Après la règle d’or de Sarkozy, la règle du 1/11 de Fillon

Avec la règle du 1/11 de Fillon, c’est l’austérité pour les français mais pas pour leur administration

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la règle d’or de Sarkozy, la règle du 1/11 de Fillon

Publié le 27 août 2011
- A +

Avec la règle du « 1/11 » annoncée par le premier Ministre français François Fillon, c’est l’austérité pour les français mais pas pour leur administration. On rabote les niches fiscales, alors que la vraie urgence est celle du rabotage des « niches administratives ».

Par Emmanuel Martin
Article publié en collaboration avec UnMondeLibre

Face à l’emballement de la dette, ce 24 août le premier Ministre français François Fillon a annoncé son plan pour « économiser ». Ironie de la rhétorique politique, il n’est pourtant guère question d’économies réelles dans ce plan : seulement 1 milliard sur un plan de 11 milliards. Cela signifie donc essentiellement 10 milliards de rabotage de niches fiscales et de hausses de contributions, impôts et taxes diverses : sur l’alcool, les cigarettes, le soda (pour notre bien à tous), et bien sûr, le capital et les riches… Voici donc ce qu’on appellera peut-être bientôt la règle Fillon : la « règle du 1/11 », 1 milliard d’économie réelles sur un plan de 11 milliards « d’économies » !

Avec la règle du « 1/11 », c’est donc l’austérité pour les français mais pas pour leur administration. Car, alors que le Premier Ministre affirme que « le seuil de tolérance de l’endettement est dépassé », c’est en réalité le seuil de tolérance de la dépense publique qui est dépassé (55% du PIB), et ce, depuis fort longtemps.

Le piège de la règle d’or que nous dénoncions il y a peu s’est bien refermé : le débat n’a pas porté sur des rationalisations de l’administration et de la dépense publique, de manière à réduire cette dernière, mais sur comment revenir à l’équilibre budgétaire, ce qui, dans un pays allergique à la réforme, ne pouvait que se traduire par « comment augmenter impôts et contributions ». La règle d’or a ainsi permis au gouvernement de se concentrer sur le retour à l’équilibre budgétaire plutôt que sur les réductions de dépenses pouvant y mener. En clair : on rabote les niches fiscales, alors que la vraie urgence est celle du rabotage des « niches administratives ».

Ce « plan » est aussi critiquable pour trois autres raisons. D’abord sa faible ampleur. Que sont ces 11 malheureux milliards face à un déficit qui se rapproche des 150 milliards ? Au vu de l’urgence de la situation, notamment dans le contexte européen actuel, on vient de donner un petit os à ronger aux marchés pour les calmer, de la poudre aux yeux. Mais seront-ils dupes longtemps ?

Ensuite, dans une tradition bien française, plutôt que de simplifier la fiscalité et de la remettre à plat, on change à nouveau les règles à la marge, en rajoutant une couche de complexité. Ceci a pour effet de générer une incertitude fiscale, qui est extrêmement nocive pour l’entrepreneuriat et l’investissement. Exactement comme le fait de « taper » à nouveau sur l’épargne. Enfin, dans ces conditions, les hypothèses du gouvernement sur la croissance (un très optimiste 1,75% au lieu d’un utopique 2,25%) font sourire.

Ce plan n’est pas sérieux. Il se veut doublement démagogique : pour les électeurs en faisant croire qu’on va faire « un peu » payer les riches dans un moment difficile, et pour les marchés, en donnant l’illusion que la France maîtrise enfin ses finances publiques, ce qui ne sera en fait jamais le cas tant qu’elle ne maîtrisera pas ses dépenses. On attendait beaucoup mieux de la part de l’homme qui déclarait il y a quatre ans « je suis à la tête d’un État en faillite ».

Les français, qui vont devoir à nouveau payer pour l’incurie de leurs dirigeants, ne doivent pas se laisser anesthésier, dire « non » et exiger des comptes. Enfin.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • comment exiger des comptes?
    cordialement.

  • En France, uniquement par le vote, si les règles sont loyalement respectées.

    • En France, les règles sont respectées, mais un élu étatiste remplace toujours un autre élu étatiste.
      Donc, il est impossible d’exiger des comptes dans ce pays

  • En France le contrôle démocratique de la dépense ne peut pas marcher :
    – la décentralisation « à la française » a créé la confusion entre missions et financements : on ne sait plus qui décide quoi et donc qui tenir pour responsable. Dans ces conditions les « élus » ont une incitation à dépenser pour acheter leur clientèle électorale, consolider leur fief bureaucratico-politique.
    – les élus ont des poste de « garage » entre chaque mandat
    – la Cour des comptes ne sert à rien (rien à voir avec le NAO de Grande Bretagne)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Invitée lundi 4 avril sur BFM TV, la candidate du Rassemblement national défend l’idée d’une baisse des taxes sur les carburants, expliquant que cela avantage les consommateurs français.

« Il faut rendre leur argent aux Français […]  On baisse les taxes, ça avantage les Français, personne d’autre »

Raisonnement imparable : on se demande pourquoi Marine Le Pen ne le généralise pas et le juge vrai seulement pour le pétrole, le gaz, l’électricité et 100 produits de première nécessité qu’elle sait choisir mieux que nous, même si ell... Poursuivre la lecture

La fiscalité de production reste un frein majeur à la compétitivité française. L’essentiel de la classe politique est conscient que la baisse de 10 milliards mise en œuvre cette année est insuffisante et qu’il faut aller plus loin.

La nocivité de la CVAE

Un débat s’est développé entre ceux qui souhaitent supprimer la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises ou CVAE et ceux qui veulent démanteler la Contribution sociale de solidarité des sociétés ou C3S. La CVAE, assise sur la ... Poursuivre la lecture

Certes les prix flambent mais quelque part c’est la loi du marché, on ne peut pas se réjouir d’une économie libérale qui a projeté les pays l’ayant adopté parmi les plus riches de la planète et en même temps réclamer une certaine forme d’étatisme lorsqu’une situation se dégrade temporairement.

Passant ma vie entre la France et l’Allemagne, je peux comparer les prix en euros des différentes dépenses d’un couple dans la vie courante.

Un niveau de vie supérieur en Allemagne

Non seulement le salaire moyen y est supérieur au nôtre d’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles