Quatre millions de personnes refusent de payer des impôts locaux

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
taxes

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quatre millions de personnes refusent de payer des impôts locaux

Publié le 16 septembre 2011
- A +

Au Royaume Uni, la résistance face à la rage taxatoire s’organise.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume-Uni

Tandis que les syndicats travaillent à défendre leur propre intérêt, qui consiste à extorquer le plus d’argent possible de nous autres contribuables, nous apprenons que des sommes conséquentes sont prélevées du revenu de la taxe d’habitation – sûrement de façon illégale – pour financer les salaires et les retraites abusivement élevées du conseil municipal.

Cette information, les media ne veulent pas la diffuser, tant ils sont appliqués à nous endoctriner. Ils aiment être les maîtres de l’ordre du jour, nous abreuver de divertissements avec des histoires qu’ils auront choisies eux-mêmes comme les plus importantes. Mais ce ne sont plus eux qui nous dicteront notre conduite – le jeu de Monopoly est cassé.
Il y a quatre millions de personnes chaque année qui refusent de payer leur taxe d’habitation jusqu’à ce qu’elles reçoivent une sommation. Puis les Conseils doivent saisir la justice pour récupérer l’argent de trois millions d’entre elles. C’est une histoire qui mérite d’être racontée !

En tant qu’acte de rébellion – via une grève de l’impôt – c’est un événement lourd de sens. Mais vous n’en entendrez pas parler dans les media. À l’exception de quelques groupes d’entraide, chaque refusenik a la sensation d’être seul dans sa contestation. Les Conseils et les media font tout pour renforcer cette impression. Et pourtant, c’est un mouvement de masse, qui concerne des millions d’individus – certains par principe, d’autres parce qu’ils n’ont pas le choix.

Plutôt que de réagir, les Conseils ont transformé cela en une opération criminelle de grande ampleur ; ils en font profiter aussi les chacals et les hyènes du domaine du recouvrement des dettes qui s’acharnent sur les contestataires en toute illégalité, à hauteur d’au moins un milliard par an.

Vous pouvez vous rouler en boule et pleurnicher, ou aller sur le site de Failygraph pour y poster un commentaire assassin. Ou vous pouvez contre-attaquer et remporter la victoire. Les Conseils et ses acolytes, les agents de recouvrement, se servent de la division de la population ; ils s’attaquent aux individus un par un, concentrant sur une personne le pouvoir de l’État afin de lui inspirer la crainte et de la soumettre. Notre réponse est de forcer les Conseils, leurs employés et leurs agents, à respecter la loi – la loi du pays… pas les lois qu’ils ont créées pour leur propre convenance.

La première chose à faire est de poser la question à votre Conseil sur le site « liberté d’information » (FOI) qui existe pour chaque Conseil. Il vous suffit d’envoyer par mail le texte ci-dessous.

Je vous prie de m’envoyer des informations concernant le nombre de sommations et avis de recouvrement envoyés par le Conseil en matière de taxe d’habitation, pour les années fiscales depuis avril 1992, classés par année et type de document, ainsi que les sommes prélevées chaque année, là encore classées par année et par type de document.

Faites-le, puis envoyez moi les réponses… ce pillage doit être arrêté, et il ne le sera que si nous en prenons soin.
Secouons l’arbre à argent, et voyons ce qui en tombera.

—-
Sur le web
Traduction : ML pour Contrepoints.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par David Camroux. Un article de The Conversation

L’alliance AUKUS, réunissant l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, a officiellement vu le jour le 22 novembre 2021, lors d’une cérémonie de signature discrète à Canberra, environ deux mois après l’annonce publique et spectaculaire de l’accord par les dirigeants des trois pays concernés.

Dans l’intervalle, une avalanche d’analyses s’est concentrée sur les aspects stratégiques et géopolitiques de cette entente pour l’Australie et les États-Unis, tendant à minimiser ses dyn... Poursuivre la lecture

L’Angleterre et l’Australie ne sont plus aux antipodes. La géopolitique post-Brexit opère un bouleversement copernicien sur le plan du commerce international et de la libre circulation.

Boris Johnson a admis que l’adhésion de la Grande-Bretagne à la CEE en 1973 et la fin de ses conditions commerciales préférentielles avec le Commonwealth « ont eu des effets assez dévastateurs sur de nombreux agriculteurs australiens ». Le ministre australien du Commerce a déclaré que l’accord commercial post-Brexit « corrigerait un tort historique ».Poursuivre la lecture

Boris Johnson pensait sans doute avoir vécu la pire semaine de sa vie de Premier ministre la semaine dernière, c’était sans compter le week-end. David Frost, le secrétaire d’État chargé du Brexit, a posé sa démission samedi. Véritable gardien de l’esprit du thatchérisme au sein du parti conservateur et allié de la première heure, David Frost a considéré l’adoption de nouvelles mesures coercitives pour combattre la pandémie comme la goutte d’eau faisant déborder le vase.

Fronde contre le passeport vaccinal

En début de semaine, pratiquem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles