Il est temps de quitter l’UE

Les électeurs britanniques ont compris le racket de Bruxelles. Ils ont compris que l’UE a réduit les libertés et entravé la démocratie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il est temps de quitter l’UE

Publié le 23 septembre 2011
- A +

Les électeurs britanniques ont compris le racket de Bruxelles. Ils ont compris que l’UE a réduit les libertés et entravé la démocratie.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni

C’est ce qu’a affirmé le très nombreux public présent à un débat tenu à la Royal Geographical Society, par 470 voix contre 116. J’avais proposé la motion avec Christophe Booker et Frederick Forsyth, tandis que s’y opposaient Denis MacShane, Philip Souta et Richard Laming du Mouvement Européen (Charles Kennedy s’étant retiré à la dernière minute).

Mes lecteurs européistes diront sans aucun doute “Oui oui et alors, qu’est-ce que ça prouve ? Qu’un tas de lecteurs du Spectator (NdT : magazine britannique) porteurs de tweed n’aime pas l’UE ? J’aurais pu vous le dire moi-même ».

Il est vrai que le débat a été organisé par des personnes engagées en faveur du Spectator. Toutefois, cela ne signifie pas que le public n’était pas représentatif — en tout cas pas en ce qui concerne le débat sur l’UE. Regardez ces graphiques (chapeau bas à Fraser Nelson). Ils proviennent de la Commission Européenne elle-même, l’organisation par excellence qui n’est par définition jamais eurosceptique.

Peu importe la manière dont vous le mesurez, les électeurs britanniques ont compris le racket de Bruxelles. Ils ont compris que l’UE a réduit nos libertés, entravé notre démocratie, vidé nos mers, coulé nos campagnes, porté préjudice à nos relations avec des Nations sœurs de « l’Anglosphère », asphyxié nos petites entreprises, pillé notre diplomatie, galvaudé notre nom.

Je sais que les trois parties s’opposent officiellement à un referendum, mais leur position commence à sembler superficielle, embarrassante, intenable. Tôt ou tard, la question devra être portée devant les électeurs.

—-
Sur le web
Traduction : eDoK pour Contrepoints.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Le graphique le plus intéressant est sans doute celui qui classe les pays europpéens selon leur euro-septicisme. Ainsi, on trouve (en ordre inverse depuis le plus euroseptique vers le moins) en dernier le Royaume-Uni, la Grèce, la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Latvie et l’Italie…
    Aucun de ces pays n’ayant une population qui fasse majoritairement confiance à l’UE… « telling » comme disent nos cousins d’outre-manche, non?

  • Je trouve que l’intérêt de cet article est faible, voir même inexistant.

    Il est question d’un débat au cours duquel une majorité de personnes (inconnues en France) affirment être eurosceptique. S’en suit une invective à l’égard de l’Union Européenne. Oui. Bon.

    Quelle conclusion faut-il en tirer ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
boris johnson libre échange Royaume-Uni
2
Sauvegarder cet article

Par William Yarwood.

Eh bien, ils ont finalement eu Boris Johnson. Mais il leur a fait une peur bleue... ou pas ? Le mandat de Boris Johnson en tant que Premier ministre a été marqué par des turbulences politiques, un coronavirus et des scandales, trois éléments que beaucoup pensaient qu'il pourrait surmonter avec une relative facilité et une bonne santé. Mais hélas, sa position est devenue intenable en raison de l'implosion de son propre parti après le dernier scandale - impliquant des allégations sexuelles concernant son adjoint Chri... Poursuivre la lecture

Sans majorité parlementaire, pas de présidentialisme majoritaire, pas de boulimie présidentielle donc. Dans une lecture institutionnelle de la Constitution de 1958, le retour des délibérations et des compromis ne peut qu’être satisfaisant. À cela doit s’ajouter le retour de la responsabilité politique, propre à la culture du Parlement. La culture politique qui lui est propre, est celle d’une « morale constitutionnelle » chère à Edmund Burke, qui suppose entre autres, la responsabilité politique, qu’elle soit collective ou individuelle, des me... Poursuivre la lecture

En se réveillant ce matin au 10 Downing Street, BoJo a dû se demander quel cauchemar il avait fait. Coup d’œil sur Sky News, 46 démissions (59 maintenant), non c’est bien à une tentative de coup d’État qu’il a fait face. L’Histoire inscrira ce mercredi 6 juillet comme une date clef. "Il a limogé Michael Gove", ministre du Logement qui avait appelé à sa démission, a déclaré sur Sky News James Duddridge, conseiller de Boris Johnson, précisant que le Premier ministre est "d'humeur enjouée et [qu’] il se battra". Finalement, ce jeudi 7 juillet Bo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles