Les automobilistes québécois, vaches à lait fiscales

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les automobilistes québécois, vaches à lait fiscales

Publié le 6 juillet 2011
- A +

De Montréal, Québec

Depuis vendredi dernier, tous les Montréalais propriétaires d’un véhicule doivent payer une nouvelle taxe d’immatriculation de 45 $. C’est une augmentation de 33 % de leurs droits d’immatriculation, qui servira à financer le transport en commun.

Rappelons que ceux-ci doivent déjà payer une taxe d’essence supplémentaire de 3 cents le litre pour le financement du transport en commun. Et un montant annuel de 30 $ sur l’immatriculation de leur auto.

Quelle vision?

On prélève auprès des automobilistes des montants toujours plus nombreux – la taxe sur les carburants, par exemple, va augmenter chaque année jusqu’en 2014. En principe, l’idée d’investir dans le transport en commun est bonne. Mais plusieurs se demandent quelles sont les priorités des élus pour améliorer le service, y a-t-il un plan derrière tout ça, et surtout, où va l’argent?

Le 45 $ supplémentaire pour l’immatriculation ira à la Société de transport de Montréal (STM), qui gère le transport en commun (autobus et métro) de la ville. Les 3 cents de taxes vont à l’Agence métropolitaine de transport (AMT). Cette agence gouvernementale coordonne et finance les sociétés de transport de la grande région métropolitaine de Montréal.

Or, la STM cumule des déficits année après année. Elle songe d’ailleurs, encore une fois, à augmenter le prix de la carte d’autobus-métro (CAM) cet automne. Quant à l’AMT, elle parvient à équilibrer son budget, mais grâce aux nouvelles taxes sur l’essence.

Pendant ce temps les automobilistes payent de plus en plus cher, sans voir d’améliorations dans leur quotidien. Notons que beaucoup d’entre eux utilisent aussi le transport en commun. D’autres ont des familles, et ne peuvent se passer de leur voiture. Les rues sont affreuses, et l’heure de pointe est devenue un enfer de carcasses métalliques. Cela pousse les gens à trouver des alternatives au volant, mais ce n’est pas comme si le transport en commun offrait beaucoup plus d’options qu’avant. Ou que le service s’était grandement amélioré (les usagers de la ligne verte du Métro seront d’accord avec moi).

Une gestion efficace?

Tout le monde gagne à développer une offre bonifiée de transport en commun. Même les automobilistes. Et franchement, à voir le bordel sur nos routes, il va falloir à la fois plus de routes, moins d’autos, plus de transport en commun et déménager les entreprises en banlieues si ça continue.

Mais on a trop souvent l’impression de donner dans le vide. Je veux bien croire que des projets futurs s’en viennent. Et que les besoins financiers pour retaper le réseau routier et améliorer les transports collectifs sont énormes. Le problème, c’est qu’on n’a aucune idée si cet argent est bien géré. Quelqu’un a-t-il vérifié si des économies étaient possibles avant de hausser nos taxes? Les organismes comme l’AMT ou la STM gèrent-ils l’argent des contribuables et des automobilistes en bon père de famille?

Et suis-je le seul à trouver cette dernière phrase presque comique?

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Sébastien Gagné
    6 juillet 2011 at 19 h 40 min

    Beaucoup de mythes véhiculés ici… L’auteur ne sait-il pas que la STM a augmenté de façon très significative son offre de service depuis 4 ans :

    « Pour la période s’échelonnant du 1er janvier 2007 au
    31 décembre 2010, les efforts déployés par la STM
    et ses partenaires ont permis de bonifier l’offre de
    service bus et métro de 21,8 % et d’augmenter son
    achalandage de 6,3 %. »
    (source : http://www.stm.info/en-bref/plan_strategique2020.pdf, page 6)

    …et la STM ne traîne plus son déficit structurel depuis cette année.
    (source : http://www.stm.info/en-bref/budget2011.pdf, page 3)

    Donc, vous pouvez peut-être trouver votre dernière phrase comique mais il semble que c’est en parlant à travers votre chapeau que vous le faites… C’est justement en partie par sa bonne gestion que la STM à remporté l’an passé le prix de la meilleure société de transport en Amérique du Nord décerné par
    l’American Public Transportation Association (APTA)
    (source : http://www.stm.info/info/comm-10/co101005b.htm)

    Ceci dit, il est malheureux que seuls les propriétaires automobiles montréalais doivent assumer l’augmentation de la taxe d’immatriculation. (en l’absence d’un consensus régional)
    En conséquence il y a fort à parier que seuls eux continueront à bénéficier de meilleurs services de transport en commun.

    • C’est génial, ça, une société si bien géré.
      On se demande pourquoi elle a besoin de taxes nouvelles, alors…

      Pour investir ? ben non, un investissement c’est un truc qui rapporte, au pire ça réclame une mise de fonds qu’on emprunte, mais ça n’a pas besoin d’un financement permanent (comme une taxe nouvelle), au contraire, ça produit du cash flow.

      Parce que le transport urbain collectif (tel qu’il est conçu et organisé actuellement du moins) est de toute façon un tonneau des danaïdes, un gigantesque gaspillage démagogique, et que la société la mieux géré du monde ne pourrait pas y prospérer ? Ah oui, voilà déjà une hypothèse plus raisonnable…

  • Les automobilistes sont des professionnels,il est donc un peu abusif de les traiter comme cela,en plus il est plus rentable de voyager en autobus pour les voyages loin

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

En ces moments de pénuries de vent et de soleil quand ils sont nécessaires, (l’intermittence n’étant pas gérable, même au niveau européen, n’en déplaise à certains), et en l’absence depuis plusieurs décennies de constructions de centrales nucléaires nouvelles aux émissions les plus faibles de gaz à effet de serre, à la suite du démantèlement de nombreuses centrales au charbon très polluantes, l’Europe s’est réveillée avec pour seul recours le gaz vendu à prix fort, en particulier par la Russie.

Une dépendance envers la Russi... Poursuivre la lecture

Entretien exclusif avec Vincent Geloso, professeur à l'université George Mason aux États-Unis. Il vient de publier un papier universitaire sur les liens entre liberté économique et mobilité économique pour le Journal of Institutional Economics dont le contenu à été résumé dans une publication de l'IEDM dont il est chercheur associé.

Vincent Geloso est titulaire d’un doctorat en histoire économique de la London School of Economics and Political Science et d’une maîtrise en histoire économique du même établissement.

 

... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Charles Julien.

Les pays industrialisés font tous face au même défi : la globalisation génère de nouvelles concurrences et chacun d’entre eux a besoin d’entreprises capables de s’imposer sur leurs marchés respectifs. Le Canada ne fait pas exception et une nouvelle coentreprise majeure devrait bientôt voir le jour.

La rumeur enfle, même s’il n’y a encore rien d’officiel : un géant canadien devrait naître dans les semaines ou les mois qui viennent, réunissant le leader national du BTP Pomerleau, Opsis (une filiale du groupe He... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles