Le Concours Lépine de la fiscalité

Bernard Accoyer, Président de l’Assemblée nationale, reproche à la majorité de multiplier les projets de loi pour instaurer de nouveaux impôts

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Concours Lépine de la fiscalité

Publié le 3 novembre 2011
- A +

Impôts : on n’arrête pas le progrès. « C’est le Concours Lépine de la fiscalité ! » C’est en ces termes que le Président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer à qualifier la multiplication des projets de loi pour instaurer de nouveaux impôts.

Article publié en collaboration avec l’aleps

Bernard Accoyer, Président de l'Assemblée nationale, reproche à la majorité d'ouvrir "la boîte de Pandore des nouveaux impôts"

Bernard Accoyer est président de l’Assemblée Nationale. Il n’est pas très indulgent pour ses ouailles, auxquelles il reproche de multiplier les propositions de loi pour instaurer de nouveaux impôts. Chacun y va de la sienne, l’imagination fiscale est au pouvoir. Mais Bercy n’est pas en reste.

Citons d’abord quelques passages de l’interview donnée par Bernard Accoyer à Canal + mercredi dernier à propos de la taxe soda :

Toute cette fiscalité diététique ou disciplinaire, c’est quelque chose que je n’admets pas […] On commence par le sucre, on continue par les édulcorants, demain ce sera l’alcool dans le vin, après-demain la graisse dans les fromages, tout ça c’est n’importe quoi, a-t-il insisté. Ne confondons pas la fiscalité et l’éducation à la diététique.

À propos de la taxation des transferts de footballeurs :

Encore une fois, c’est le concours Lépine, la boîte de Pandore des nouveaux impôts. Nous ne sommes pas dans cette logique.

Au jeu de la créativité fiscale, Bercy est largement gagnant. En même temps que l’on négociait à Bruxelles, le ministère des Finances lançait l’idée d’un ou plusieurs taux de TVA « intermédiaires » tandis que le taux standard, de 19,6 actuellement pourrait prendre un point. La TVA sociale chère à l’UMP revient également en force : il faut faire payer aux produits étrangers une partie du poids de nos charges sociales, puisque ces charges sont souvent inférieures ailleurs (« dumping social »). Enfin et non le moindre, la taxe Tobin, que tout le monde avait enterrée pour son irréalisme, reçoit un large soutien des gouvernements européens. Les Anglais ne suivront pas : ils ne veulent pas que Londres perde sa position de deuxième place financière du monde.

Mais, ma bonne dame, il faut prendre l’argent là où elle est !

—-
Article reproduit avec l’aimable autorisation de Jacques Garello, Président de l’aleps.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • il est bien mal placé pour critiquer.qu’il commence a appliquer a l’assemblée des mesures d’économie.oui, c’est du populisme de bas étage,et j’aime ça

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Invitée lundi 4 avril sur BFM TV, la candidate du Rassemblement national défend l’idée d’une baisse des taxes sur les carburants, expliquant que cela avantage les consommateurs français.

« Il faut rendre leur argent aux Français […]  On baisse les taxes, ça avantage les Français, personne d’autre »

Raisonnement imparable : on se demande pourquoi Marine Le Pen ne le généralise pas et le juge vrai seulement pour le pétrole, le gaz, l’électricité et 100 produits de première nécessité qu’elle sait choisir mieux que nous, même si ell... Poursuivre la lecture

La fiscalité de production reste un frein majeur à la compétitivité française. L’essentiel de la classe politique est conscient que la baisse de 10 milliards mise en œuvre cette année est insuffisante et qu’il faut aller plus loin.

La nocivité de la CVAE

Un débat s’est développé entre ceux qui souhaitent supprimer la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises ou CVAE et ceux qui veulent démanteler la Contribution sociale de solidarité des sociétés ou C3S. La CVAE, assise sur la ... Poursuivre la lecture

Certes les prix flambent mais quelque part c’est la loi du marché, on ne peut pas se réjouir d’une économie libérale qui a projeté les pays l’ayant adopté parmi les plus riches de la planète et en même temps réclamer une certaine forme d’étatisme lorsqu’une situation se dégrade temporairement.

Passant ma vie entre la France et l’Allemagne, je peux comparer les prix en euros des différentes dépenses d’un couple dans la vie courante.

Un niveau de vie supérieur en Allemagne

Non seulement le salaire moyen y est supérieur au nôtre d’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles