Le Portugal confirme le passage à droite de l’Europe

Le Portugal rejoint la longue liste des pays qui basculent à droite en Europe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Portugal confirme le passage à droite de l’Europe

Publié le 7 juin 2011
- A +

Parabéns, Portugal. Félicitations, Portugal ! Là où le peuple grec semble refuser de voir la réalité, choisissant l’émeute à chaque fois qu’on leur suggère de couper dans leurs dépenses, nos plus vieux alliés comprennent qu’ils ne pourront pas continuer avec les politiques qui les ont menées à l’actuel désastre, et ont élu un gouvernement décidé à réduire le déficit.

Le résultat fut un triomphe tout particulier pour Paulo Portas, qui a dirigé le parti CDS-PP, pro marché-libre, jusqu’à son plus haut score électoral en vingt ans, et qui semble maintenant certain de pouvoir former une coalition avec le Centre-Droit social démocrate. (Tous les partis portugais ont des noms gauchistes, qui reflètent les circonstances historiques de leur création après la révolution de 1974. Leurs noms, comme une personnalité de la Troisième République française l’a jadis fait remarquer, sont comme une lumière parvenant à la Terre depuis des étoiles depuis longtemps éteintes.) Portas, un intellectuel anciennement journaliste, a été quasiment le seul à expliquer que le niveau des dépenses n’était pas tenable; la crise qui a frappé lui a donné raison.

Le Portugal est à ajouter aux pays européens qui ont quitté la Gauche. Des 27 états membres, il n’en reste maintenant plus que cinq qui ont des gouvernements de centre-gauche : l’Austriche, Chypre, la Grèce, la Slovénie et l’Espagne. L’Espagne semble certaine de passer à droite à la prochaine élection — l’actuel gouvernement socialiste a été battu à plates coutures dans les élections du mois dernier — ce qui amènerait à 23 gouvernements de centre-droit représentant 96% de la population européenne.

Pourquoi ? Principalement parce que les peuples se rendent bien compte que l’argent n’est plus là. Pendant les années de croissance, les électeurs étaient assez heureux des partis dépensier. À présent, ils veulent simplement des gens compétents.

Qu’ils les obtiennent est une autre paire de manche. La monnaie unique, et les plans consécutifs d’harmonisation fiscale, limitent sérieusement les capacités du marché libre à entretenir des stratégies de croissance.

L’affreuse vérité, c’est que peu importe ce que vous votez tant que votre pays est dans la zone euro.
—-
Article repris et traduit avec l’aimable autorisation de l’auteur

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Dans la réalité, on peut tout de même rajouter la France dans les pays qui ont un gouvernement à gauche, de facto sinon officiellement.

  • Comme si les gouvernements de droite comportaient des gens responsables, ça se saurait, je trouve Daniel Hannan très optimiste mais le passé lui donne parfois voire souvent tort, en particulier en France mais aussi en Italie où les gouvernements de droite n’on jamais été très responsables.

    Daniel Hannan a dit une chose inexacte aussi. Le gouvernement socialiste portugais a tourné casaque seulement depuis 1 an , il a voulu réalisé des réformes et des coupes franches -certe pas assez- pour éviter le sauvetage de l’Union européenne, après des années de gabegie et d’endettement public de sa part, mais la droite l’a précisément refusé au parlement, d’abord par opportunisme politique afin de récupérer les électeurs mécontents, mais surtout parce qu’il est bien plus pratique de repousser les échéances et de faire payer les autres en attendant.
    Bref, je ne me réjouirais pas si vite de voir la droite portugaise gagner, celle-là même qui nous a donné Barroso à la commission européenne.

  • Quelques précisions à votre article : le parti qui a gagné les élections portugaises est le PSD (Parti Social Démocrate) et pas le CDS-PP.
    Le leader du PSD est Pedro Passos Coelho et pas Paulo Portas : ce dernier est le leader du CDS-PP (parti de centre-droite).
    Les scores ont été les suivants :
    – Parti Social Démocrate : 105 députés (81 lors des législatives 2009)
    – Parti Socialiste : 73 députés (97 lors des législatives 2009)
    – CDS-PP : 24 députés (21 lors des législatives 2009)
    – Communistes et « dérivés » : 24 députés (31 lors des législatives 2009)
    Il manque encore 4 députés de l’émigration, qui seront élus le 15 juin. Traditionnellement, les émigrés ne votent pas à gauche …

    La gauche a littéralement implosé après quelques années de gabegie et de gestion irresponsable des finances de l’Etat conduites par les socialistes, le tout sur le fond habituel de « politique sociale ». Pendant les années socialistes, l’enrichissement personnel et le niveau de corruption de la gauche caviar portugaise aux frais du contribuable portugais et européen a atteint des niveaux jamais vus depuis 1974-76 (les années dramatiques de prise du pouvoir par la gauche pro-soviétique).

    Connaissant un peu mon Pays, j’ai l’espoir que le futur gouvernement de coalition PSD/CDS-PP en saine collaboration avec l’actuel Président de la République (Cavaco Silva) lui aussi social démocrate modéré, arrivera a sortir le Portugal du gouffre où il se trouve. Le grand problème est le pouvoir des syndicalistes professionnels qui – même s’ils ne représentent qu’eux mêmes comme en France – s’opposent à toute politique d’austérité.

  • @ Nick de Cusa ,

    Non , la France n’est pas de droite avec son gouvernement UMP mais clairement socialiste ( interventionnisme étatique , développement de l’état , de l’assistanat , du fonctionnariat , achat de la paix sociale par transfert sociaux des  » riches  » vers les assistés et quand il n’y a plus assez d »argent , recours à l’endettement…

    • Non, il s’agit bien de socialistes de droite. Il faut arrêter de croire qu’en France la droite est sensée être plus économiquement libérale que la gauche (ou même plus libérale tout court): elle est tout aussi interventionniste, dirigiste, corporatiste, planniste, que la gauche; seule la clientèle change.
      Bref, la droite française ne vaut pas mieux que la gauche d’un point de vue libéral.

      • Effectivement, mais c’est bien la magie française: plusieurs partis mais un programme commun basé sur l’Etat.
        Notre pays a quand même réussi à faire du communisme sans parler communiste. Qu’ils sont forts nos politiciens ^^

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Phillippe Villemus. Un article de The Conversation.

Depuis soixante ans, les sondages d’opinion jouent un rôle primordial et controversé dans le déroulement des campagnes électorales. Leur multiplication pour l’élection présidentielle 2022 s’explique par l’utilisation d’Internet et par la nécessité des chaînes d’information de nourrir leurs émissions en continu. Mais ces sondages auront-ils une influence sur les résultats de la « mère de toutes les élections » ?

La supposée influence des sondages en politique serait conforme... Poursuivre la lecture

crises État subsidiarité élections utilitarisme covid
0
Sauvegarder cet article

Par François Lainée.

Les élections récentes ont vu monter un phénomène qui semble là pour durer : l’abstention est en hausse vertigineuse, les candidats décrochent, quelle que soit leur couleur, le peuple ne croit plus que voter soit utile.

Malgré cela la mécanique du pouvoir remplit sa fonction ; elle désigne des gens pour faire tourner les rouages dont il a besoin. Et cette attribution se fait en imprimant une étiquette de qualité contrôlée sur ces serviteurs du système : légitimité.

Mais c’est oublier que ces élus devr... Poursuivre la lecture

Par Dominique Andolfatto et Dominique Labbé. Un article de The Conversation

Les élections départementales et régionales de 2021 ont été marquées par une abstention massive que les commentateurs ont expliquée par l’absence d’enjeux clairs, l’émiettement des listes, le flou des programmes, les inégalités sociales ou le désintérêt des jeunes et, bien sûr, par la crise sanitaire…

En revanche, on a généralement ignoré l’anomie – soit le déclin des formes de régulation et des valeurs collectives – qui frappe la société française. Les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles