Pétition des fabricants de chandelles III : la vengeance

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pétition des fabricants de chandelles III : la vengeance

Publié le 6 mai 2011
- A +

L’entreprise Chesapeake Bay Candle, connue pour ses bougies parfumées et texturées qui se vendent à prix abordables aux Etats-Unis, a monté trois usines en Asie au cours des seize dernières années. Mais quand il s’est agit de construire une usine aux Etats-Unis afin d’élargir sa clientèle et de mieux servir les clients existants, les dirigeants de l’entreprise n’étaient pas préparés à faire face à de tels obstacles réglementaires.

Protégez-nous de nous !

La nouvelle usine devait être opérationnelle à l’automne dernier, mais cette date a été repoussée à la fin du mois de juin. Les coûteuses mises à niveau nécessaires pour répondre aux codes de construction locaux ont réduit les marges et forcé la compagnie à changer sa chaîne d’approvisionnement en important des produits d’Asie pour ses livraisons d’urgence.

Les bougies sont un secteur dans lequel les producteurs installés aux États-Unis dominent leur marché domestique. L’Association Nationale des fabricants de Bougies estime que le marché américain est d’environ 2 milliards de dollars, les importations en représentant seulement 20% ou moins.

Protégez-nous d’eux !

Le niveau des importations a chuté depuis 2004 à cause de l’introduction de lois anti-dumping, déclare le président de l’Association, Frederic Contino. Ces lois ont doublé le niveau de taxes sur les bougies fabriquées en Chine : le consommateur américain doit aujourd’hui payer une taxe de 108,3% pour acheter une bougie qui y est fabriquée.

***

Rappel des épisodes antérieurs :

Pétition des fabricants de chandelles (1845)

Pétition des fabricants de chandelles II : le retour (2009)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

Petite explication par Pascal-Emmanuel Gobry :

Pour un keynésien, Noël est évidemment une bonne chose. Noël, c’est une poussée très forte de la consommation. Les gens dépensent leur argent. Ces dépenses créent de l’activité économique : tous ces jouets, il faut les fabriquer, les acheminer, les marketer, les distribuer… Tout ça crée de l’activité économique, et donc de la croissance et des emplois. Après tout, à un instant T, l’économie n’est que la somme des décisions individuelles de dépenses. Que du bon ... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

L’un des événements qui marqua à tout jamais Frédéric Bastiat, fut sa rencontre avec l'industriel et économiste anglais Richard Cobden (1804-1865), qui défendait le libre-échange et contribua à l'abolition des lois protectionnistes en Grande-Bretagne (1848-1851).

Par ailleurs, on ne le sait pas, mais Karl Marx fut un lecteur de Frédéric Bastiat. Il reprocha à Bastiat son manque de scientificité (postface de la deuxième édition du Capital). En réalité Bastiat refusait de penser l’économie sur le modè... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles