L’homme est-il captif des phénomènes économiques ?

Dans le cadre de la vie en société, la liberté consiste pour chacun à établir un ordre de préférence

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’homme est-il captif des phénomènes économiques ?

Publié le 4 mars 2011
- A +

Qu’est-ce que l’homme ? – Qu’est ce que le Droit naturel ? – La vie en société fonde-t-elle des droits innés ? – Comment passe-t-on de la prédation à l’échange ? – Quels sont les principes d’un droit humain ? – Qu’est ce qu’une économie de services mutuels ?L’économie n’est-elle pas le champ de bataille des intérêts ?

Par Raoul Audouin

Dans le cadre de la vie en société, la liberté consiste pour chacun à établir un ordre de préférence, d’une part entre les satisfactions que l’on demande, et, d’autre part, entre celles que l’on consent à offrir en échange. La combinaison se manifeste par des choix. L’homme-animal a des besoins, l’homme-esprit a des aspirations. Il est inutile de chercher la frontière entre les premières et les secondes : en économie, seules agissent les décisions de choix qui rencontrent leur contrepartie, et aboutissent alors à une transaction. Devant une transaction possible, l’homme est d’autant plus libre qu’il est plus maître de ses désirs, ou qu’il peut fournir une contrepartie désirée par d’autres. Il dépend d’autant plus d’autrui, ou doit borner d’autant plus ses désirs, qu’il a moins d’aptitudes utilisables et moins de possibilités de chercher d’autres échangistes. La liberté est donc concrètement fonction de la compétence de l’individu et de l’ouverture du marché.

Parler de mécanismes, de courbes, n’est qu’un moyen commode pour indiquer que les transactions — bien que diverses en volume et en prix pour chaque personne — évoluent toutes dans un certain sens quand les conditions matérielles et psychologiques se modifient. Il y a d’autant moins « mécanisme » que, dans chaque transaction, les individus peuvent obéir à des mobiles moraux, esthétiques, humanitaires, étrangers à leur intérêt purement monétaire. De telles considérations jouent davantage entre « prochains » ; elles perdent une partie de leur pouvoir modérateur quand les échanges sont anonymes (marchés mondiaux) ; elles en sont à peu près dépourvues quand il s’agit de groupes (nations, ou coalitions d’intérêts).

Il reste que, freinée ou non par des mobiles extra-économiques, l’adaptation de la demande aux quantités disponibles d’un bien déterminé s’opère inéluctablement : par l’augmentation des contreparties obtenues si la demande excède les disponibilités, ou par leur diminution dans le cas inverse. C’est là une application de la loi d’équilibre qui régit tout phénomène social, non sans laisser aux individus une zone irréductible d’autonomie.

(À suivre : L’économie au service de qui ?)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La liberté et l’égalité sont deux concepts dont on sait à quel point ils sont difficiles à définir et, au-delà, simplement même à appréhender. Les désaccords de fond sont importants. Il s’agit de deux notions très débattues depuis de très nombreux siècles donnant lieu à de très vives oppositions, d’où l’intérêt de s’intéresser à ce que pouvait en dire l’un des grands philosophes français du XXe siècle, Raymond Aron.

 

« Des » libertés

La toute première précision d’importance amenée par le philosophe lors de ce cours dispens... Poursuivre la lecture

Par Laurent Guihéry.

Le jeudi 19 octobre dernier, on apprenait qu’un conseil des ministres franco-allemand était reporté à janvier, ce qui constitue un vrai malaise alors que nous allons fêter le 60e anniversaire du traité de l’Élysée, destiné à sceller la réconciliation en 2023. Il est explicitement notifié que des problèmes logistiques et des désaccords sur la déclaration commune franco-allemande, en particulier sur des questions de défense et d’énergie, expliquent ce report. Les relations franco-allemandes sont-elles si mal ... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe

Ce n’est pas nouveau en France : le marché de l’immobilier souffre des nombreuses restrictions qui pèsent sur lui. Entre le contrôle des loyers, la limitation des constructions, la subvention de la demande via les aides pour le logement (APL) ou encore les contraintes qui pèsent sur les propriétaires, l’offre privée est sciemment limitée par le législateur. Il existe un autre facteur dont on parle un peu moins, mais tout aussi néfaste pour le marché locatif : le taux d’usure.

Quelques affaires ont réc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles