Il est temps de quitter l’UE

Les électeurs britanniques ont compris le racket de Bruxelles. Ils ont compris que l’UE a réduit les libertés et entravé la démocratie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il est temps de quitter l’UE

Publié le 23 septembre 2011
- A +

Les électeurs britanniques ont compris le racket de Bruxelles. Ils ont compris que l’UE a réduit les libertés et entravé la démocratie.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni

C’est ce qu’a affirmé le très nombreux public présent à un débat tenu à la Royal Geographical Society, par 470 voix contre 116. J’avais proposé la motion avec Christophe Booker et Frederick Forsyth, tandis que s’y opposaient Denis MacShane, Philip Souta et Richard Laming du Mouvement Européen (Charles Kennedy s’étant retiré à la dernière minute).

Mes lecteurs européistes diront sans aucun doute “Oui oui et alors, qu’est-ce que ça prouve ? Qu’un tas de lecteurs du Spectator (NdT : magazine britannique) porteurs de tweed n’aime pas l’UE ? J’aurais pu vous le dire moi-même ».

Il est vrai que le débat a été organisé par des personnes engagées en faveur du Spectator. Toutefois, cela ne signifie pas que le public n’était pas représentatif — en tout cas pas en ce qui concerne le débat sur l’UE. Regardez ces graphiques (chapeau bas à Fraser Nelson). Ils proviennent de la Commission Européenne elle-même, l’organisation par excellence qui n’est par définition jamais eurosceptique.

Peu importe la manière dont vous le mesurez, les électeurs britanniques ont compris le racket de Bruxelles. Ils ont compris que l’UE a réduit nos libertés, entravé notre démocratie, vidé nos mers, coulé nos campagnes, porté préjudice à nos relations avec des Nations sœurs de « l’Anglosphère », asphyxié nos petites entreprises, pillé notre diplomatie, galvaudé notre nom.

Je sais que les trois parties s’opposent officiellement à un referendum, mais leur position commence à sembler superficielle, embarrassante, intenable. Tôt ou tard, la question devra être portée devant les électeurs.

—-
Sur le web
Traduction : eDoK pour Contrepoints.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Le graphique le plus intéressant est sans doute celui qui classe les pays europpéens selon leur euro-septicisme. Ainsi, on trouve (en ordre inverse depuis le plus euroseptique vers le moins) en dernier le Royaume-Uni, la Grèce, la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Latvie et l’Italie…
    Aucun de ces pays n’ayant une population qui fasse majoritairement confiance à l’UE… « telling » comme disent nos cousins d’outre-manche, non?

  • Je trouve que l’intérêt de cet article est faible, voir même inexistant.

    Il est question d’un débat au cours duquel une majorité de personnes (inconnues en France) affirment être eurosceptique. S’en suit une invective à l’égard de l’Union Européenne. Oui. Bon.

    Quelle conclusion faut-il en tirer ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

En 1966, les Beatles ont sorti une chanson intitulée « Taxman », qui commence par ces lignes :

Let me tell you how it will be That’s one for you, 19 for me… Should 5 percent appear too small, Be thankful I don’t take it all. Laisse-moi te dire comment ça va se passer Ça fait un pour toi, dix-neuf pour moi Si cinq pour cent semblent trop peu Remerciez moi de ne pas tout prendre

 

Les paroles ont été écrites pour protester contre la fiscalité excessive au Royaume-Uni, qui, jusque dans les années 1970, revenait à exprop... Poursuivre la lecture

Le Salon de l’agriculture s'est ouvert à Paris le 24 février.

Nous sommes dans l’attente des réponses que le gouvernement va donner aux agriculteurs, suite à la révolte qui a éclaté dans ce secteur en janvier dernier. Pour la déclencher, il a suffi d’une simple augmentation du prix du GNR, le gas-oil utilisé pour leurs exploitations, et elle a embrasé subitement toute la France.

Tous les syndicats agricoles se sont entendus pour mobiliser leurs troupes, et des quatre coins du pays, des milliers de tracteurs ont afflué vers Paris... Poursuivre la lecture

Voilà maintenant quatre ans que le Royaume-Uni a officiellement quitté l'Union européenne. Depuis le Brexit, la Grande-Bretagne a connu trois Premiers ministres, et d'innombrables crises gouvernementales. Néanmoins, malgré le chaos de Westminster, nous pouvons déjà constater à quel point les régulateurs du Royaume-Uni et de l'Union européenne perçoivent différemment l'industrie technologique. Le Royaume-Uni est un pays mitigé, avec quelques signes encourageants qui émergent pour les amateurs de liberté et d'innovation. L'Union européenne, qua... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles