Feuilleton sous protection

Relation entre une blogueuse persécutée et une série télévisée colombienne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Feuilleton sous protection

Publié le 6 mars 2011
- A +

Dans l’ascenseur je tombe sur une voisine, nous échangeons des salutations, quelques commentaires sur le climat et nous demandons si les œufs sont arrivés à la boutique du coin. Nous ne sommes qu’au sixième étage lorsque, protégée par l’intimité momentanée de la cabine, elle me dit que grâce à moi elle a pu voir un feuilleton colombien. Je ne comprends pas. Quelle relation peut-il bien y avoir entre une blogueuse qui se méfie des séries dramatiques et l’art d’arracher les larmes aux téléspectateurs ? Mais la femme insiste. Je commence à évoquer les scenarii du vieux Félix B. Canet alors qu’il nous reste encore quatre étages avant le rez de chaussée.

La réponse me parvient par les voies les plus inouïes. Alors que le tableau de l’ascenseur indique le numéro 3, elle me raconte que la peur de l’obscurité dans le parc – sur le côté de l’immeuble – l’empêchait d’aller chez une amie où chaque soir on projette un épisode d’un feuilleton capté via une antenne parabolique illégale. Mais maintenant dit-elle avec gratitude, cette bande de béton et de végétation est surveillée 24 heures sur 24. Je fais comme si je ne comprenais pas, mais elle insiste et précise que les agents du Ministère de l’Intérieur qui encerclent mon immeuble ont rendu le quartier plus sûr. Je préfèrerais croire que ces ombres que j’aperçois depuis mon balcon sont les fantaisies de quelqu’un qui regarde trop de fictions, mais la femme revient à la charge. Elle ne me permet pas de m’en tirer d’un sourire, et tient à souligner qu’elle me doit d’arriver saine et sauve jusqu’à l’immeuble d’à côté.

Sans m’y attendre je me vois remerciée pour l’horreur, quelqu’un me sait gré d’être de la chair de gardiennage, un objectif de surveillance. Je n’avais jamais vu une manière aussi légère de comprendre la répression, mais je ris avec la voisine, le seul remède qui me reste. L’air de ne pas parâtre distante je lui demande quel est le sujet du feuilleton que je lui ai « permis » de voir. Elle se pourlèche de plaisir. C’est une reconstitution du dix-huitième siècle avec des esclaves qui s’échappent, des matrones qui ont des enfants illégitimes qu’elles cachent à leurs maris, des fouets qui claquent sur les épaules, des sentiers obscurs surveillés la nuit par des gardes avec chiens.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Actualité chargée, à Cuba, en ce lundi 15 novembre 2021. Après de longs mois de fermeture des écoles et des frontières en raison du coronavirus, l’île s’ouvre à nouveau au tourisme international et les élèves du primaire retournent en classe. Mais surtout, après les manifestations monstres du dimanche 11 juillet dernier aux cris de « Liberté ! », « À bas la dictature ! » et « Nous avons faim ! », l’opposition cubaine appelle à nouveau à une grande marche de protestation dans tout le pays pour demander la libérati... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

Révélé ce jeudi par nos confrères du journal Le Figaro, le bilan analytique de la délinquance pour le premier semestre 2021 est particulièrement alarmant.

En effet, les atteintes physiques y auraient augmenté de près de 16 % par rapport à 2020. Si le facteur Covid et les différents confinements sont à prendre en compte, cette hausse reste de 10 % par rapport à 2019, année pourtant marquée par le mouvement des Gilets jaunes et triste moment de violence politique du quinquennat.

Toujours comparé à 201... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles