Faillite municipale record aux États-Unis à Jefferson, Alabama

La municipalité de Jefferson en faillite avec une ardoise de plus de 3 milliards d’USD.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
jefferson county emblem

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faillite municipale record aux États-Unis à Jefferson, Alabama

Publié le 11 novembre 2011
- A +

jefferson county emblemLa collectivité locale américaine de Jefferson, un comté de l’Alabama, qui compte 650.000 habitants, a été obligée de se déclarer en cessation de paiement mercredi soir. C’est la deuxième cessation de paiement d’une collectivité locale depuis un mois (après Harrisbourg en Pennsylvanie) et cette faillite municipale est la plus grande de l’histoire des États-Unis avec 3 milliards de dollars de passif, après celle du comté d’Orange en Californie, en 1994, qui avait déclaré un passif de 1,7 milliards de dollars.

Jefferson est l’exemple type de comté piégé par la crise des subprimes : les responsables de cette municipalité avaient utilisé ces prêts douteux pour rénover son système d’eaux usées. L’éclatement de la crise en 2008 a fait exploser les taux variables des emprunts contractés, amenant la collectivité au bord du gouffre. La restructuration récente de la dette auprès des principaux créanciers, dont la banque JP Morgan exposée pour 1,2 milliards de dollars en mai, avec un abandon de 750 millions de dollars de créances, n’a pas reçu l’accord des élus locaux, ce qui a entraîné la déclaration de faillite et le gel des remboursements d’échéances prévus.

L’ensemble de l’historique de cette faillite ne peut empêcher un rapprochement avec les collectivités locales comme en France, dans une situation fort similaire, avec des emprunts à taux variables proposés notamment par Dexia et généreusement souscrits par des élus locaux peu soucieux de la bonne tenue des comptes municipaux.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les drames aux urgences hospitalières rebondissent avec le retour massif des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis ces 10 dernières années, avec plus de 25 000 000 passages par an.

Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par le covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

La liste des hôpitaux en difficultés est longue <... Poursuivre la lecture

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Par Ben Krishna. Un article de The Conversation.

La question de savoir si les virus sont vivants reste controversée. Cependant, comme tous les êtres vivants, ils évoluent. Ce fait est apparu très clairement au cours de la pandémie de SARS-CoV-2, le coronavirus responsable du Covid-19 : de nouveaux variants préoccupants ont émergé régulièrement, venant bousculer l’actualité.

Certains de ces variants se sont révélés plus efficaces que les précédentes versions du SARS-CoV-2 pour se propager d’une personne à l’autre et ont fini par ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles