Eurozone: vers une intégration fiscale?

Selon le Chancelier britannique George Osborne, l’eurozone s’oriente vers une intégration fiscale

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Eurozone: vers une intégration fiscale?

Publié le 12 septembre 2011
- A +

Royaume-Uni. George Osborne, le Chancelier de l’Échiquier, a déclaré que l’eurozone s’oriente vers une intégration fiscale. Mais quelle forme celle-ci peut-elle prendre? L’intégration fiscale pose autant de problèmes qu’elle n’en résout…

Un article d’Open Europe

George Osborne, Chancelier de l'Échiquier du gouvernement de David Cameron

Voici la dernière déclaration publique tombée il y a quelques jours :

Aujourd’hui, George Osborne, le Chancelier de l’Échiquier [NdT: ministre britannique chargé des finances et du trésor] a réitéré son invitation à une plus grande intégration fiscale dans la zone Euro et ce parmi les pays qui se débattent avec la crise de la dette en cours.

Le Chancelier a exhorté les gouvernements des nations membres de la zone euro à suivre « une logique implacable » de fusion financière.

Il a déclaré :

« La crise financière dans la zone Euro est extrêmement sérieuse. Heureusement que la Grande-Bretagne n’est pas dans la zone Euro ; mais malheureusement nous ne sommes pas immunisés contre l’instabilité qui se trouve à notre porte. »

« La zone Euro doit mettre en œuvre ses engagements politiques pour aborder la crise. »

Mr. Osborne ajoute:

« La zone Euro devrait suivre la logique implacable de l’union monétaire comprenant une plus grande intégration fiscale. Nous devons nous assurer de ne pas faire partie de cette intégration, de façon à ce que nos intérêts nationaux soient protégés et promus en tout point. »

Le conservateur David Nuttall (de la circonscription de Bury North à Manchester) appelle les ministres à faire pression sur les pays de la zone Euro pour leur permettre de lâcher la monnaie commune sans sacrifier l’appartenance à l’union Européenne.

Mais le Chancelier souligne que l’Euro est « ici pour rester » et ajoute que nous ne sommes pas dans « la perspective immédiate d’une renégociation majeure du traité monétaire ».

S’exprimant sur les questions de budget au parlement, il assure que les travaillistes restent engagés en principe à amener la Grande-Bretagne à adopter la monnaie unique.

Bien sûr, on voit ce qui se passe. Le ministre des finances britannique, se faisant du souci concernant la reprise très fragile en Grande-Bretagne, veut éviter un effondrement dans la zone Euro – ce qui renverrait l’économie britannique dans la récession. D’une certaine façon, c’est bien compréhensible.

Et pourtant, dans le même temps, ce n’est pas le cas. Parce que si l’on soutient l’intégration fiscale sur la base qu’elle va organiser la zone Euro, et ainsi aider le rétablissement de la Grande-Bretagne, il s’ensuit certainement que le Chancelier devrait spécifier le type d’intégration fiscale qu’il a en tête. Il y a union fiscale et union fiscale. Une intégration fiscale sans conviction qui ne résout aucun des problèmes économiques sous-jacent de la zone Euro, et qui peut parfaitement conduire à de déplaisantes disputes politiques (on se rappelle tous maintenant le coût politique des renflouements et des prêts collectifs) est pire que tout pour la Grande-Bretagne.

À titre d’exemple, et comme on en a déjà discuté, il n’est pas clair du tout comment le mélange approximatif entre les Euro-obligations et les obligations nationales (en cours de discussion) va mettre fin à la crise. Ce type d’accord découragera la discipline fiscale et même augmentera potentiellement le coût général des prêts pour les économies endettées, dans le cas où les parts des obligations nationales feraient face à une augmentation alarmante de leur taux. Il se pose aussi la question écrasante de la mise en œuvre de cette politique et la façon dont on pourrait faire fonctionner les Euro-obligations sans faire imploser le marché existant des obligations.

Il serait bien nécessaire de faire la lumière sur ces questions-là…

—-
Sur le web
Traduction: JATW pour Contrepoints.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Que veut dire « intégration fiscale » ? (concrètement)

  • 1) Qu’avez-vous contre le nationalisme ?
    2) Le fascisme est étatiste (corporatiste, plus précisément) ; à titre informatif et pour aller plus loin, s’intéresser à la pensée de Benito Mussolini aide à voir l’apport marxiste à la doctrine fasciste ;
    3) Friedrich Hayek proposait justement un système de monnaies privées, mais on peut aussi penser à la défense de l’étalon-or (position de Murray Rothbard, notamment) ; en tout cas, le libéralisme NE préconise ABSOLUMENT PAS la centralisation monopolistique de l’émission de la monnaie, qui plus est sous forme fiduciaire !
    4) Les communistes sont plus souvent mondialistes que souverainistes ;
    5) Qu’avez-vous contre le souverainisme ?

    • Ça dépend de ce que l’on entend par « nationalisme », en fait ; à vrai dire, le terme a tellement été diabolisé…
      Le truc, c’est que le nationalisme, c’est quelque chose qui se ressentirait et s’appliquerait naturellement par tout un chacun si le lavage de cerveau gauchiste n’était pas passé par là.
      Comme… avant, et comme cela avait toujours été.

      Le « nationalisme économique », là oui, c’est généralement de la connerie, mais ce n’est pas ce que j’avais en tête.
      (Pardon pour le hors sujet. :/)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Par Jeffrey Tucker. Un article de l'American Institut for Economic research (AIER)

Le 12 mars 2020, un memorandum était rédigé par Carter Mecher, expert en bioterrorisme à destination du Département des Anciens combattants. Il a été envoyé aux responsables de la santé publique et à d'autres dans tout le pays.

Fermez les écoles. Agissez maintenant. Et c'est arrivé, et dans le même temps des libertés civiques que nous avons longtemps considérées comme acquises - la liberté de voyager, d'exploiter des entreprises, d'aller au ciném... Poursuivre la lecture

Par Radu Vranceanu et Marc Guyot. Un article de The Conversation

Il y a un an, certains économistes semblaient persuadés qu’on pouvait augmenter indéfiniment les dépenses publiques car, tant que le chômage n’était pas revenu à son niveau pré-covid, il n’y aurait pas d’inflation. À l’extrême de cette vision, les adeptes de la théorie monétaire moderne recommandaient une hausse massive des dépenses publiques – et donc de l’endettement public – jusqu’au point où tous ceux qui cherchent un emploi en trouvent un.

Aujourd’hui, trois c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles