Ludwig von Mises sur la crise financière

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mises-

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ludwig von Mises sur la crise financière

Publié le 9 octobre 2011
- A +

Citations du dimanche : Ludwig von Mises a des choses plus pertinentes à dire sur la crise de la dette que bien des commentateurs actuels.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni

Ludwig von Mises (1881-1973) n’est pas une lecture facile. Ses premiers ouvrages ont été écrits en Allemand, et ses plus récents, quoique rédigés en Anglais, font l’effet de pesantes traductions de sa langue maternelle. Il a une tendance agaçante à alterner entre une prose technique dense et des polémiques furieuses. Il était, selon tous les témoignages, un collègues difficile et rébarbatif.

Et cependant, cet homme têtu, maudit, brillant, a des choses plus pertinentes à dire sur la crise de la dette, que quiconque d’autre qui me vienne à l’esprit. Quarante ans après sa mort, les faits lui donnent raison. Le credit crunch et la réponse keynésienne erronée qu’on lui apporte ont réglé la question une bonne fois pour toutes.

Voici quelques unes des choses que Mises a écrites en anticipation de nos malheurs actuels :

Ce qu’il faut pour une expansion saine de la production, ce sont des biens d’équipement supplémentaires, pas de l’argent ou des moyens fiduciaires. L’expansion du crédit est bâtie sur les sables des billets de banques et des dépôts. Elle doit nécessairement s’effondrer.

Human Action (1949).

Certes, les gouvernements peuvent réduire les taux d’intérêts à court terme, émettre de la monnaie papier supplémentaire, ouvrir la voie du crédit par les banques. Ils peuvent donc créer un boom artificiel et l’apparence de la prospérité. Mais un tel boom est condamné à s’effondrer tôt ou tard, et à provoquer une dépression.

Omnipotent Government (1944).

Il n’y a aucun moyen d’éviter l’effondrement final d’un boom provoqué par une expansion du crédit. L’alternative est de savoir si la crise doit arriver plus tôt, par l’abandon volontaire d’une expansion supplémentaire du crédit, ou plus tardivement, comme une catastrophe finale et totale du système monétaire affecté.

Human Action (1949).

Soupèse ces mots, Mervyn King (Directeur de la Banque d’Angleterre, NdT), et tremble.

Vous pouvez en apprendre plus sur l’école autrichienne en économie chez le Mises Institute, ou chez le remarquable think tank britannique Cobden Centre.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • En effet difficile à lire, mais tellement instructif en cette ère d’obscurantisme.

  • Mises critique l’endettement excessif du système monétaire contrôlé par l’Etat. Sa critique ne vise pas le free banking. Une banque, en free banking, peut augmenter son émission monétaire, et le crédit, sans autre limite que sa capacité à honorer son contrat d’émission monétaire.

    • Mises dans l’action humaine explique que la seule façon de limiter les banques à produire du crédit bon marché est de les placer « sous les règles générales des lois civiles et commerciales ». Il est même plutôt un défenseur du free banking.

      Pour ma part je suis un tenant du free banking qui, je le pense, en rien n’entraîne d’émission incontrôlée de crédits.

      C’est le fameux débat entre les tenants de la réserve à 100% or et ceux du free banking.

  • C’est vrai qu’il est difficile à lire, à côté par exemple de la clarté lumineuse d’un Pascal salin. Mais pas autant qu’un Aristote. :p

  • C’était aussi une personne qui avait très bien compris à la fois l’importance et la fragilité de la démocratie.

    « The worst consequence of the antidemocratic spirit is that it divides the nation into hostile camps. The citizenry lose confidence in the working of democratic government. They fear that some day one of the antidemocratic minority groups may actually succeed in seizing power. Thus they think it necessary to arm and defend their rights against the menace of an armed minority. »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ben Krishna. Un article de The Conversation.

La question de savoir si les virus sont vivants reste controversée. Cependant, comme tous les êtres vivants, ils évoluent. Ce fait est apparu très clairement au cours de la pandémie de SARS-CoV-2, le coronavirus responsable du Covid-19 : de nouveaux variants préoccupants ont émergé régulièrement, venant bousculer l’actualité.

Certains de ces variants se sont révélés plus efficaces que les précédentes versions du SARS-CoV-2 pour se propager d’une personne à l’autre et ont fini par ... Poursuivre la lecture

Par Philippe Aurain.

Les économistes sont très forts pour prédire les crises économiques. La preuve, ils ont prédit dix des trois dernières. La boutade ramène l'économiste à ce qu'il est : un prévisionniste (quelqu'un qui détecte et prolonge des tendances) et non un devin. C'est dommage.

La prédiction (annonce des ruptures spontanées) serait plus utile. Elle permettrait d'anticiper les crises. Mais ce faisant, elle les empêcherait. Une fois une crise prédite, des mesures peuvent être prises pour l'empêcher. Nous aurions vendu le... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gary Galles. Un article du Mises Institute

Nul ne doit profiter du malheur des autres.

J'ai entendu et lu de telles affirmations à maintes reprises, pratiquement chaque fois qu'il y a une urgence ou une catastrophe quelque part, ou chaque fois qu'une bonne action est considérée par quelqu'un comme essentielle ou quelque chose dont il a "besoin".

C'est pourquoi, lorsque j'ai trouvé cette citation en tête de l'article de Leonard Read intitulé "To Alleviate Misfortune", dans le numéro de novembre 1963 de The Freeman, ell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles