Six raisons de ne pas intervenir en Libye

Khadafi, lui, veut de nous : ça justifierait ses délires sur la défense de la Libye

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Six raisons de ne pas intervenir en Libye

Publié le 4 mars 2011
- A +

1. Les rebelles ne veulent pas de nous.

2. Khadafi, lui, veut de nous, puisque cela justifierait ses délires sur la défense de la Libye contre des envahisseurs étrangers.

3. Pourquoi en Libye et pas au Zimbabwe ? Ou en Chine ? La gauche signale, et elle n’a certainement pas entièrement tort, qu’une intervention sélective contre Khadafi serait comparée dans tout le monde arabe avec le support de l’Occident pour les régimes en place en Irak et au Bahreïn, et à leur répression à l’arme à feu contre des manifestants. Pourquoi adopter une politique qui coûterait du sang et du trésor tout en nous rendant impopulaires ?

4. Nous n’en avons pas les moyens. L’Europe a perdu sa capacité militaire planétaire il y a bien longtemps, le Royaume-Uni est en train de couper dans la Royal Navy et de retrancher de vastes morceaux de la RAF. Les Américains ont toujours cette capacité, mais ils ont jeté un millier de milliards de dollars par la fenêtre dans le sauvetage de l’économie, et un autre millier de milliards dans l’invasion de l’Irak. Comme dirait l’autre, un millier de milliards par ici, un millier de milliards par là, et sans s’en rendre compte, on finit par parler de vraies sommes d’argent.

5. Nous n’avons pas d’intérêt particulier dans cette affaire. La Libye n’est pas une de nos anciennes colonies ou un de nos anciens protectorats, et nous n’avons pas de liens spéciaux avec elle. Pourquoi faire de ses problèmes, nos problèmes ?

6. La base la plus costaude pour une amitié avec les nations arabes, c’est de laisser émerger des régimes réellement représentatifs, des régimes qui clairement réussissent par eux-mêmes, un argument qu’avance de façon convaincante ce blogueur libyen.

À propos, laisser les Libyens réussir par leurs propres moyens c’est les laisser juger leurs anciens chefs selon leurs propres normes. Nous devrions laisser tomber l’idée de trainer Khadafi devant la Cour internationale, un organe qui personnifie tout ce qui ne va pas dans l’ordre actuel du monde.

Repris du blog de Daniel Hannan hébergé par le Telegraph, avec son aimable autorisation.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Petite erreur: la Lybie est bien une ancienne colonie italienne (prise aux Turcs en 1911 et officiellement cédée au traité de Lausanne de 1912, à l’époque on parlait de la Curénaïque, de la Tripolitaine et du Fezzan), si cela n’avait pas été le cas l’Afrika Korps n’aurait jamais existé et Rommel ne serait pas devenu le renard du désert.

    Autre point incertain: les Lybiens ne veulent pas d’une intervention au sol par contre il est probable qu’ils ne soient pas opposé à une interdiction aérienne et que nous abattions tout avion ayant pris l’air. Les bases italiennes sont suffisamment proches que pour ne pas tout faire retomber sur l’aviation embarquée.

  • Alain, je pense que le « nous » de l’argument 5 s’attribue aux anglais, comme Mr Daniel Hannan le dit dans l’article original :

    « There is no obvious British interest here. Libya is not a former colony or protectorate, and has no special links with the United Kingdom. Why make their problems our problems? »

    C’est aussi vrai pour la France.

    Quant à l’argument 3, je rejoins Alain. De plus, il se trouve que la ligue arabe a demandé à l’ONU d’imposer une zone d’exclusion aérienne en Libye, et donne en quelque sorte son feu vert pour de telles mesures. Le CNT (qui représentent les insurgés libyens) s’est aussi prononcé en sa faveur.

    http://www.france24.com/fr/20110312-ligue-arabe-d

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

la liberté
5
Sauvegarder cet article

La guerre russe en Ukraine place une fois de plus le monde occidental, le monde des démocraties libérales, face à ses renoncements et ses douloureuses contradictions.

Comme dans les années 1930 face à l'Allemagne, l'Italie et l'URSS, on le voit se lever au nom de ses principes face à l'autoritarisme brutal d'un Vladimir Poutine, mais on le voit aussi se braquer dans des certitudes sociales et/ou climatiques qui lui font imposer ses jolies politiques d'en haut en oubliant qu'il tient ses pouvoirs des individus. Exemple typique, les zone... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

« Docteur, j’ai mal partout, quand je touche mon ventre avec mon doigt j’ai mal, quand je touche mon genou j’ai mal, quand je touche ma tête j’ai mal… » ; et le docteur de répondre : « vous avez juste le doigt cassé ».

Le gouverné aussi dit avoir mal partout, mais c’est son doigt qui est cassé, son doigt démocratique.

Est-ce du spleen ou du blues qu’éprouve le gouverné, difficile de trancher. Mais le mal être est indubitable. Pourtant, nous essayons, nous nous débattons, tentons de trouver une position plus agréable, pour un mom... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles