85% des Français privilégient la baisse des dépenses pour réduire le déficit

Face au sentiment des Français, l’inaction gouvernementale semble particulièrement incompréhensible.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

85% des Français privilégient la baisse des dépenses pour réduire le déficit

Publié le 11 août 2011
- A +

Selon un sondage Harris Interactive pour Le Parisien, publié jeudi 11 août, l’inquiétude des français face à la crise de la dette publique est au plus haut. Ils font davantage confiance à Angela Merkel qu’à Nicolas Sarkozy dans cette situation, et plébiscitent les baisses de dépense publique pour sortir de l’ornière.

Selon cette étude, citée par Le Monde, 79 % des personnes interrogées se disent inquiètes pour la France et 67 % pour leur situation personnelle. De façon intéressante d’un point de vue libéral, les sondés à qui l’on demande en qui ils ont confiance pour éviter une nouvelle crise financière et économique répondent en premier eux-même (48%). Vient en deuxième Angela Merkel et le gouvernement fédéral allemand, à 46%. L’Europe n’est qu’à 36%, tandis que Nicolas Sarkozy et son gouvernement plafonnent à 33%. Ils sont néanmoins battus par les traders (6 %), les banques (17 %) et les agences de notation (17 %).

Surtout, les Français appellent clairement de leur vœux une réduction forte des dépenses publiques: « concernant les moyens dont dispose la France pour réduire ses déficits et sa dette, les personnes interrogées privilégient la réduction des dépenses (85 %) à l’augmentation des impôts (12 %). »

Face au sentiment des Français, l’inaction gouvernementale semble particulièrement incompréhensible. Les seules mesures qui devraient être annoncées prochainement seraient une accélération du calendrier de baisse des déficits, et des hausses d’impôts supplémentaires par un nouveau rabotage des niches fiscales.

 Lire nos articles sur l’économie.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Baisser les dépenses, bien sûr, mais à condition que ça n’affectera pas son confort personnel. Dès que l’on entrera dans le vif du sujet, à savoir des coupes budgétaires ciblées, il y aura des pleurs et des grincements de dents. Attendons nous à voir ressortir les « non à la casse » de l’enseignement, de la culture, des énergies renouvelables, etc…

  • Oui da, car encore maintenant tout va encore très bien pour le petit français.

    Tout de même là ça commende à puer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

L’inflation présente depuis quelques mois inquiète : est-elle durable ? Provoquera-t-elle une crise ? Tantôt expliquée par la reprise économique mondiale après les confinements, tantôt justifiée par la guerre en Ukraine. Il semblerait que l’inflation provienne d’un mal bien plus profond qui oblige à une observation des politiques menées sur la dernière décennie.

 

2012 : la zone euro est exsangue

Tout commence le 26 juillet 2012. Mario Draghi, gouverneur de la BCE, déclare que la banque centrale sauvera l’euro « whatever it... Poursuivre la lecture

En cette rentrée, l’un des sujets économiques majeurs est le retour de l’inflation.

Il faut dire qu’on l’avait bien oubliée. Depuis des années en France, nous étions autour de 1 % par an de hausse des prix ; il faut remonter aux années antérieures à 1984 pour trouver des chiffres comparables à ceux d’aujourd’hui, supérieurs à 5 % ! Cela fait presque 40 ans, ce qui fait qu’une personne de moins de 50 ans n’a pratiquement jamais connu l’inflation. D’où la stupéfaction de beaucoup, quand ils voient ce qui se passe aujourd’hui. Il faut avo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles