Primaires : le bal des hypocrites fait carton plein

Les primaires PS, c’est du socialisme et de l’hypocrisie à tous les étages.

Primaires : le bal des hypocrites fait carton plein

Le suspense insoutenable s’est achevé hier soir : DSK veut être entendu dans l’affaire de proxénétisme de … Oh pardon, non, je voulais parler des primaires socialistes. « Habemus Papam » peuvent enfin s’écrier les socialistes officiels ! Hollande est finalement intronisé représentant certifié conforme du Parti Socialiste phalange présentable. Youpi.

Sonnez trompettes. Résonnez hautbois. François est donc vainqueur de haute lutte après un âpre combat et aura remporté à la sueur de son front une élection vraiment pas jouée d’avance.

À présent, c’est l’avalanche de poutous humides. Dans toutes les officines du parti, on va tous, maintenant, se faire des bisous gentils et numérotés : l’heure est au rassemblement. Plus un mot ne doit dépasser, plus une humeur ne doit s’exprimer.

Et dans les médias, sur les forums, dans les billets les plus affûtés d’une (go)gauchosphère remplie de gens intelligents et pas du tout sirupeux, on se passe généreusement la main dans le dos : ce fut une belle campagne, bisous bisous, on a vraiment fait un effort démocratique, smack bise, et on a vraiment été super-fair-play les uns avec les autres, galoche galoche, et maintenant, on se met tous au travail vers le même but, poutou poutou : il faut battre le méchant (dictateur) Sarkozy avant qu’il ne reprenne un petit mandat supplémentaire (troporrible).

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Bien bien.

Écartons maintenant un instant ces niaiseries qui confinent au handicap lourd avec assistance respiratoire, et évaluons deux secondes l’ensemble de l’exercice.

Je ne m’attarderai pas sur l’impact réel de celui-ci, je l’ai fait la semaine dernière : pas besoin d’être un grand clerc pour deviner que le candidat issu de ce scrutin ne fera pas mieux que les autres, et qu’il soit élu président ou pas, le pays va au casse-pipe.

Sur l’exercice lui-même, on peut tout de même jeter quelques réflexions.

À commencer par la plus évidente : tout ça pour ça ?

Rooh. Je suis déçu. Au mois de septembre, on avait donc Hollande grand favori dans les sondages, et manifestement favori aussi au sein du PS. Et grâce à une habile mise en scène communicationnelle dans laquelle un nombre conséquent d’heures de télé et de radios furent consacrés aux différences parfois nanométriques entre les candidats, on en arrive à la conclusion finale, après vote, que … oui, finalement, c’est toujours Hollande qui est le favori.

Mis à part cette magnifique performance marketing qui aura réussi à faire utiliser des locaux de la République pour une cause partisane, à caser un maximum de socialisme pur et dur et mou en temps d’antenne et dans la presse, quasiment au nez et à la barbe du CSA, le parti n’a donc pour le moment pas avancé d’un petit cachou : on était parti avec un François, un peu mou, et on arrive avec un Hollande, encore un peu plus mou.

Mou Baby PS

Bref : question combat de haute lutte, et scrutin acharné, avec empoignade au finish, c’est assez peu palpitant.

En revanche, on a tout de même gagné une belle brochette d’aigreurs qui vont remuer les intestins socialistes pendant les prochains mois.

Aubry a en effet été battue à plates coutures. Ce n’est pas encore tout à fait la branlée de magnitude 9 que Royal se sera prise la semaine dernière et qui couvait depuis plusieurs années, mais l’écart avec Hollande est suffisamment grand pour qu’on ne puisse accuser Titine d’avoir bourré des urnes.

La question qui se pose à présent est de savoir comment elle peut prétendre, sans faire rire ses troupes, ses opposants et tous les observateurs qui n’ont pas 2g d’alcool dans le sang, qu’elle soutiendra entièrement le candidat PS ?

Certes, elle pourra facilement arguer du fait que le programme de François n’est pas fondamentalement autre chose que socialiste et qu’elle l’adoubera donc de son aura. Mais si tous les programmes des candidats se valaient, pourquoi cette élection ? Pourquoi, hormis l’aspect purement marketing évoqué plus haut, s’enquiquiner alors dans une série de pénibles débats ? Si tout le monde, à la fin, soutient religieusement Hollande, c’est que toute cette mascarade élective ne porte absolument pas sur le programme, mais juste sur le bonhomme ou la bonne femme, le porte étendard, l’homme sandwich qui devra vendre le bousin au reste des Français, non ?

Eh oui : il n’y a pas de doute. Tout cette fanfare remuante n’est qu’un petit coup de flûtiau destiné à faire monter la sauce PS dans le pays, en mettant en avant quelques têtes d’affiches rigolotes. Le programme, en définitive, tout le monde s’en tamponne assez calmement puisque, je vous le répète, tous nos valeureux petits candidats soutiendront l’investi.

Dans tout ce carnaval, on peut même rappeler la performance du Valls : ce fut ainsi le seul qui a clairement rappelé qu’il n’y aurait, essentiellement, que du sang et des larmes pour les Français. Ce fut le seul qui prétendait ne pas vouloir leur mentir.

Et lorsqu’on analyse, finalement, pourquoi le Manuel se lâchait ainsi, c’est tout simplement parce qu’il n’avait aucune chance d’être élu. Autrement dit : le seul à avoir eu un instant d’égarement et de sincérité fugace, ce fut Valls, mais non pas parce que la vérité, nue, moche et complète, devait être dite pour préparer tout le monde, mais simplement parce qu’il n’encourait aucun risque en ce faisant.

Bel effort que de prendre un tel non-risque. Et bel effort, ensuite, de soutenir le candidat officiel, celui qui se sera toujours efforcé de continuer à, justement, masquer cette vérité ou à tant l’atténuer qu’elle n’apparaît même plus en filigrane de propositions toutes plus farfelues, démagogues et irréalistes les unes que les autres.

Bref : les militants effervescents et les politiciens aguerris du Parti Officiellement Socialiste peuvent bien se réjouir, à présent, du magnifique coup de communication qu’ils viennent de réaliser. Quelques millions de Français se sont joyeusement prêté à ce fichage massif et décomplexé, nos guignols ont fait carton plein.

Mais tout ceci reste parfaitement hypocrite.
—-
Sur le web