Peut-on donner un prix au travail comme à de simples marchandises ?

Il n’y a pas de différence de nature entre travail et marchandises

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Peut-on donner un prix au travail comme à de simples marchandises ?

Publié le 6 avril 2011
- A +

Qu’est-ce que l’homme ?Qu’est-ce que le Droit naturel ?La vie en société fonde-t-elle des droits innés ?Comment passe-t-on de la prédation à l’échange ?Quels sont les principes d’un droit humain ?Qu’est-ce qu’une économie de services mutuels ?L’économie n’est-elle pas le champ de bataille des intérêts ?L’homme est-il captif des phénomènes économiques ?L’économie au service de qui ?Peut-on déterminer un juste prix ?Comment des valeurs subjectives peuvent-elles se traduire en prix objectifs ?

Par Raoul Audouin

Nous rencontrons derechef un « faux problème ». Il n’y a pas de différence de nature entre travail et marchandises, parce que l’on n’achète et ne vend jamais que des services. Une brève analyse est à nouveau nécessaire.

Dans un échange de biens, qu’ils soient bruts (les ressources) ou fabriqués (les produits), ce qui est déterminant pour chaque échangiste c’est la valeur d’usage des marchandises une fois leur transfert opéré. Cette « valeur » est l’estimation des services que le nouveau possesseur compte tirer du bien acquis. Celui qui achète une journée du travail d’autrui, achète directement des services.

L’acheteur paie ces services avec de la monnaie, qui permettra au travailleur d’acheter à son tour des services, incorporés ou non à des marchandises. On peut dire, par conséquent, que le marché du travail est celui où s’achètent des services actuels, non incorporés à un objet, tandis que le marché des biens est celui où s’achètent des services futurs, incorporés à des objets.

Reste que du point de vue moral, il faut traiter celui à qui l’on achète ses services contre un salaire, comme un prochain. Mais le boucher à qui j’achète un bifteck est aussi mon prochain, et si je trouve mieux chez son confrère, ou aussi bien à moindre prix, je n’enfreins pas la morale en changeant de fournisseur. La loi qui m’empê­cherait de suivre ainsi mon avantage serait, elle, contraire au droit naturel ; car elle me priverait de ma liberté de choix, et conférerait un privilège au premier boucher au détriment du second.

En conclusion, on échange toujours des services contre d’autres services. Il n’y a pas de différence fondamentale entre apprécier la valeur d’échange de services contre monnaie, et la valeur d’échange de biens contre monnaie. La formation des prix est par nature la même dans les deux cas, et le rôle de la monnaie y est aussi indispensable.

(À suivre : Qui a le droit de battre monnaie ?)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il y a des jours où l’actualité se répond à elle-même. Une des informations qui tourne actuellement est que les Français veulent de moins en moins travailler et davantage se concentrer sur leur vie personnelle. Mais en même temps, circule aussi le fait que l’horloge de l’Apocalypse n’a jamais été aussi proche de la fin du monde. En apparence, deux informations distinctes mais qui peuvent se rejoindre.

Le discours apocalyptique sous toutes ses formes, reposant sur une dramatisation des problèmes de la société sape le moral de certains e... Poursuivre la lecture

ENA, école de fonctionnaires
4
Sauvegarder cet article

Clémenceau disait :

« La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts ».

En effet plus il y a de fonctionnaires, plus il y a d’impôts. Diminuer le nombre des fonctionnaires est un moyen efficace pour diminuer les impôts.

Mais ce n’est pas facile. Car les fonctionnaires savent défendre leurs avantages : emploi à vie, études supérieures gratuites (et même rémunérées), avancement à l’ancienneté, temps de travail réduit, retraites avancées et plus élevées (75 % de la moyenn... Poursuivre la lecture

Les employés projettent leurs propres critères de performance et de rémunération sur les cadres supérieurs et pensent qu'il doit y avoir une relation étroite entre, d'une part, l'intensité et la durée du travail et d'autre part, le salaire de la personne.

En ce qui concerne les salaires des cadres supérieurs, les répondants ne voient manifestement pas un tel lien. Ils en concluent donc que les salaires des managers sont excessifs car aucun manager ne travaille 100 fois plus longtemps ou aussi dur qu'un employé moyen.

En revanche... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles