Streaming, biométrie et hermétisme technologique

HADOPI, biométrie, taxation des FAI, les stupidités continuent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Losing

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Streaming, biométrie et hermétisme technologique

Publié le 21 novembre 2011
- A +

Streaming, biométrie et hermétisme technologique

La situation est catastrophique à tout point de vue, mais cela ne doit pas nous empêcher d’en rire un bon coup. Dernièrement, nous nous sommes moqués d’un certain éléphant, du président de la République, du programme de l’UMP. Ce lundi, je vous propose de vous moquer des gesticulations parkinsoniennes des institutions étatiques lorsqu’il s’agit de mettre en place et gérer les nouvelles technologies…

Attention : je me garderai bien de passer en revue ici l’ensemble des cas, tous plus tordants les uns que les autres, qui illustrent à merveille la médiocrité abyssale et quasi-artistique, mâtinée d’une obstination qu’on pourrait qualifier d’autistique, de l’Etat et ses affidés dans l’organisation et le déploiement de gadgets un peu sophistiqués.

Il semble en effet que dès que l’Etat se mêle de se mettre à la page, il heurte de plein fouet le ridicule, se prend les pieds dans le tapis du bon sens, s’étale de tout son long dans la fange du gaspillage et de l’inutilité, et termine sa course avec de multiples factures qu’il s’empresse de présenter aux contribuables.

Les cas les plus amusants sont ceux des politiciens dont l’ensemble de la carrière aura consisté à éviter, par tous les moyens, de faire un effort cérébral intense pour essayer de comprendre un mécanisme, ou de mettre en place une méthode, une organisation. Généralement, soit cet effort est relégué au second rang de leurs préoccupations, soit directement imposé à l’un des sous-fifres qui sera désigné pour la tâche (que ce dernier refilera bien vite à un larbin quelconque).

Dès lors, tout ce qui comprend une composante technologique forte échappe rapidement à la compétence du politicien moyen, et ses décisions ne sont alors qu’un empilement de phrases toutes faites, préparées par l’un de ses communicants, lui-même pas du tout à la page, et que notre homme apprendra par coeur sans en comprendre le sens.

On se souviendra (pouffons ensemble) des explications embrouillées et foutraques de Sarkozy sur la nécessité d’intervenir pour stopper le réchauffement climatique auquel il mêlait des petits mots-clefs comme trou et couche d’ozone, dans un gloubiboulga typique du cuistre qui meuble.

« Des scientifiques et des savants du môôônde entier … se sont réunis pendant des mwâs et des mwâs pour dresser le constat – c’est le constat qui est accablant – le monde va à sa perte si on continue à émettre du carbone qui crée un trou dans la couche d’ozone et qui … brise les équilibres de la planète. »

Et les cuistres, une fois lancés, sont bien difficiles à arrêter. Cela n’a donc pas loupé : lorsqu’il s’est agi de parler du streaming, Sarkozy a repris son petit entonnoir, et a balancé une belle énormité qui nous ramène gentiment dans les heures les plus sombres d’internet vu par l’UMP :

« Sur les sites de streaming, l’idéologie du partage, c’est l’idéologie de l’argent : je vole d’un côté, je vends de l’autre »

Bravo Mr. Sarkozy, vous méritez un Entonnoir d’Argent.

Pour situer un peu les choses, expliquons ce qu’est le streaming en quelques lignes que même un politicien pourrait envisager de comprendre s’il mettait son cerveau en mode Concentration pendant un peu plus de 12 secondes.

Le streaming est une technique de transmission de flux de données en temps quasi-réel. Les paquets d’informations arrivent sur la machine avec un débit suffisant pour que la lecture puisse se dérouler sans accoups. Typiquement, le streaming fonctionne dès que le débit de réception est supérieur au débit de restitution au spectateur. Le streaming s’oppose au déchargement en ce que ce dernier impose d’avoir la totalité du fichier pour en assurer la bonne lecture, alors que le streaming travaille sur un petit bout seulement.

N’importe quelle radio internet travaille en streaming. La plupart des vidéos que vous regardez sur youtube sont en streaming. Les chaînes d’informations proposent souvent des flux qu’on peut lire directement.

Evidemment, on comprendra qu’un streaming de fichier, s’il n’est pas seulement lu, mais aussi sauvegardé dans un fichier, constituera un téléchargement valide (à peu de choses près) qui pourra être rejoué plus tard autant de fois qu’on le désire.

Le Chef de l’Etat (qui est rémunéré plus de 15.000 euros par mois et tient malgré tout les propos que vous avez lu précédemment) mélange donc allègrement un aspect purement technique (le streaming) avec une activité bien spécifique, celle qui consiste à prendre un contenu, le mettre à disposition, sans payer les droits de sa diffusion (qu’elle soit en streaming ou en téléchargement standard, du reste). Pas étonnant : dans sa petite tête, un vaste nuage de fumée opaque virevolte dès qu’on évoque ces sujets, et le petit singe qui joue d’habitude des cymbales en continu entre ses deux oreilles passe en mode hystérique.

Et le voilà donc lancé à l’assaut de ce nouvel Everest avec le projet, aussi flou que sans budget, d’étendre les droits de la HADOPI à ces nouveaux modes de pillage numérique troporribles et tout et tout.

Hadopi Of The DeadCar en effet, HADOPI, qui semble ainsi renaître de ses cendres un peu moisies, n’a jamais été prévue dans la loi initiale pour combattre le piratage sous cette forme, mais exclusivement sous celle du Peer-To-Peer dont tout indique que sa pratique devient marginale. Eh oui : HADOPI est déjà, en soi, — frissons d’horreur législative — un magnifique ratage technologique, monstre mort-vivant après avoir été mort-né (plusieurs fois). Sarkozy veut donc maintenir ce merdoiement institutionnel en étendant ses prérogatives, et lance l’opération … dans un nouveau foirage.

Caramba ! Encore raté !

Sans même savoir ce qui se nichera dans les projets de loi et les bidouilles législatives qui accompagneront cette nouvelle idée, on sent déjà que toute l’opération va, une nouvelle fois, se heurter au mur de la réalité : dès que le streaming illégal aura une chance non nulle de se retrouver sous les fourches caudines de la HADOPI, une nouvelle technologie apparaîtra ou prendra son essor et mettra, une nouvelle fois, les politiciens et les fonctionnaires de cette Hautotorité devant leur incompétence. Pour ma part, je parie sur le VPN ou les newsgroups, mais je suis sûr qu’on peut trouver plus rigolo.

Et si l’on ajoute au tableau la dernière taxe Sarkozy sur les FAI pour — selon lui — aider les fictions françaises (dont tout montre qu’elles ont certainement plus besoin de pentobarbital sodique que de subventions, afin d’en finir au plus vite), on comprend que la seule et unique motivation du président dans ce domaine technologique se borne à trouver des moyens de protéger ses copains des majors, adeptes du Capitalisme de Connivence, et à permettre à l’Etat français de continuer à survivre pour quelques jours de plus avec une nouvelle ponction.

Encore une fois, je tiens à le redire ici : ce type de ratage n’est pas un hasard ; L’Etat est institutionnellement en retard d’au moins une génération (et tant mieux), et ses sbires ne comprennent pas les enjeux dont il est question (et là encore, c’est aussi bien ainsi).

Il suffit de rappeler une autre magnifique bérézina, qui nous coûtera encore plus cher que la précédente hadopitrerie.

On apprend en effet récemment que les passeports biométriques … ne sont pas conformes aux normes européennes et que de très coûteuses opérations de remises aux normes devront être lancées. En effet, en vertu d’un arrêt du Conseil d’État du 26 octobre dernier, le ministère de l’Intérieur va devoir supprimer de ses bases de données la quarantaine de millions d’empreintes digitales qui avaient été prélevées à l’origine.

Il était prévisible qu’une telle collecte initiale était disproportionnée et tout indique qu’on le savait en haut lieu, mais qu’on a procédé tout de même, jugeant qu’aucun mouton du cheptel n’allait se rebeller.

Raté. Encore raté.

Ce n’est pas un hasard, vous dis-je.

C’est un style.

Losing : if at first you can't succeed, failure may be your style.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Je note l’effort rhétorique dans cet article, mais il peine à masquer son inconséquence sur le fond, je ne vois notamment aucune solution pour faire simplement respecter la propriété intellectuelle ni aucun argument légitimant le piratage.
    Au plus on a une critique sur la lenteur du législateur. Vous souhaiteriez donc qu’il aille plus vite, mette en place du DPI pour traquer au maximum ce qui circule sur la toile?

    Certes Sarkozy semble faire un amalgame entre streaming et streaming d’oeuvres piratées, mais nul ne peut douter que c’est du streaming pirate qu’il veut parler, et des sites qui en font un business. Certes il peut être bien agréable de profiter de contenus sans en payer le prix réel, mais cela condamne la création. Le piratage crée une situation très injuste car certains citoyens honnêtes payent le prix de ce qu’ils consomment, d’autres consomment aussi mais sans financer la création ou pire, en finançant ceux qui profitent des possibilités de copie à l’infini permises par Internet, sans rémunérer les créateurs.

    La riposte graduée sur le peer to peer mise en oeuvre par la HADOPI s’attaque certes seulement à une partie du problème, mais elle a quand même permis de dissuader pas mal de monde et de rappeler la loi. De plus, l’internaute peu éclairé ne fera pas la distinction entre P2P, DDL et autres modes d’acquisition de contenus piratés.

    Sarkozy a simplement compris que l’Internet ouvrait un nouvel espace d’échanges, et que comme tout espace d’échange il a besoin de régulation. L’espace public, le commerce ont toujours été l’objet de régulation de la part du pouvoir qui représente les citoyens et organise la vie commune. Il faut donc que la puissance publique exerce son devoir de régulation également sur Internet. Mais tout comme la drogue et les contrefaçons se trouvent toujours dans nos villes, il y aura toujours un dessous du manteau sur Internet… L’important étant d’éviter que trop de monde aille se servir sous les manteaux.

    • Ce que dit l’article est assez simple : l’état échoue misérablement et de façon répété à contrôler ce qu’il ne comprend pas. Qu’il arrête donc. Ca nous coûte du pognon.

      En outre, vous reprochez à l’article de n’avoir aucun argument, mais où, exactement, se cache celui qui vient étayer cette magnifique assertion gratuite :
      « il peut être bien agréable de profiter de contenus sans en payer le prix réel, mais cela condamne la création » ??

      … Et je ne parle même pas des choses qui sont objectivement fausses comme « elle a quand même permis de dissuader pas mal de monde et de rappeler la loi« .

      Bref, tout, dans votre commentaire, montre une belle resucée des arguments de l’UMP en faveur de l’HADOPI, les mêmes non-sequitur et les mêmes affirmations sans fondement, mais rien qui ne vienne justifier, par un argument logique et bien construit, la conservation de la propriété intellectuelle, ou, plus modestement, la justification de la Hautotorité en elle-même.

    • N’est ce pas aux propriétaires des droits d’auteurs de s’attaquer aux sites pirates.
      ce sont des artistes avec des labels de firme puissante, ils ont les moyens de se payer des avocats.

      C’est juste une énième tentative pour un gvt de droite d’essayer de se faire bien voir par une population d’artistes de gauche. Population d’artistes qui n’hésitera pas à cracher à la figure de ce gouvernement hyper libérale comme ils disent.

      Il est clair que le temps passé à rédiger cette loi débile permet de plus de justifier du titre de ministre. Alors que s’il avait passé le même temps à chercher des économies au sein de son ministère, on l’aurait affublé de triste titre de comptable.

      • Vous avez parfaitement raison, c’est une fois de plus une tentative d’entreprises capitalistiques pour faire endosser par l’état et le contribuable non pas la défense de leurs intérets (la loi y pourvoit) mais les outils techniques qui permettent de localiser les contrevenants, ce qui justifie parfaitement le qualificatif de capitalisme de connivence. De toute façon concernant l’efficacité des mesures qui ont été prises, ce n’était nullement le but de la manip et ça ne la disqualifie en rien, le but était tout d’affichage et de montrer que l’état se préoccupe pleinement des petits soucis d’argent de ces entreprises et de ce point de vue c’est tout a fait réussi.

    • « …Le piratage crée une situation très injuste car certains citoyens honnêtes payent le prix de ce qu’ils consomment, d’autres consomment aussi mais sans financer la création ou pire, en finançant ceux qui profitent des possibilités de copie à l’infini permises par Internet, sans rémunérer les créateurs… »

      Est-il -au passage- besoin de rappeler (Cf. histoire du Pascal brûlé à la télé par Gainsbourg ou des déclarations de John Lennon) que l’immense majorité de l’argent (env. 99 %) généré par les ventes de disques films et livres ne va pas dans les poches du créateur de l’oeuvre ?

  • de toutes facons, il n’y a pas besoin de MINISTRE de la Kultur. Quelle pretention a l’Etat de nous dire quoi lire, quoi écouter, quoi penser ?? A l’heure d’Internet, le moyen technologique parmi les plus formidables de tous les temps, TOUT est dispo directement sur l’ordinateur de chacun.

  • Les gens repasseront par des méthodes simples, plus besoin d’autant de réseaux et de connexions internet (uniquement pour les mails et faire des courses, je sait je rêve des genoux).

    http://www.extremetech.com/computing/105931-full-disk-encryption-is-too-good-says-us-intelligence-agency

    traduction partielle ici ->
    http://www.macbidouille.com/news/2011/11/22/les-systemes-de-chiffrage-de-disques-durs-deviennent-trop-bons

    Avec comme commentaire final pour ceux qui sont allergiques aux sites parlant de la pomme :
    « Notez qu’on raconte que s’il n’y a pas encore d’équivalent à Hadopi aux Etats-Unis, cela serait lié à un véto de ces autorités fédérales, qui craignaient que le plus gros de ce qui circule sur Internet ne se retrouve chiffré et masqué par des moyens de plus en plus complexes, ce qui aurait compliqué leur travail de manière considérable. »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que dans les médias le courant woke semble avoir le vent en poupe, sur les marchés il en va autrement. Récemment Disney et Netflix ont subi des pertes financières importantes dues à leurs orientations. À Wall street résonne un nouveau slogan : get woke go broke (devenir woke vous ruine).

Les investisseurs doivent se poser alors la question : to woke or not to woke ?

 

Arrivée de la police de la pensée

Au début, il y a eu le politiquement correct, cette posture qui consiste à policer excessivement son langage po... Poursuivre la lecture

Par Yoann Nabat.

Cet été, le journaliste Taha Bouhafs révéla qu’un site d’extrême droite avait établi un fichier listant des personnalités désignées comme étant islamogauchistes. Dans le même temps, certaines critiques s’élevant contre le passe sanitaire pointaient du doigt le risque d’un fichage des déplacements.

Fichiers de police ou fichiers clandestins, le fichage des opinions politiques semble de plus en plus mis en lumière. Pourtant, est-il véritablement autorisé en France, et sous quelles conditions ?

Par principe,... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain.

Selon la définition de la CNIL :

La biométrie regroupe l’ensemble des techniques informatiques permettant de reconnaître automatiquement un individu à partir de ses caractéristiques physiques, biologiques, voire comportementales. Les données biométriques sont des données à caractère personnel, car elles permettent d’identifier une personne. Elles ont, pour la plupart, la particularité d’être uniques et permanentes (ADN, empreintes digitales, etc.).

Il n’aura échappé à personne que le marché de la bi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles