La Commission européenne carbure au café

Discréditée pour la gestion de la crise, la Commission européenne trouve à s’occuper

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
coffee

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Commission européenne carbure au café

Publié le 1 septembre 2011
- A +

Discréditée pour la gestion de la crise, la Commission européenne trouve à s’occuper.

Un article d’Open Europe

Le journal Le Monde d’aujourd’hui nous a fourni un exemple juteux d’une des priorités politique à venir dans les dossiers de l’Union Européenne.

Une étude a apparemment été envoyée à la Commission recommandant l’introduction de mesures, à l’échelle européenne, de réduction des quantités d’énergie consommées par… les machines à café électrique des ménages (non, on ne plaisante pas).

L’article précise que Barroso & Co. prendront une décision sur ce délicat sujet dans les prochains mois. La Commission pourra donc choisir entre l’adoption d’une nouvelle loi ou la négociation avec les producteurs sur une base volontaire.

Nous avons récemment noté que la crise européenne, notamment avec les réponses de la France et de l’Allemagne, a mis sur le banc de touche la Commission Européenne au profit des gouvernements nationaux.  L’édito de la Une du Monde traite de ce problème d’énergie/machine à café. Il conclut :

Ainsi en va-t-il dans une Europe dont la Commission n’est plus le moteur. Rassurons-nous, ladite Commission trouve à s’occuper.  Elle s’affaire ces jours-ci à règlementer la consommation énergétique de nos cafetières électriques. Nos machines à filtre et à expresso seraient trop voraces en kilowatts; il faut, nous dit-on, instaurer d’urgence une nouvelle norme.

Certains jours, être européen est une affaire de foi.

 

—-
Article original titré « Losing Faith In The Commission? », repris depuis OpenEurope avec l’aimable autorisation du site.
Traduction : Virginie Ngo.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Au moins quand ils font ça il ne font pas pire, et dieu sait qu’ils peuvent.

  • Ils ont quand même interdit les ampoules.

    Franchement.

    Il est temps d’organiser l’achat et la distribution d’ampoules.

  • On avait déjà droit aux machines à laver et aux laves-vaisselles qui ne lavent plus à cause des seuils en conso d’eau et d’électricité (aggravés par l’interdiction des phosphates), bientôt, on aura des machines à café qui feront du jus de chaussette froid.
    A quand l’interdiction des baignoires, de la chasse d’eau et des sèches-cheveux ?
    Il est temps d’organiser un référendum pour-contre rester dans l’Europe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les drames aux urgences hospitalières rebondissent avec le retour massif des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis ces 10 dernières années, avec plus de 25 000 000 passages par an.

Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par le covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

La liste des hôpitaux en difficultés est longue <... Poursuivre la lecture

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Par Ben Krishna. Un article de The Conversation.

La question de savoir si les virus sont vivants reste controversée. Cependant, comme tous les êtres vivants, ils évoluent. Ce fait est apparu très clairement au cours de la pandémie de SARS-CoV-2, le coronavirus responsable du Covid-19 : de nouveaux variants préoccupants ont émergé régulièrement, venant bousculer l’actualité.

Certains de ces variants se sont révélés plus efficaces que les précédentes versions du SARS-CoV-2 pour se propager d’une personne à l’autre et ont fini par ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles