Crise de la dette publique : panique à bord

Y a-t-il encore des Keynésiens dans la salle pour prôner une relance par la dépense?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Grèce (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crise de la dette publique : panique à bord

Publié le 2 novembre 2011
- A +

Pour les rares qui croyaient que le énième plan de sauvetage de la Grèce allait changer quelque chose, c’est la douche froide.

Un article de Stéphane Montabert, de Renens, Suisse.

Moins de 24 heures après l’annonce-surprise d’un référendum grec sur le plan européen d’effacement d’une partie de la dette grecque et de la quasi mise sous tutelle du pays, les bourses européennes dévissent. Il n’y avait guère de raison de pavoiser tant les solutions proposées étaient illusoires, mais après l’euphorie passagère de la fin de la semaine dernière, ce n’est même plus une gueule de bois, c’est la dépression.

On en arrive à une écart quasiment comique entre les dépêches qui se bousculent:

Ne vous étonnez pas trop du léger décalage de ton entre les « paniqués » et les « rassurants »; l’un n’empêche pas l’autre. Après tout, l’orchestre joua longtemps sur le pont d’un Titanic prenant de la gîte lors d’une nuit fatidique de 1912.

Ah, aussi, la France et l’Allemagne montrent qu’il y a triple-A et triple-A.

Y a-t-il encore des Keynésiens dans la salle pour prôner une relance par la dépense?

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Y a-t-il encore des Keynésiens dans la salle pour prôner une relance par la dépense? »

    Malheureusement, beaucoup trop!

  • Il n’y a pas transfert entre générations comme l’on veut nous faire croire , mais transfert entre couches sociales. Les uns hériteront de la dette, les autres de l’argent de la dette!

    • Vous êtes fâché avec l’économie vous, non ?

    • Woooww.. le PPS (et bien sûr le site), c’est du lourd ! 😉
      Ceinture noire d’ineptie.. ^^

    • Un petit extrait du PPS recommandé par le camarade Robert (avec ses fautes d’orthographe…) :

      « Nos impôts on servi a constituer un capital pour les générations futures qui est bradé aux profits d’une poignée de privilégiés qui ne créent rien, ils se contente de s’accaparer de ce qui existe: EDF/GDF, les autoroutes, les télécommunications, la formation, l’éducation, toute les solidarités… »

      Robert a raison. On trouve aussi ce genre de parasites sur les docks où dans ce qui reste de l’imprimerie et ils ne font rien que s’accaparer « de » ce qui existe. On les appelle également « syndicalistes » 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

« La France peut-elle encore tenir longtemps ? », interroge Agnès Verdier-Molinié. Suscitant des adversités qui atteignent leur point culminant, comme vous pouvez le constater dans cette séquence montrant une opposition de points de vue qui atteint son paroxysme entre un Jean-Marc Daniel et un Christian Chavagneux connus pour avoir des idées très divergentes mais que l’on a connus plus mesurés et courtois dans leurs échanges.

La dette : potion magique ou poison mortel ?

Le recours massif à la dette n’a, en ... Poursuivre la lecture

dette
0
Sauvegarder cet article

Par Victor Fouquet. Un article de l'Iref-Europe

L’indigence de la culture économique en France résumée en un sondage : d’après l’enquête Odoxa-Aviva pour Challenges et BFM Business, 34 % des personnes interrogées estiment qu’il ne faudrait pas rembourser la dette contractée par l’État pendant la pandémie de Covid-19 ; 39 % des Français estiment qu’il faudrait la rembourser pour « une bonne partie avec une contribution exceptionnelle des grandes fortunes » ; 73 % suggérant de faire et l’un et l’autre…

Peut-on ne pas rembourser une d... Poursuivre la lecture
La Grèce
0
Sauvegarder cet article

Par Antonis Giannakopoulos. Un article de Mises Institute

L’économie grecque a enregistré une chute record de 14 % au deuxième trimestre de 2020 et ce tandis que les efforts du gouvernement pour « assainir » l’économie dirigent le pays vers le franchissement de seuil de 200 % du ratio dette/PIB, comme prévu par le FMI. Pendant ce temps, les déficits budgétaires du gouvernement ont atteint de nouveaux sommets, environ 7 %.

La réponse gouvernementale à la récession

Le gouvernement grec a tenté de lutter contre la crise économique ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles