La lettre de Berlusconi

Revue des points clés de la lettre adressée par Silvio Berlusconi aux dirigeants de l’Union Européenne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La lettre de Berlusconi

Publié le 4 novembre 2011
- A +

Quels sont les points clés de la lettre adressée par Silvio Berlusconi aux dirigeants de l’Union Européenne?

Un article d’Open Europe

Nous avons jeté un coup d’œil à la (non-)fameuse lettre aux dirigeants de l’UE de Berlusconi qui précise le type de réformes que le gouvernement italien envisage de mener.

Une traduction rapide nous révèle les points clés suivants:

Le parlement italien (en première lecture) va adopter les réformes constitutionnelles suivantes dans les 6 à 12 mois prochains:
— Abolition des administrations provinciales ;
— Réduction significative du nombre de parlementaires (actuellement 630 députés+ 315 sénateurs) ;
— Réforme des articles de la Constitution italienne traitant de la liberté d’initiative économique et de sauvegarde de la concurrence loyale ;
— Introduction de la règle d’équilibre budgétaire (alias la «règle d’or»).

La lettre précise que l’adoption de chaque modification de la Constitution italienne doit prendre au moins trois mois.

En outre, la lettre indique que le gouvernement italien s’engage à:
— Adoption d’un plan de réforme du système fiscal Italien, c’est à dire l’abolition des centaines de niches fiscales actuellement en vigueur, à partir du 31 Janvier 2012. Cela permettra d’économiser 4 milliards € en 2012, 16 milliards € en 2013 et 20 milliards € par an à partir de 2014. À défaut, le gouvernement italien aurait recours à des réductions de niches fiscales « horizontales » – qui sont très controversées car elles signifient essentiellement l’abolition d’allégements fiscaux dans tous les domaines.
— De nouvelles règles sur le licenciement pour motif économique des travailleurs qui bénéficient de contrats permanents.
— Création de « conditions structurelles favorables à la croissance » dans les 8 prochains mois (pas de mesures concrètes en vue) – un plan sera présenté le 15 Novembre.
— Adoption d’un plan de bradage des biens de l’État à partir du 30 Novembre 2011. Ce plan prévoit de lever 5 milliards € par an au cours des trois prochaines années.
— Finalisation d’un plan de réorganisation et de rationalisation des dépenses publiques d’ici au 31 Décembre 2011 (pas de mesures concrètes).
— Comme il l’a déjà annoncé, l’âge de la retraite sera porté à 67 ans en 2026.

La lettre conclut en disant que le gouvernement italien va « intervenir immédiatement » avec des mesures supplémentaires, si la situation continue de s’aggraver.

Bon d’accord, tout va pour le mieux.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • que peut bien vouloir dire « Réforme des articles de la Constitution italienne traitant de la liberté d’initiative économique et de sauvegarde de la concurrence loyale « 

  • Ahh!!! Si lundi Fillon pouvait en faire autant, ça serait un début…

  • @wang
    c’est bien ce qui m’inquiétait.

    D’un autre côté j(ai toujours pensé que la manière la plus efficace de lutter contre l’influence de la mafia en Italie ce serait de véritablement libéraliser le marché des capitaux.

  • C’est un poisson d’Avril ou Berlusconni a envie de draguer Merkel par jalousie envers Srakozy ? Bref, si c’est confirmé, l’Italie deviendra un pays en croissance et risque de nous dépasser. A moins que ce soit comme chez nous, où les annonces de réforme accouche d’une souris.

  • On se moque beaucoup des italiens mais ils ont beaucoup plus de courage que nos gouvernants. Ils parviennent ainsi à avoir un excédent primaire ce qui n’est toujours pas le cas en France.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Domino’s Pizza a fermé ses succursales en Italie. L’entreprise américaine s’était installée dans ce pays en 2015 a été obligée de fermer ses portes. La cause : une forte concurrence des pizzerias locales qui ont su s’adapter lors des confinements et de la réouverture de l’économie italienne.

Une situation qui montre l’importance de l’adaptation et surtout de répondre aux besoins spécifiques locaux. Cela démontre également que la grande taille d’une entreprise n’assure pas son succès face à des concurrents plus modestes.

 Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alphonse Moura. Un article de Conflits

Luigi di Maio s’en est allé, les sondages démontrent une chute chaque fois plus grande, les électeurs se sentent soient trahis, soient déçus. Arrivons-nous à la fin d’une force populiste qui a fait peur aux grands de ce monde ?

 

Le gouvernement du changement

Nous étions en 2018, les Italiens votaient pour renouveler leurs représentants à la chambre des députés et au Sénat. Après le remarquable résultat de 2013 – où il avait récolté 25 % des voix – le Mouvement Cinq Étoiles ... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Dupuy et Edoardo Secchi[1. Emmanuel Dupuy est président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE) et Edoardo Secchi est président du Club Italie-France]. Un article de Conflits

En novembre 2021, France et Italie ont signé le Traité du Quirinal qui vise à renforcer les liens économiques entre les deux pays. Mais derrière les objectifs officiels affichés c’est aussi une pensée de l’Europe qui se manifeste.

La signature, le 26 novembre dernier, du Traité du Quirinal, entre le Président de la République, Em... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles