Taxe sur les sodas: la colère gronde

On a rarement vu et entendu autant d’honnêtes citoyens s’offusquer d’un nouvel impôt

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Soda Party

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxe sur les sodas: la colère gronde

Publié le 2 septembre 2011
- A +

Taxe sur les sodas : on a rarement vu et entendu autant d’honnêtes citoyens s’offusquer d’un nouvel impôt.

Par Georges Kaplan

Nicolas Sarkozy – pardon – François Fillon a annoncé l’instauration d’une nouvelle taxe sur les boissons avec sucre ajouté. Comme c’est devenu l’habitude en France, l’impôt n’est plus (ou du moins plus seulement) une contribution des citoyens au budget de l’Etat mais aussi un outil d’ingénierie sociale qui permet aux sages qui nous gouvernent de modeler cette société imparfaite selon leurs désirs. Ainsi donc, au-delà des 100 millions d’euros dont le premier ministre espère alléger nos poches, il est également question cette fois-ci de lutter contre l’obésité.

Anecdotique me direz-vous.

Eh bien peut être pas. Ça a commencé avec l’élue de mon cœur, qui ne se mêle pourtant jamais de politique mais se trouve être une grande consommatrice de Coca Cola. Sitôt qu’elle a appris la nouvelle par l’entremise d’une amie (ce qui est, en soi, déjà surprenant) elle est rentrée dans une sainte colère et m’immédiatement cuisiné en long en large et en travers sur le montant des nombreux impôts indirects dont nous abreuve la citadelle de Bercy. Dès le lendemain, mon boucher s’y met à son tour : lui qui est d’habitude aussi bavard qu’une tombe ne trouve pas de mots assez durs pour qualifier ce gouvernement et ceux qui l’ont précédé. Et ainsi de suite…

Je ne sais pas si vous avez la même impression, mais j’ai rarement vu et entendu autant d’honnêtes citoyens s’offusquer d’un nouvel impôt. On parle d’une nouvelle gabelle et j’ai même vu une « Soda Party » [1] se créer sur Facebook [2] et attirer en quelques jours un nombre considérable de sympathisants. La gabelle, une « Soda Party » : fichtre ! Si ce ne sont pas des références explicitement révolutionnaires, elles le sont au moins implicitement.

Notre premier ministre croyait sans doute qu’une énième taxe à la consommation et, qui plus est une taxe assortie d’un objectif aussi mollement consensuel que l’impérieuse nécessité de lutter contre l’obésité, passerait comme une lettre à la Poste [3]. C’est bien mal connaître l’histoire. Les révoltes populaires, insurrections et autres révolutions ont bien souvent des origines bêtement fiscales.


[1] Référence à la « Boston Tea Party » de 1773.
[2] Le CSA a récemment interdit de nommer les réseaux sociaux à la télévision ; dans la presse écrite, il me semble que c’est encore autorisé.
[3] Hors périodes de grèves.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La décision du gouvernement de supprimer la redevance audiovisuelle publique sera effective dès 2022. On nous explique qu’en fait la suppression de cette redevance va constituer « une mesure de plus en faveur du pouvoir d’achat » des Français qui devaient la payer, c’est-à-dire toute personne possédant un téléviseur, à moins qu’elle en soit exonérée sous certaines conditions. Le raisonnement semble limpide : ceux qui payaient 138 euros par an n’auront plus à supporter cette charge et leur pouvoir d’achat sera augmenté d’autant.

Qui va pay... Poursuivre la lecture

Selon l’agence Reuters citée par Boursorama, la Commission européenne va proposer à ses membres une taxe sur les bénéfices réalisés par les entreprises du secteur de l'énergie lors de la récente flambée des prix du gaz. 

Cette nouvelle recette serait ensuite investie pour subventionner encore un peu plus les énergies renouvelables et les travaux de rénovations permettant de réaliser des économies d'énergie.

Un racket institutionnalisé

Les gouvernements seront également encouragés à utiliser les recettes de ce racket institutionn... Poursuivre la lecture

Par Vincent Benard. Un article de l'IREF Europe

La cuvée 2022 du malus écologique automobile est arrivée, toujours plus saumâtre, puisqu’à émissions égales, la hausse tourne autour de 50 % par rapport au tarif 2021.

Le malus est une taxe à l’achat du véhicule, définie en fonction des grammes de CO2 émis par votre véhicule à chaque kilomètre selon une mesure normalisée officielle. Si votre véhicule émet moins de 127 g de CO2 au km selon cette norme, vous ne payez pas de malus. Au-delà, pour chaque gramme, le barème augmente, suiv... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles