XVIe Jeux Panaméricains: joie et hypertrophie cubaines

Cuba termine les XVIe Jeux Panaméricains, organisés à Guadalajara, à la deuxième marche du podium

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
vigorexia-b

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

XVIe Jeux Panaméricains: joie et hypertrophie cubaines

Publié le 5 novembre 2011
- A +

Cuba termine les XVIe Jeux Panaméricains, organisés à Guadalajara (Mexique), à la deuxième marche du podium.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba

Les Jeux Panaméricains de Guadalajara ont fait souffler un peu de fraîcheur sur les programmes de la télévision, qui affichaient depuis le début d’octobre un pourcentage insupportable d’idéologie. Bien que nos commentateurs sportifs continuent à croire que chaque compétition fonctionne comme un champ de bataille où perdre est une infirmité, on pouvait les ignorer et jouir du spectacle. Malgré la demande des journalistes officiels que les lauréats dédient leur médaille au « commandant en chef », il était également surprenant de voir que  la majorité a préféré la dédier à sa famille, à sa fiancée ou à sa mère qui attendait heureuse dans quelque point du territoire national. La cérémonie de clôture et la deuxième place gagnée par notre délégation ont rempli de joie ceux qui gardaient encore l’amertume de la déroute cubaine au mondial de baseball. Pendant deux semaines, le bruit des ballons a été plus fort que celui des slogans et certaines préoccupations quotidiennes ont été remisées au second plan.

Pourtant, une fois passée l’euphorie de la victoire, il convient d’analyser si cette seconde place sur le podium est en phase avec le développement de notre  pays. À voir cette petite île devancer une puissance émergente comme le Brésil ou un pays aussi vaste que le Mexique, une image me revient sans arrêt à l’esprit. Sur cette image un homme frêle et édenté montre son bras aux muscles gonflés dans le style d’Arnold Schwarzenegger. Nous vivons à n’en pas douter une hypertrophie semblable à celle de cette homme aux larges biceps et aux jambes flasques, nous souffrons d’une croissance artificielle d’un secteur qui n’est pas soutenue par le niveau économique et productif de la nation. Cela vaut-il donc la peine de se réjouir de ce qui n’est qu’un fruit direct de la disproportion ? Ou ne convient-il pas de méditer sur le pourquoi de cette tendance gouvernementale à monter sur les plus hautes marches de l’arène sportive internationale sans porter la moindre attention à des zones moins visibles ou mesurables de notre réalité?

Il suffit de parcourir La Havane à la recherche d’une piscine où les enfants pourraient apprendre à nager pour se demander si les ressources qui devraient profiter à beaucoup ne restent pas l’apanage de quelques uns. Nous habitons pourtant une île et une bonne partie de ses habitants se noierait si elle tombait à l’eau. Acheter un vélo dans une boutique en monnaie convertible peut coûter le salaire d’un an de travail mais l’équipe féminine de cyclisme s’est hissée sur les trois marches du podium de Guadalajara. La Capitale Sportive fait peine à voir avec tant de délabrement, pendant que l’or pend au cou de dizaines d’athlètes cubains. Mon propre fils a vécu deux années sans professeur d’Éducation Physique car ils sont peu nombreux à accepter de travailler pour un salaire qui reste pour le moins symbolique. La pratique du sport nécessite des infrastructures matérielles et pas seulement dans les académies et les écoles spécialisées ; elle exige également que l’on investisse dans les lieux d’usage public. En pratiquant ainsi on aurait moins de médailles mais on n’exposerait pas l’hypertrophie qui caractérise aujourd’hui chaque victoire sportive.

—-
Sur le web
Traduction : Jean-Claude Marouby

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Fidel Castro
0
Sauvegarder cet article

L’époque soviétique est le couteau suisse de Vladimir Poutine. D’un coté, elle lui permet d’idolâtrer l’impérialisme russe à travers la victoire sur le nazisme ; de l’autre, l’idéologie communiste lui sert de repoussoir : il se présente comme l’homme qui ne la laissera jamais reprendre le pouvoir au Kremlin. Enfin, elle lui lègue en sous-main toutes sortes de techniques de gouvernement, de manipulation, de corruption, dont il a besoin pour structurer sa tyrannie. Si bien que selon les moments il utilise le passé soviétique soit comme un totem... Poursuivre la lecture

Nous pensons souvent que le consensus est gage de certitude. On évoque le consensus des experts sur tel ou tel sujet pour avancer avec confiance dans une direction donnée. C’est oublier les leçons de l’histoire qui a régulièrement démenti, parfois brutalement, cette croyance un peu naïve. Un bon exemple est celui de la crise des missiles de Cuba. C’était il y a soixante ans, mais les mêmes mécanismes jouent encore aujourd’hui.

Le 16 octobre 1962, l’Amérique découvrait stupéfaite que les Soviétiques étaient en train d’installer secrètem... Poursuivre la lecture

Selon certains, le Mexique n’a pas fait assez pour relancer son économie après le covid. Le pays n’a pas touché au déficit, à l’inverse de la plupart des autres pays. Son économie rebondit au même rythme que la France, et sa monnaie résiste face au dollar.

Je parlais à un autre Américain que j’avais rencontré à l’église à Paris...

Les compagnies pétrolières, dit-il, ont tout intérêt à nier le réchauffement… mais les chercheurs n’ont pas d’incitation à prouver le réchauffement.

Je réponds que les renouvelables et l’écologi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles