La fin de l’État-providence ne sera pas la fin du monde…

Ce qui se passe aujourd’hui en Grèce n’est qu’une répétition générale

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
fin-du-monde

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fin de l’État-providence ne sera pas la fin du monde…

Publié le 23 juin 2011
- A +


Le moment approche où, en même temps, bénéficiaires et payeurs de l’État-providence, vont se révolter, ensemble ou séparément.

Regardez ce qui se passe en Grèce.

Fonctionnaires, retraités et assistés refusent que l’on taille dans leurs salaires, retraites ou allocations. Ils disent : «ça suffit comme ça !». Ils ne se sentent en rien responsables des déficits publics décidés par des politiciens incompétents ou voleurs. On les comprend.

Mais les contribuables français ne veulent pas, bien sûr, non plus, payer pour les avantages sociaux des Grecs. C’est ce que disent 75% d’entre eux. Et encore, les autres s’imaginent-ils que l’argent donné tombera du ciel et ne sera pas pris dans leurs poches…

Demain, les Allemands refuseront de payer pour les Portugais ou les Espagnols. A fortiori pour les Français…

Ce qui se passe aujourd’hui en Grèce n’est qu’une répétition générale.

La seule issue – au delà du soutien abusif, qui est une faute, et qui ne peut pas durer longtemps – est le dépôt de bilan. Comme toujours, quand un débiteur ne peut pas faire face à ses obligations à court terme. Les créanciers, dans ce cas, se remboursent comme ils le peuvent, partiellement.

Mais tous ceux qui vivaient aux crochets de la collectivité sont furieux. Ils préfèrent la terreur à la remise en cause de leurs avantages. Veut-on s’y opposer ? Il faudra instaurer la tyrannie…

Jusqu’au moment où le gout de la liberté, qui n’abandonne jamais complètement le coeur des hommes, redeviendra le plus fort.

Tel est un scénario possible du prochain chapitre de la «crise».

Une page se tourne, sous nos yeux.

Ce ne sera pas la fin du monde. Seulement la fin de l’État-providence.

Car vous remarquerez que cette «crise» concerne avant tout l’ensemble de l’État-providence, y compris sa monnaie-unique-mondiale-en-papier. Tout cet ensemble oligarchique État/banques et finances.

Entrepreneurs, familles, contribuables, nous subissons. Pour l’instant…

Article repris avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Cela donne envie de lire son bouquin!

  • « Fonctionnaires, retraités et assistés… »
    « Mais tous ceux qui vivaient aux crochets de la collectivité sont furieux. »

    Ces préjugés caricaturaux ne sont pas dignes d’un journaliste, d’un essayiste ou même d’un homme politique.

    Baykar

    • Baykar, vous avez raison : ce sont des préjugés. Tous ceux qui vivent par ou pour l’Etat-providence se réjouissent d’avance de la hausse prochaine de leurs revenus issus du travail qui compensera la baisse de leurs revenus provenant du travail d’autrui. Leur future contribution au bien commun les remplit d’une fierté légitime, d’où les petits débordements festifs que l’on peut observer en Grèce.

      • Il y a des fonctionnaires en CDI vous savez, enfin dans les organisations internationales et certains pays (trop rares.) Ils sont certes payés par les états, donc la collectivité, mais peuvent être virés comme dans n’importe quelle boîte privée. Leurs revenus dépendent certes des états (providence ou non) mais l’épée de Damoclès est bel et bien présente. Et c’est tant mieux …

      • pourquoi paie-t-on des intérêts pour ce bien commun aux banquiers?

    • En Grèce, ces gens furieux ont déjà massacré quatre personnes.

  • Je pense que nous allons devoir réformer de manière profonde les systèmes d’aide sociale drastiquement par le système de l’impôt négatif universel financé par un impôt proportionnel sur touts les revenus.Seraient mis en place des vouchers scolaires tout au long de la vie .La question des assurances santés et retraites seraient traités sur une base individuelle respectueuse des choix de chacun.Ou alors le socialisme l’emportera en France car les citoyens de notre beau pays se laisserons séduire par les démagogues comme une célèbre femme politique très en vogue actuellement !

  • Oui, flat tax de partout, rien que de la flat tax.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Je lisais hier dans Le Monde une enquête assez larmoyante sur la vie pas si rose que ça des femmes enceintes et des futures mères. On nous y expliquait que face au récit convenu de la maternité forcément heureuse, la parole des femmes se libère de plus en plus pour témoigner d’un envers du décor essentiellement constitué de souffrance, déprime, vergetures et isolement. Là n’est pas le thème central de mon article du jour, mais j’y trouve néanmoins un parfait exemple de ce que je veux vous dire.

Car après une longue série de complainte... Poursuivre la lecture

Yves Guyot prend la parole lors d'une cérémonie exceptionnelle à la Sorbonne en hommage à Frédéric Passy. Fin mai 1912, la société d'Économie politique célèbre en effet ses 70 ans. 2022 marque donc le 180e anniversaire de cette vénérable société savante, foyer de l'école libérale française.

En ces temps de démagogie électorale et de règne d'économistes atterrants, adeptes du keynésianisme ou du marxisme, le discours d'Yves Guyot reste d'une étonnante actualité.

En voici quelques extraits significatifs.

 

Le dange... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles