79% sont pour le retour de l'ISF. ... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

C’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle, et Valérie Pécresse continue de stagner dans les sondages.

??? L'évolution de l'ensemble des sondages publiés pour le premier tour :

?Macron 29% ↘️ ⚫️Le Pen 18% ↗️ ?Mélenchon 14% ↗️ ?Pécresse 11% ↘️ ?Zemmour 11% ↘️ ?Jadot 6% ➡️ pic.twitter.com/ulxIu1T0DB

— mathieu gallard (@mathieugallard) March 24, 2022

Parmi les raisons qui affaiblissent sa candidature, certains accusent le silence embarrassant de celui qui reste le mento... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles