Pétition des fabricants de chandelles III : la vengeance

Troisième épisode bien réel de la saga du protectionisme envers les bougies fabriquées ailleurs

L’entreprise Chesapeake Bay Candle, connue pour ses bougies parfumées et texturées qui se vendent à prix abordables aux Etats-Unis, a monté trois usines en Asie au cours des seize dernières années. Mais quand il s’est agit de construire une usine aux Etats-Unis afin d’élargir sa clientèle et de mieux servir les clients existants, les dirigeants de l’entreprise n’étaient pas préparés à faire face à de tels obstacles réglementaires.

Protégez-nous de nous !

La nouvelle usine devait être opérationnelle à l’automne dernier, mais cette date a été repoussée à la fin du mois de juin. Les coûteuses mises à niveau nécessaires pour répondre aux codes de construction locaux ont réduit les marges et forcé la compagnie à changer sa chaîne d’approvisionnement en important des produits d’Asie pour ses livraisons d’urgence.

Les bougies sont un secteur dans lequel les producteurs installés aux États-Unis dominent leur marché domestique. L’Association Nationale des fabricants de Bougies estime que le marché américain est d’environ 2 milliards de dollars, les importations en représentant seulement 20% ou moins.

Protégez-nous d’eux !

Le niveau des importations a chuté depuis 2004 à cause de l’introduction de lois anti-dumping, déclare le président de l’Association, Frederic Contino. Ces lois ont doublé le niveau de taxes sur les bougies fabriquées en Chine : le consommateur américain doit aujourd’hui payer une taxe de 108,3% pour acheter une bougie qui y est fabriquée.

***

Rappel des épisodes antérieurs :

Pétition des fabricants de chandelles (1845)

Pétition des fabricants de chandelles II : le retour (2009)