Droite populaire : populiste ? libérale ?

Entrée en scène de la « droite populaire » avec 12 propositions assez surprenantes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droite populaire : populiste ? libérale ?

Publié le 6 octobre 2011
- A +

Entrée en scène de la « droite populaire » avec 12 propositions assez surprenantes. Que faut-il en penser ?

Un article de l’ALEPS (*)

Jacques Garello l’a évoqué dans son dernier article : la « droite Populaire », en gestation depuis plusieurs mois, vient de prendre son essor en lançant, mardi 27 septembre, une charte comprenant 12 propositions.

Ce long document est un amalgame de proclamations et de mesures qui ne peuvent en aucun cas le faire passer pour un monument de la pensée libérale. Au minimum, quelques-unes des mesures envisagées sont surprenantes, au hasard des pages : maintenir la taxe exceptionnelle sur les plus hauts revenus, accroître la tranche supérieure de l’IRPP de 41 à 45 %, créer un grand ministère des TPE et PME, encadrer les marges des industriels et de la grand distribution, décréter la présence systématique des salariés dans les conseils d’administration des entreprises, soutenir l’instauration d’une taxe Tobin européenne, lancer un plan Marshall de soutien au monde rural, instaurer une TVA protectionniste, contrôler les investissements étrangers à l’Union Européenne dans les secteurs stratégiques et créer un « conseil de surveillance des investissements étrangers ».

Cette énumération (très incomplète) aura de quoi rebuter le plus modéré des libéraux.

Le Monde accuse la Droite Populaire de se calquer sur le programme du Front National dans les chapitres qui concernent la sécurité, l’école et le patriotisme économique. Mais d’une part il est obligé de reconnaître que Marine Le Pen est dirigiste et étatiste, alors que le document visé se prononce contre l’État Providence et fait une large part à la flexibilité du marché du travail. D’autre part il y a des idées communes aux deux approches qui peuvent avoir l’approbation des libéraux : l’éducation des enfants et l’enseignement civique et moral, le referendum d’initiative populaire par exemple.

En fait, et pour conclure sur une note positive, le plumage vaut mieux que le ramage. Les proclamations de la Droite Populaire ont des accents qui nous sont plutôt sympathiques : « Nous croyons en la liberté d’entreprendre, au travail, au mérite et à l’effort […] Ceux qui travaillent doivent pouvoir conserver le fruit de leurs efforts et l’utiliser pour préparer l’avenir de leur famille. Nous croyons en l’excellence économique, en l’innovation et en l’esprit d’entreprise » et encore « Fondée sur l’autorité et le respect, l’école de la République doit permettre à chaque enfant d’apprendre les valeurs morales et civiques ainsi que favoriser l’égalité des chances pour tous ». Et enfin « Être libre, c’est être responsable…»

Il y a donc quelque schizophrénie dans ce manifeste. Sans doute le document est-il trop long ; à nos yeux les réformateurs libéraux ne sont pas ceux qui proposent, mais ceux qui libèrent. Sans doute ces députés sont-ils encore prisonniers de la pensée unique. Et c’est un jeu difficile de vouloir en même temps séduire l’électorat déçu qui va vers le Front, et conserver le programme et les mesures envisagés par l’UMP. Nous savons cependant qu’il s’agit d’hommes sincères et de talent : Christian Vanneste a participé à notre Université d’Eté, Dominique Tian entretient des relations suivies avec nous, Thierry Mariani, ministre des Transports, prend du poids au sein du gouvernement… où figure un ancien de la bande à Léo, Gérard Longuet, qui donne de temps en temps l’impression qu’il est encore libéral. Comme le suggère Jacques Garello, tous ces gens feront peut-être un pas de plus vers le libéralisme. Il sera temps, après les élections présidentielles. Pour l’instant, ils « accompagnent la majorité présidentielle [et] contribuent activement et fortement, au futur projet de Nicolas Sarkozy ».

—-
Article repris du site de l’ALEPS, Libres.org, avec l’aimable autorisation de Jacques Garello.

(*) L’ALEPS, présidée par le Professeur Jacques Garello, est l’Association pour la Liberté Économique et le Progrès social, fondée il y a quarante ans sous l’autorité de Jacques Rueff, dans la tradition intellectuelle française de Jean Baptiste Say et Frédéric Bastiat.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Rien à attendre de ces clowns démagos, ne vous faites pas d’illusions. C’est un programme typiquement de droite made in France: dirigiste, constructiviste, protectionniste, étatiste, bref anti-libéral. Et comme vous les soulignez, schizophrène, puisqu’ils veulent tout et son contraire. C’est ce qui arrive quand on essaie de « ratisser large » sans avoir d’éthique globale, ou, dit plus crument, quand on veut bouffer à tous les râteliers.

  • Qui compte encore sur les politiciens français alors qu’ils nous enfoncent depuis 250 ans jusqu’à contrôler un niveau record de l’économie (55%)? Si il y a une révolution libérale elle sera intellectuelle avant d’être politique, il n’y a rien à espérer de durable venant d’en haut tant qu’on n’aura pas gagné les cerveaux d’une majorité de français. Ca peut prendre des années ou des décennies. En attendant sauve qui peut.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis le retrait de la vie politique d’Alain Madelin, les libéraux sont orphelins d’un homme politique de premier plan. David Lisnard sera-t-il celui-là ?

Force est de constater la montée en puissance du maire de Cannes depuis plusieurs mois.

Tout d’abord, le président de Nouvelle Énergie n’a pas hésité à signer la tribune collective « Le libéralisme, ce mot interdit en France » parue dans Le Figaro le 22 avril. Certes, des hommes politiques ont pu se revendiquer du libéralisme par ignorance ou, plus souvent, par opportunisme, ... Poursuivre la lecture

Durant des décennies, la droite a été considérée comme une. La montée en puissance du Front national (devenu Rassemblement national), dans la seconde partie des années 1980, a modifié cette approche en mettant l'extrême droite en regard de la droite.

Petite(s) histoire(s) des droites[1. Le premier paragraphe a largement été inspiré par : Les grands textes de la droite et de la gauche lepoint.fr ; ainsi que par Qu'est-ce un Méchant Réac ? | Méchant Réac ! le site mechantreac.fr.]

 

Les divisions à droite sont anciennes, profonde... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean Granville.

Il est fréquent d’entendre dire que la droite et la gauche sont dépassées car la vraie fracture oppose désormais X et Y (riches et pauvres, somewhere et anywhere, etc.).

Cette idée repose sur un contresens : la bipolarité ne tient pas à une quelconque fracture au sein de la société mais au simple besoin d'organiser rationnellement les choix politiques. La gauche et la droite ne sont pas des philosophies mais des emplacements qui, dans une démocratie fonctionnant correctement, forment les deux plateaux d’une b... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles