Le miracle des retraites par répartitions

Chaque mois les cotisations rentrent le 5 et les pensions sont versées le 9

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints302 - retraite par répartition

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le miracle des retraites par répartitions

Publié le 17 novembre 2011
- A +

Chaque mois les cotisations rentrent le 5 et les pensions sont versées le 9.

Article publié en collaboration avec l’aleps

Gérard Rivière, Président de la CNAV

Débat très révélateur que celui qui s’est amorcé entre le ministre du travail Xavier Bertrand et le Président de la Caisse Nationale Assurance Vieillesse (CNAV) Gérard Rivière.

Voici le débat : le ministre demande que désormais les pensions des retraités leur soient versées le 1er de chaque mois, pour soulager leur portefeuille atteint par les hausses d’impôts et des prix, etc. Réponse du président de la CNAV : ce changement est impossible, car les cotisations sont versées aux URSSAF « au mieux le 5 du mois ».

Voici la révélation : chaque mois on doit attendre que l’argent rentre dans les caisses de la CNAV pour que l’on puisse honorer les pensions. Il est miraculeux qu’à ce jour le décalage n’ait pas été plus important. C’est dire qu’on travaille « à flux tendu », et qu’on racle en permanence les fonds de tiroir. Pour les Français qui n’auraient pas encore compris en quoi consiste le système tant chéri de la « répartition », en voilà donc une illustration parfaite. Le système peut fonctionner tant qu’il y a plus de cotisations que de pensions, c’est-à-dire beaucoup plus de cotisants que de retraités. Comme ce n’est pas le cas, et ce le sera de moins en moins, il faudra faire de la cavalerie ; la CNAV (ou l’ACOSS) devra emprunter pour payer ses dettes. Que tout le monde en soit bien persuadé : dans les caisses de la Sécurité Sociale, il n’y a pas un sou mis de côté pour assurer les échéances courantes. Les caisses sont vides.

—-
Un article de l’aleps reproduit avec l’aimable autorisation de Jacques Garello, président de l’aleps.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Les retraites n’étant pas provisionnées à hauteur de 4500 à 10 000 milliards d’euros rien qu’en France, leurs bénéficiaires devraient commencer à s’inquiéter.

  • je crois qu’on emprunte 10 pour cent du montant des retraites pour arriver a les honorer.et j’ai comme l’impression que les cottisations sociales vont rentrer encore moins bien l’an prochain

  • En attendant en France les gens ont toujrous leur retraite qui tombe. Alors qu’au USA les habitants sont aujourd’hui contraints de payer une certaine somme sans assurance d’un montant de versement.
    Et jouer l’avenir de nos petits vieux au casino, je ne trouve pas ça top non plus.

  • Parce que c’est certainement mieux de faire payer maintenant les jeunes pour les retraites des vieux dont eux mêmes ne bénéficieront pas.

    En gros notre système par répartition ne fait que :
    1/ diluer la responsabilité de chacun à prendre en charge son épargne pour ses vieux jours.
    2/ reporter les difficultés financières sur la génération qui cotise actuellement et prendra sa retraite dans 20-30 ans. Grâce à notre merveilleuse retraite par répartition, ils n’auront que leurs yeux pour pleurer après avoir cotisé toutes leur vie. ça a un nom… de l’escroquerie, du court-termisme ou de la gérontocratie, au choix (on aurait aussi pu citer keynésianisme)

    Le système par capitalisation n’est pas parfait puisque les rendements ne sont pas fixes mais a le mérite :
    1/ d’injecter l’argent placé dans l’économie. Ce n’est pas pour rien que les fonds de pension font partie des plus gros actionnaires sur les marchés
    2/ de reposer sur un mécanisme d’épargne et d’assurance sain ou chacun cotise pour sa propre retraite et pas pour celle du voisin qui a tout intérêt à ce qu’on lui verse plus quitte à mettre le système sur la paille

    • Effectivement. Rien ne saurais justifier moralement l’arnaque (utilisons les bons mots) qu’est le système de retraite par répartition.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Yves Guyot prend la parole lors d'une cérémonie exceptionnelle à la Sorbonne en hommage à Frédéric Passy. Fin mai 1912, la société d'Économie politique célèbre en effet ses 70 ans. 2022 marque donc le 180e anniversaire de cette vénérable société savante, foyer de l'école libérale française.

En ces temps de démagogie électorale et de règne d'économistes atterrants, adeptes du keynésianisme ou du marxisme, le discours d'Yves Guyot reste d'une étonnante actualité.

En voici quelques extraits significatifs.

 

Le dange... Poursuivre la lecture

Évidemment, en France, ce titre risque d'être considéré comme une provocation. C’est un peu comme si on ouvrait un parapluie à l’intérieur d'un logement, ou si on proférait des injures à l’égard d’un défunt dans la chambre mortuaire.

La répartition est injuste

Aussi, dois-je m’efforcer de présenter immédiatement, non pas les excuses que certains lecteurs attendent peut-être, mais des arguments sur ce que j’avance.

Les voici :

Le système de retraite par répartition consiste à payer les retraites des pensionnés en prélevant... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Les primaires LR se suivent et se ressemblent, une fois de plus les favoris des médias et des sondages ont perdu. Xavier Bertrand a été éliminé le 2 décembre dès le premier tour, comme Michel Barnier.

La droite veut un programme... de droite

Nouvelle confirmation qu'un programme de droite radicale est ce qui marche le mieux auprès des électeurs de la droite, pas du socialisme mâtiné de conservatisme.

Avec Éric Ciotti, pour le meilleur (flat tax, suppression de 250 000 postes de fonctionnaires) comme po... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles