L’heure des libéraux est-elle venue?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints338

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’heure des libéraux est-elle venue?

Publié le 20 novembre 2011
- A +

L’initiative d’Hervé Novelli de réunir la « galaxie libérale » le 9 novembre a-t-elle permis de réveiller cette famille politique bien discrète ces dernières années?

Un article de l’aleps

Hervé Novelli

Ce 9 novembre, on a refusé du monde à la Brasserie du Printemps, et près de 500 libéraux avaient du mal à trouver leur table pour ce dîner conférence, dont l’heure a été retardée au dernier moment : était-ce un présage ? La table réservée par l’ALEPS était bien fournie, puisque nous avions décidé de répondre à l’invitation d’Hervé Novelli, dont le texte ne laissait aucune ambiguïté sur les convictions de l’organisateur :

Alors que depuis plus de trente ans les politiques publiques mises en œuvre au nom de l’État Providence ont conduit notre pays au bord de la ruine, nombre de dirigeants politiques continuent de ressasser les recettes d’un dirigisme pourtant coupable d’avoir provoqué une crise sans précédent. Une crise annoncée de longue date par les libéraux. Mieux, alors que ces dirigeants en sont directement responsables, ils accusent le libéralisme d’en être à l’origine. Les faits nous donnent malheureusement raison… Les libéraux ont choisi de se rassembler au-delà de tout clivage partisan pour promouvoir leur vision d’un monde neuf .

Ces excellentes pensées ont été confirmées d’entrée de jeu par le discours d’Alain Madelin. Du Madelin bon crû, qui a rappelé avec nostalgie une certaine campagne manquée en 2002 ; beaucoup des piliers de cette campagne se sont retrouvés là, avec plaisir, et pas découragés du tout. Les coupables de la crise ? L’État Providence, le keynésianisme, et pas la finance ni le capitalisme. Aujourd’hui la preuve est faite : Keynes est mort, le roi État est nu. Comment bâtir un monde neuf ? Respecter l’éthique économique, miser sur le capitalisme entrepreneurial. « Si on veut faire des économies il faut faire de l’économie ». Recentrer l’État sur ses fonctions régaliennes : des gouvernements de gauche ont su le faire. C’est que « le libéralisme n’est pas de droite ni de gauche mais de bon sens ». Peut-on réussir ? Oui, si l’on fait confiance aux Français et si l’on a des super-citoyens au lieu d’avoir un Super État.

Hélas, jusqu’au discours de conclusion d’Hervé Novelli, la suite a été moins enthousiasmante.

Deux ministres étaient présents. Gérard Longuet a clairement laissé entendre que la doctrine c’est bien, mais l’urgence c’est de gagner les élections. Quant à Luc Chatel, il a confirmé dans une interview au Figaro le lendemain qu’il était libéral, mais que le libéralisme a été dévoyé par les ultra-libéraux qui ont créé la crise avec la déréglementation : il avait tout compris, le bougre ! Dans le cours de la soirée, on a eu des moments parfois affligeants avec un jeune témoin visiblement ignorant et d’autres vidéos peu convaincantes. La salle a réagi en entretenant un brouhaha permanent, qui n’a pas permis d’entendre comme il convenait les communications pourtant intéressantes d’Agnès Verdier (IFRAP, sur les coûts de la fonction publique) et de Jean Philippe Feldman (ALEPS, sur la société civile). Heureusement Hervé Novelli a pu se faire entendre. Il était bien tard, l’heure du libéralisme semblait avoir été dépassée mais le maître de maison a mis en évidence que nous fêtions aussi le 9 novembre 1989, le jour où la liberté a pu renaître en Europe, une liberté qui nous a été volée vingt ans plus tard. Il a rappelé les principes de base de l’éthique libérale : l’individu prime sur la société, la subsidiarité réduit l’État à ses fonctions régaliennes, la liberté s’accompagne de la responsabilité. Il a appelé les jeunes (moitié de la salle) à bâtir un « Monde 9 ».

Dans son discours de clôture, Hervé Novelli a présenté cinq réformes d’inspiration libérale qui devraient restreindre le périmètre de l’État : non cumul de fonctions administratives et de mandats politiques, saisine par le Parlement de la Cour des Comptes pour diligenter des enquêtes sur les effets des législations examinées, réforme fiscale de nature à faire participer tous les Français à l’effort fiscal (sans accroître la progressivité), laisser la totale liberté contractuelle pour la durée du temps de travail, recentrage de l’État sur ses fonctions régaliennes et statut de fonctionnaire pour le seul personnel opérant dans ces fonctions, et enfin poursuite de l’intégration européenne autour de l’axe franco-allemand.

Dès le lendemain matin, la proposition de limiter le statut de fonctionnaire a fait l’objet de vifs débats dans la presse radio-télévisée. C’est pourtant une réforme de bon sens, proposée par tous les libéraux du monde entier. Elle est à la base d’économies substantielles, et les salariés privés du statut ne sont pas réduits au chômage : ils deviennent salariés de droit commun, leur carrière est souvent plus intéressante et plus rémunératrice, et si la fluidité du marché du travail est rétablie, ils trouvent facilement un emploi plus utile et moins coûteux pour la nation.

En conclusion, on ne sait si ce rassemblement se prolongera par une initiative politique, mais il aura été prouvé au moins que la famille libérale a bien traversé le temps, peut-être parce qu’elle a été exclue du pouvoir depuis vingt ans… À suivre.

—-
Article publié en collaboration avec l’aleps, avec l’aimable autorisation de Jacques Garello, président de l’aleps.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Le seul fait d’avoir des socialistes de l’UMP comme Longuet , Châtel ou même Novelli dans un forum dédié au libéralisme montre l’étendue du confusionnisme de ses organisateurs ….les trois ministres se déclarant libéraux ayant encore participé à l’augmentation de la taille de l’état , le pouvoir des fonctionnaires et des syndicats , fait exploser l’endettement et l’assistanat …

  • @volna,

    Ces trois ministres, pour conserver leur place, ont dû adopter « profil » bas.
    Sinon, n’auraient-ils pas été « démissionnés » à l’instar d’Alain Madelin, dans le temps – et ce temps fut très court – ministre des Finances ?

  • En attendant, ils n’ont pas été les plus mauvais dans le Gouvernement. Avoir quelques libéraux dans un gouvernement, même mauvais, est toujours mieux que rien.

    • >> Avoir quelques libéraux dans un gouvernement, même mauvais, est toujours mieux que rien.

      Non.

      Il vaut mieux ne pas en avoir du tout désolé.

      Quand il n’y en a pas, les libéraux peuvent alors dire : « notre politique n’a pas été mise en oeuvre, voilà pourquoi le gouvernement a échoué ».

      Là, il va d’abord falloir expliquer que les libéraux de l’UMP n’en étaient pas.

      Alain Madelin avait fait le bon choix en 2005 (un choix très courageux qui plus est).

  • C’est bien joli tout ça, mais à quand un candidat libéral aux présidentielles ?

    C’est sûr que si on laisse le libéralisme la mettre en sourdine sous prétexte de laisser l’UMP fort peu libérale gagner les élections, on n’en verra jamais le bout.

    Il faudrait surtout de bons pédagogues. Comme je l’exprimais dans un commentaire précédent, lors de mes nombreux débats à ce sujet avec les non-libéraux, j’ai constaté que les gens non-extrémistes commencent à se rendre compte avec cette crise que l’Etat providence est en faillite, et les tabous tombent. C’est peut-être le bon moment, et peut-être également que dans 5 ans il sera trop tard.

    Je sais qu’il est facile de dire ce genre de chose dans un bête commentaire le fessier bien posé dans un siège confortable, mais…

  • Le Parisien Liberal
    21 novembre 2011 at 15 h 11 min

    dommage que les médias aient eux compris que les « libéraux » (type Luc Chatel … !) sont au « pouvoir ». Il est très important de marteler le message de l’absence de libéraux à l’UMP (même si c’est partiellement faux) pour rester crédible.

  • Le Parisien Liberal
    21 novembre 2011 at 15 h 13 min

    et Luc Chatel ferait mieux d’ouvrir des bouquins d’histoire, voire meme, plutot, des journaux, pour reprendre les sources de la crise du subprime.

    • Luc Chatel en bon politicien professionnel est occupé à 100% par ses petits arrangements pour rester au pouvoir.

      Ce n’est même pas la peine de croire qu’il va prendre le temps de lire et de réfléchir.

  • Alain Madelin, que je considère comme étant le responsable politique qui comprend le mieux le libéralisme, n’a fait que 3,91% au Présidentielles de 2002. Cela situe le niveau de sympathie qu’a le Pays pour les idées libérales! Ne révons pas!

  • Pourquoi pas un candidat libéral à la présidentielle. La connaissance des idées libérales est très faible dans notre pays et ce serait un bonne occasion de les divulguer pour faire la pige aux visions caricaturales répandues de droite et de gauche sur la philosophie libérale.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Dans les années 1960, au début de ma carrière professionnelle, je faisais mes armes dans une moyenne entreprise de distribution de combustibles en France (charbon et produits pétroliers). Le pétrole était alors un monopole d’État délégué pour de brèves durées renouvelables au secteur privé, ce qui a évité aux Français de remplir des formulaires pour faire le plein de leurs voitures et de leur chaudière.

Les prix étaient fixés canton par canton, heureusement à un niveau élevé, car l’administration se fondait su... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alain Madelin.

Il avait du caractère, il avait du panache. Il était un solide libéral. Il était mon ami… depuis 50 ans.

Ce caractère sans doute l’avait-il forgé et trempé dans ce bouillonnant Quartier latin du milieu des années soixante. La jeunesse d’aujourd’hui ne peut pas comprendre ce que fut alors ce quartier universitaire plein de fureurs où des jeunes gens comme Claude affrontaient toute une panoplie de mouvements communistes, orthodoxes ou non, toutes formes bizarres de trotskismes, et un maoïsme aveuglé par la Révol... Poursuivre la lecture

Un article de GenerationLibre

Sacha Benhamou : Le statut d’autoentrepreneur a été créé à votre initiative en 2008 alors que vous étiez Secrétaire d’État chargé des entreprises et du commerce extérieur. La création de ce statut figurait à l’article 1 de la Loi de Modernisation de l’Économie (LME). C’était symbolique ? Que signifiait pour vous cette mesure ?

Hervé Novelli : Au départ, je cherchais un statut de simplification de l’activité pour faire en sorte que chacun puisse s’installer à son compte le plus simplement possible. J... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles