Quelles conséquences si la zone euro tombe ?

Le dernier rapport UBS examine les coûts politiques et économique d’un effondrement de la zone euro

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quelles conséquences si la zone euro tombe ?

Publié le 7 septembre 2011
- A +

Les éternels aficionados de la monnaie unique européenne devront détourner leurs yeux du dernier rapport de Stephane Deo, Paul Donovan and Larry Hatheway publié par la banque UBS, intitulé « Euro Break Up – The Consequences » (« Fin de la zone euro : les conséquences ») puisqu’il détaille les différents aspects que provoquerait un ou des départs de la zone euro de pays membres alors que la crise des dettes souveraines se fait plus forte chaque jour.

En voici la traduction du résumé introductif.

Pas de démantèlement, mais une confédération fiscale

Notre scénario de base avec la probabilité la plus grande est que la zone Euro se déplace lentement (et péniblement) vers une sorte d’intégration fiscale. The scénario risqué, celui d’une explosion de la zone, est considérablement plus coûteux et d’une très faible probabilité. Des pays membres ne peuvent pas être expulsés, mais des états souverains peuvent choisir de faire sécession. Cependant, les discussions actuelles sur une telle partition sous-estiment énormément les conséquences d’une telle action.

Les coûts économiques (partie 1)

Les coûts d’un petit pays quittant la zone Euro sont déjà significatifs. Les conséquences incluent un défaut de paiement sur les dettes, des faillites d’entreprises, un écroulement du système bancaire et l’effondrement du commerce international. Il y a assez peu de chances qu’une dévaluation adoucirait la note. Nous estimons qu’un petit pays quittant la zone Euro devrait subir un coût avoisinant de 9.500€ à 11.500€ pour chacun de ses habitants pendant la première année. Ce coût descendrait ensuite entre 3.000€ et 4.000€ par personne et par an sur les années suivantes. Ceci revient à une perte de 40 à 50% de PIB dans la première année.

Les coûts économiques (partie 2)

Dans le cas où un pays plus important (comme l’Allemagne) devait quitter l’Euro, les conséquences comprendraient des faillites d’entreprises, une recapitalisation du système bancaire et l’effondrement du commerce international. Si l’Allemagne devait quitter l’Euro, nous pensons que le coût avoisinerait de 6.000€ à 8000€ par Allemand dans la première année, et s’étalerait de 3.5000€ à 4.500€ par personne et par an les années suivantes. C’est équivalent à une perte de 20 à 25% de PIB la première année. En comparaison, le coût complet de sauvetage de la Grèce, de l’Irlande et du Portugal à la suite d’un défaut de paiement de ces pays serait un peu supérieur à €1.000 par personne, en une seule fois.

Le coût politique

Le coût économique est, de bien des façons, le moindre des soucis des investisseurs si une telle rupture devait avoir lieu. La fragmentation de la zone Euro entraînerait des coûts politiques : l’influence diplomatique et stratégique de l’Europe au plan international cesserait (autant que le concept d’intégration politique de l’Europe deviendrait sans objet). Il est aussi intéressant d’observer qu’aucune union monétaire récente de monnaies fiat n’a cassé sans provoquer ensuite l’apparition de gouvernements autoritaires, militaires ou de guerres civiles.

Le rapport détaille notamment cette dernière partie (le coût politique) et revient sur des exemples historiques d’union monétaire qui faillirent (Union Soviétique, Tchécoslovaquie, Etats-Unis de 1932/33). Une lecture édifiante à bien des égards.

—-
On pourra relire avec profit les derniers articles parus sur Contrepoints sur le même sujet :

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • On n’a aucune explication, aucun détail juste des affirmations. On nous dit simplement que ce sera le déluge, comme si aucun pays n’avait jamais changé de monnaie dans son histoire…Le monde existait avant l’euro, même mieux, il continuera sans.

    • Etait-ce mieux avec le Franc ? En êtes-vous certain ?

      • Entre l’Euro et le FRF, je préfère l’Euro… Maintenant entre l’Euro et l’or…
        Mais je ne pense pas que l’eurozone fera faillite, pas tant que l’Allemagne et la France ne seront pas à feu et à sang…
        Mais bon, je peux aussi me tromper.

  • Absolument d accord avec le commentaire précédent. Vous ne mentionnez pas le regain d activité économique due a l appréciation juste de la monnaie de chaque pays. Vous ne parlez pas non plus des économies d impots et de lourdeurs administratives. Enfin vous ne faites pas confiance aux individus libres dans leur capacité a créer, innover, produire lorsque le poids de l état s’amenuise.

    • Parce que vous croyez que, si l’euro pète, le poids de l’état va s’amenuiser, on va faire des économies d’impôts et de lourdeurs administratives ?
      Ce serait du jamais vu…

      • Ben, on pourra virer tous les fonctionnaires internationaux, grassement payés à pondre des directives, ça sera déjà ça d’économisé.
        En lourdeur administrative : ils nous ficheront la paix avec notre camembert au lait cru et notre foie gras.

  • Cela ressemble à un appel désespéré au bailout de la part d’UBS

    « sauvez nous ou le chaos » – ne pas tomber dans le panneau

  • Heu. C’est une simple traduction du rapport UBS. On les voit mal détailler comment l’explosion de l’euro serait une super chose de leur point de vue.

    Ce rapport est intéressant parce qu’au delà des calculs, il montre que l’hypothèse « éclatement de la zone euro » n’est plus une hypothèse tabou des financiers. C’est tout.

  • Quelles conséquences si la zone euro tombe ?

    -> Je paie ma tournée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

Le risque d’un appauvrissement quasi généralisé en Occident, et spécialement dans l’Union européenne, est aujourd’hui très important.

Les politiques menées en Occident, et surtout celle de la Commission européenne, conduisent inévitablement à une grave diminution du niveau de vie.

Il ne s’agit pas, aujourd’hui, de parler de l’inflation qui accable notamment la zone euro.

Elle est certes un danger réel et important, surtout pour ceux qui possèdent des liquidités, des emprunts d’État ou autres obligations à long terme. Les ... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Juste avant le début du conflit en Ukraine, j’avais mis en avant plusieurs raisons montrant que Poutine ne craignait pas l’Europe. La dépendance énergétique et les effets néfastes d’une potentielle guerre énergétique en était une. Nous y sommes désormais.

Les sanctions européennes contre la Russie et les contremesures de cette dernière ont débouché sur un affrontement économique sur l’énergie. Néanmoins, un certain nombre d’éléments montrent que la situation en Europe va être difficile à supporter pour les Européens cet hiver : l’appro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles