François Hollande, candidat « normal » à la médiocratie

François Hollande, vainqueur des primaires socialistes, ambitionne d’être le premier Président de la République « normal ». Soit la politique n’attire plus les grands hommes, soit en temps de crise, les peuples se tournent vers des gestionnaires ennuyeux et rassurants. Les démocraties deviennent des médiocraties.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande, candidat « normal » à la médiocratie

Publié le 17 octobre 2011
- A +

François Hollande, vainqueur des primaires socialistes, ambitionne d’être le premier Président de la République « normal ».

Une brève de Guy Sorman

François Hollande souhaite devenir le premier Président normal de la Cinquième République. En Espagne, le futur chef du gouvernement sera certainement Mariano Rajoy, le moins charismatique des leaders de la Droite espagnole. Mit Romney aux États-Unis, a de fortes chances de remplacer le séduisant Barack Obama: on ne saurait être plus soporifique que Romney.

Soit la politique n’attire plus les grands hommes, soit en temps de crise, les peuples se tournent vers des gestionnaires ennuyeux et rassurants: les crises économiques, contrairement à la légende marxiste , ne conduisent pas nécessairement à la révolution. Les démocraties deviennent donc des médiocraties, ce dont on ne devrait pas se plaindre: les grands hommes génèrent souvent de grandes catastrophes, tandis que les petits ne sont portés qu’aux petites erreurs.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici La seconde partie de l'article se trouve ici

Si les tendances oligarchiques du système démocratique étaient déjà bien comprises au début du XXe siècle par les machiavéliens, leurs conclusions n’ont malheureusement pas été retenues, même par la plupart des politologues. Cela n’est pas étonnant puisque la majorité n’a jamais pris connaissance des travaux de ces penseurs. Leurs noms sont très rarement cités, que ce soit dans l’enseignement secondaire ou à l’université.... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici

L’analyse historique et sociologique des penseurs machiavéliens montre que le système démocratique moderne n’est en fait démocratique que de nom. Comme explique Burnham, aucune organisation politique de quelque importance que ce soit ne peut être dirigée par la majorité de ses membres ; sa désintégration chaotique s’ensuivrait rapidement.

De même, aucune société ne peut être dirigée de manière ordonnée par le peuple car le règne de la foule s’ensuivrait, ou c... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Bien que Les Machiavéliens : défenseurs de la Liberté fut publié en 1943, c'est un livre qui mérite une attention continue. Pourtant, cet important ouvrage du politologue James Burnham (1905-1987) reste méconnu du grand public et parfois même des universitaires. Jusqu'à tout récemment, la seule autre édition en anglais fut publiée en 1964. Ce livre n’a pas été traduit en français depuis 1949.

Une recension des idées des penseurs machiavéliens est opportune en raison de la clarté politique qu’elles peuvent appor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles