Des lendemains qui sifflotent moyen

Le mouvement des indignés est tout sauf spontané et apolitique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Indignation, modèle standard du 21ème siècle

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des lendemains qui sifflotent moyen

Publié le 16 octobre 2011
- A +

Des lendemains qui sifflotent moyen

Sentez-vous ce petit parfum de révolution qui flotte dans l’air ? Ne voyez-vous pas cette petite graine de folie, plantée dans le sol rendu fertile par toute cette pourriture amassée sur tant d’années, et qui ne demande qu’à fleurir en un mouvement mondial et global massif ? Non ? Même pas un peu ? En bien je vous rassure : vous êtes normal.

Oui, je comprends que si vous regardez la télé, si vous lisez les grands titres de la presse, si vous vibrez à l’idée qu’enfin, un grand mouvement mondial vient de se créer dans une communion d’esprits et de partage, vous soyez un peu choqué parce que je viens de dire.

Mais en réalité, non, il n’y a pas de mouvement mondial massif d’indignation.

Enfin, si, mais certainement pas comme le décrivent les frétillants journalistes d’une presse qui érige le Deux Poids Deux Mesures en mode de vie.

Il y a bien des groupements, plus ou moins importants, de quelques centaines de types zindignés dans la plupart des grandes villes médiatiques du monde. J’insiste ici sur « centaines ». On est, bizarrement, très très loin de manifestation de plusieurs dizaine à centaines de milliers de personnes qui ferait réellement traverser la planète d’un courant mondial révolutionnaire. Non, ici, il s’agit, à chaque fois qu’on y regarde attentivement, de poignées de personnes qui se « mobilisent » de façon tout à fait « spontanée » pour aller se zindigner en groupe. Les guillemets sont de vigueur tant on ne peut pas oublier l’aspect un tantinet poussif (une spontanéité étalée sur neuf mois, dont le nom de domaine, 15OCTOBER.NET, est enregistré par une représentante permanente de l’Équateur auprès des Nations Unies, depuis juillet 2011) d’une « mobilisation » qui ressemble beaucoup à une grosse envie de faire la teuf dans un coin.

Hier samedi, nous avions donc droit à quelques croustillants articles de presse relatant cet « authentique » mouvement mondial. Dans de magnifiques tournures typiquement journalistiques, on nous présente donc ces mouvements comme la suite logique des « indignés » de Madrid, dont on se demande d’ailleurs toujours quel fut le résultat.

Comme d’habitude, les protestataires qui se mobilisent pour protester et s’indigner se présentent apolitiques. Leur message, passé au crible précis d’une presse affûtée, est toujours extrêmement clair, condensable en quelques phrases bien troussées et comprises par tous ceux qui viennent s’agglutiner à ce beau mouvement d’ensemble. Il suffit de lire la presse pour s’en convaincre. Mais si. Puisque je vous le dis.

On nous dit ainsi qu’ils refusent que les peuples paient le prix de la crise financière et demandent une vraie démocratie et une révolution éthique. Ce qui, comme on s’en doute, est directement suivi de propositions opérationnelles concrètes sur « Comment c’est-y qu’on va faire pour ne pas payer le prix de la crise financière », « C’est quoi de la vraie démocratie avec des morceaux de vote dedans », et un chapitre sur « La Révolution Éthique Pour Les Nuls ».

De façon tout à fait fortuite, ce genre de manifestation totalement spontanée se termine assez régulièrement par des exactions, des pillages, des débordements, des gens qui se font taper sur la gueule, des charges de police, des voitures brûlées et des arrestations, forcément arbitraires.

Indignation, modèle standard début 21è

L’explication de ces dérapages est simple. Selon Laura, 23 ans, « C’est la faute du gouvernement qui a contraint les jeunes à se comporter ainsi. Ils ne nous laissent pas le choix ». Voilà : le gouvernement fait n’importe quoi, on réclame la démocratie, et concrètement, on brûle des voitures.

Finalement, la confusion la plus totale règne dans ces mouvements, et, par extension, dans une presse qui patauge à essayer de décrypter ce qui n’est pas déchiffrable. Oui, certes, il y a très manifestement quelques personnes, quelques organisations très bien préparées, pas du tout spontanées, qui ont bien compris l’intérêt qu’il pouvait y avoir à canaliser ces mouvements dans le sens qui les intéresse. Mais non, la plupart des personnes qui se déplacent pour aller agiter quelques pancartes le font sans avoir jamais eu de projet concret. Certains sont bel et bien indignés, braillent à qui mieux-mieux qu’il faut que ça change, mais n’explique absolument pas comment.

Il faut bien comprendre que s’il y a bien un fond d’engouement pour ces mouvements hétéroclites et mal boutiqués, c’est parce qu’à la base, le message initial, maintenant difficilement audible dans le brouhaha de ronchonnements variés, est, lui, logique : non, il n’est absolument pas normal que l’argent des contribuables serve à renflouer des banques.

Mais la cohérence s’arrête là où commencent les vociférations. Alors que, par exemple, le mouvement des Tea Parties américain se borne à réclamer, très clairement, une diminution du rôle de l’État fédéral et un retour aux strictes sources de la constitution américaine, en fournissant ainsi un chemin opérationnel envisageable et crédible pour le peuple américain, les divers mouvements zindignés se contentent de réclamer plus d’une chose dont on a déjà mesuré le pouvoir nocif : plus d’État, plus de redistribution, plus d’intervention. Au passage, Occupy Wall Street n’échappe pas à l’observation. En outre, la récupération discrète mais rapide de ces mouvements par les têtes de listes gauchistes, ainsi que la bienveillance des élites (Draghi, le futur patron de la BCE, « comprend » très bien les indignés, par exemple), montre à quel point ce mouvement n’est pas du tout menaçant pour l’establishment et qu’il lui est même, à bien des égards, parfaitement utile puisque réclamant, in fine, plus de pouvoir pour les politiciens. Il suffira d’opposer simplement la finance au monde politique en faisant passer l’une pour l’hydre incontrôlable et l’autre pour la chevaleresque entité chargée de la remettre dans le droit chemin, et tout ira comme sur des roulettes.

On comprend aussi, à cette lumière, pourquoi les mouvements libéraux, qui réclament depuis tant d’années, une diminution du pouvoir des politiciens, une sanction des banques par la faillite, un retrait pur et simple de la monnaie et de son monopole des mains des banques centrales, ne reçoivent pas du tout le même écho, même s’ils déplacent cent fois plus de personnes, ne provoquent pas d’émeutes et de jets de cocktails Molotov, pourquoi ces mouvements sont systématiquement dépeints comme le diable en personne et qu’il se trouve si peu de personne, à la tête des institutions, pour les « comprendre ».

Ces éléments devraient faire réfléchir ceux qui se prétendent pourtant avides de changements. Que des types comme Soros, Draghi ou d’autres les soutiennent devraient les faire bondir. Mais non. Pour eux, c’est le début d’un beau grand mouvement d’ensemble qui, on en est sûr, signe la fin du méchant capitalisme.

Pas étonnant que le lendemain, tout le monde ait déjà quasiment oublié, que la presse n’en parle déjà quasiment plus.

Les lendemains ne chanteront pas. Ils siffloteront à peine, récupérés par des éternels zindignés, ceux-là même qui ont, justement, toujours les moyens de s’arrêter de travailler pour revendiquer. Et si les revendications (« plus d’État, plus de régulations, plus de redistribution ») aboutissent, croyez-moi, les lendemains siffloteront encore moins.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « On comprend aussi, à cette lumière, pourquoi les mouvements libéraux, qui réclament depuis tant d’années, une diminution du pouvoir des politiciens, une sanction des banques par la faillite, un retrait pur et simple de la monnaie et de son monopole des mains des banques centrales, ne reçoivent pas du tout le même écho, même s’ils déplacent cent fois plus de personnes, ne provoquent pas d’émeutes et de jets de cocktails Molotov… »

    Yaka faire comme eux et engager quelques racailles des cités pour ajouter du piment et de la crédibilité s’il faut en passer par là pour avoir l’attention des caméras et la sollicitude des journalistes. Brûler quelques voitures, piller quelques magasins, jeter des objets lourds sur les forces de l’ordre, déplier les tente Quechuas, quelques bébés sur les épaules, souffler dans les vuvuzelas.
    Etre télégénique, quoi.

    • Possible… Quoique, à mon avis, il manque un truc aux libéraux, un truc que nous n’aurons jamais : la démagogie.
      Vous comprenez, on ne surfe pas sur la vague zorroesque de la défense à tout prix de la veuve et de l’orphelin… On n’est pas (ou du moins on ne prétend pas être) Robin des Bois.
      On ne fait pas dans le Walt Disney béat lorsqu’on prend position de légaliser les drogues plutôt que de combattre coûte que coûte (là aussi en apparence) les vilains trafiquants.

      En clair, embaucher des voyous pour nos manif et faire siffler les vuvuzelas ne résoudra pas ce problème de fond.

  • Récupération ?
    http://blogues.cyberpresse.ca/hetu/2011/10/15/occupy-2012-la-strategie-dobama/
    Dans le cadre de sa campagne de réélection, Barack Obama entend retourner contre les républicains le sentiment anti-Wall Street exprimé par le mouvement Occupy Wall Street, selon cet article duWashington Post dont je traduis un extrait :“Nous voulons en faire un des éléments centraux de la campagne l’an prochain”, a déclaré le conseiller d’Obama, David Plouffe, dans une entrevue. “Un des principaux éléments du contraste sera que le président a promulgué une réforme de Wall Street et notre adversaire et l’autre parti veulent l’abroger.”
    Le Post souligne qu’une telle stratégie est risquée, d’autant que certains membres de l’administration Obama ont des liens avec le système financier décrié par les militants du mouvement OWS, ce que certains d’entre eux se font un devoir de répéter.

    Et pour Trichet, évidemment, « clin d’oeil aux indignés » : http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE79F08G20111016

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fabio Rafael Fiallo.

[caption id="attachment_271633" align="aligncenter" width="640"] By: Marc Nozell - CC BY 2.0[/caption]

La victoire de Donald Trump a créé un tel tsunami politique au niveau mondial qu’il faudra du temps pour en évaluer les conséquences dans leur intégralité. Et pourtant, l’un des effets collatéraux de cet événement ressort d’ores et déjà d’une manière incontestable. Il s’agit du dommage causé par le résultat des élections américaines au discours et aux perspectives de la gauche radicale des deux côtés de... Poursuivre la lecture

Par Sable Levy.

[caption id="attachment_252466" align="aligncenter" width="640"] By: Thomas Galvez - CC BY 2.0[/caption]

Dans le cas où vous ne l'auriez pas remarqué, les super riches sont largement calomniés  - particulièrement dans les mouvements comme Occupy Wall Street et dans la campagne politique de Bernie Sanders, qui a compris le ressenti croissant du peuple en ce début de nouveau millénaire. Qui sont les super riches ? Et pourquoi sont-ils largement calomniés ? Beaucoup sont des cadres-dirigeants ou travaillent dans des... Poursuivre la lecture

Par Randall Holcombe.

[caption id="attachment_174873" align="aligncenter" width="660"] Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)[/caption]

Aux États-Unis, le Parti démocrate est généralement considéré comme soutenant les intérêts de la classe pauvre et laborieuse, alors que le Parti républicain soignerait les intérêts des entreprises et des riches. Or, que s’est-il passé durant le mandat présidentiel du président démocrate Barack Obama, de la récession de 2008 à la reprise récente ?

En 2008, 13,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles