Il est temps de quitter l’UE

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il est temps de quitter l’UE

Publié le 23 septembre 2011
- A +

Les électeurs britanniques ont compris le racket de Bruxelles. Ils ont compris que l’UE a réduit les libertés et entravé la démocratie.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni

C’est ce qu’a affirmé le très nombreux public présent à un débat tenu à la Royal Geographical Society, par 470 voix contre 116. J’avais proposé la motion avec Christophe Booker et Frederick Forsyth, tandis que s’y opposaient Denis MacShane, Philip Souta et Richard Laming du Mouvement Européen (Charles Kennedy s’étant retiré à la dernière minute).

Mes lecteurs européistes diront sans aucun doute “Oui oui et alors, qu’est-ce que ça prouve ? Qu’un tas de lecteurs du Spectator (NdT : magazine britannique) porteurs de tweed n’aime pas l’UE ? J’aurais pu vous le dire moi-même ».

Il est vrai que le débat a été organisé par des personnes engagées en faveur du Spectator. Toutefois, cela ne signifie pas que le public n’était pas représentatif — en tout cas pas en ce qui concerne le débat sur l’UE. Regardez ces graphiques (chapeau bas à Fraser Nelson). Ils proviennent de la Commission Européenne elle-même, l’organisation par excellence qui n’est par définition jamais eurosceptique.

Peu importe la manière dont vous le mesurez, les électeurs britanniques ont compris le racket de Bruxelles. Ils ont compris que l’UE a réduit nos libertés, entravé notre démocratie, vidé nos mers, coulé nos campagnes, porté préjudice à nos relations avec des Nations sœurs de « l’Anglosphère », asphyxié nos petites entreprises, pillé notre diplomatie, galvaudé notre nom.

Je sais que les trois parties s’opposent officiellement à un referendum, mais leur position commence à sembler superficielle, embarrassante, intenable. Tôt ou tard, la question devra être portée devant les électeurs.

—-
Sur le web
Traduction : eDoK pour Contrepoints.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Le graphique le plus intéressant est sans doute celui qui classe les pays europpéens selon leur euro-septicisme. Ainsi, on trouve (en ordre inverse depuis le plus euroseptique vers le moins) en dernier le Royaume-Uni, la Grèce, la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Latvie et l’Italie…
    Aucun de ces pays n’ayant une population qui fasse majoritairement confiance à l’UE… « telling » comme disent nos cousins d’outre-manche, non?

  • Je trouve que l’intérêt de cet article est faible, voir même inexistant.

    Il est question d’un débat au cours duquel une majorité de personnes (inconnues en France) affirment être eurosceptique. S’en suit une invective à l’égard de l’Union Européenne. Oui. Bon.

    Quelle conclusion faut-il en tirer ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'IREF Europe.

La campagne électorale pour l’élection présidentielle part mal. Comme les précédentes au demeurant. La pauvreté des débats, le flou des programmes, le pragmatisme revendiqué à l’envi par la plupart des candidats n’augurent rien de bon. La médiocrité de beaucoup de nos hommes politiques les plus connus, obnubilés par la pandémie, ne peut que produire un débat atone, réduit aux petites phrases et aux coups tordus, loin des grands principes. Parmi ceux-ci, la subsidiarité fait une nouvelle fois figure de paren... Poursuivre la lecture

Par Sylvain Kahn. Un article de The Conversation

Les candidates et candidats à l’élection présidentielle française ont pris l’habitude d’annoncer aux électeurs les lois et les décisions qu’ils feront adopter par l’UE sitôt élus.

Cette attitude relève de la pensée magique.

En effet, l’UE est un régime politique qui se caractérise par un pouvoir réparti entre une pluralité d’acteurs et de centres de décision. Les institutions qui regroupent les dirigeants des gouvernements nationaux doivent ainsi composer avec cette sorte d... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par David Camroux. Un article de The Conversation

L’alliance AUKUS, réunissant l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, a officiellement vu le jour le 22 novembre 2021, lors d’une cérémonie de signature discrète à Canberra, environ deux mois après l’annonce publique et spectaculaire de l’accord par les dirigeants des trois pays concernés.

Dans l’intervalle, une avalanche d’analyses s’est concentrée sur les aspects stratégiques et géopolitiques de cette entente pour l’Australie et les États-Unis, tendant à minimiser ses dyn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles