Méchant populisme

Rien qu’aujourd’hui, le quotidien Danois Politiken nous rapporte qu’en moyenne, les salaires dans toute l’Europe ont baissé de 5% depuis 2008, alors que pour les officiels de l’UE ils ont augmenté de 5% dans le même temps. Un officiel sur 5 y gagne environ 135.000 par an€

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Méchant populisme

Publié le 22 février 2011
- A +

Une lettre d’information interne de la commission européenne révèle ce que pense le président José Manuel Barroso des critique sur la paie et les avantages dont jouissent ceux qui travaillent pour l’Union Européenne.

Dans ce qui ressemble à une réponse directe à des révélations selon lesquelles 2.000 officiels de l’UE, qui gagnent entre € 124.000 et € 185.000 par an, ont aussi droit à trois mois de congés payés, le Presidente Barroso a déclaré :

« La fonction publique de l’UE est souvent attaquée pour ses ‘privilèges’, alors que ça n’est pas du tout le cas, et je me battrai toujours contre ça.« 

Ajoutant « qu’il ne peut pas accepter le populisme contre la fonction publique de l’UE », il a rendu hommage aux officiels européens, les décrivant comme « grand atout pour l’Europe« .

Bon d’accord, des officiels de l’UE peuvent faire un bon travail, mais s’il vous plaît ! Il ne se passe pas une semaine sans que les médias dans toute l’Europe se lamentent sur les divers modes excessifs de rémunération des officiels en question pour leur travail. À écouter Barroso, on pourrait en arriver à croire que c’est juste un cas de lynchage journalistique contre Bruxelles (malgré le fait que la commission dépense € 8 millions par an pour amuser, former, et ‘informer’ les journalistes. Où va le monde quand on ne peut même plus acheter une couverture médiatique décente ?)

Rien qu’aujourd’hui, le quotidien Danois Politiken nous informe qu’en moyenne, les salaires dans l’ensemble de l’Europe ont baissé de 5% depuis 2008, alors que dans le même temps, les officiels de l’UE Ont vu les leurs augmenter de 5%. Un officiel sur 5 y gagne environ € 135.000 par an, ou plus, ce qui nous semble haut, même à nous qui ne sommes pas de grands fans. Entre 1.100 et 1.600 d’entre eux gagnent plus que le premier ministre Danois.

Ce serait étrange si les médias n’informaient pas là dessus.

Barroso devrait se dégourdir les jambes et déambuler un peu dans les couloirs de la Commission au Berlaymont, et tailler le bout de gras avec son collègue le commissaire au budget Janusz Lewandowski, qui, lui, comprend le besoin de couper au moins une partie des dépenses des institutions européennes.

Repris du blog d’Open Europe avec l’aimable autorisation de ses responsables.

Et maintenant, à qui le tour ?

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
inflation
4
Sauvegarder cet article

Par Alexander William Salter.

Si la décomposition de l'inflation en ses éléments constitutifs est empiriquement délicate, son essence est simple. L'inflation est le résultat de trop d'argent pour trop peu de biens. Milton Friedman a popularisé cette règle empirique. La combinaison de son intelligibilité et de son pouvoir explicatif explique pourquoi elle est encore largement utilisée.

Mais tout le monde n'a pas reçu le mémo. Les politiciens, les bureaucrates, les journalistes et les universitaires de Very Online cherchent âpreme... Poursuivre la lecture

Dans mes articles je cite fréquemment le site Fipéco. Dans un récent billet son président François Ecalle fait un état des lieux de la France. Il conclut que face à une inflation qui s’envole il est urgent de réduire drastiquement sa dette colossale.

Avec un taux de prélèvements obligatoires des plus élevés au monde il n'est pas possible d’augmenter les taxes et impôts. Au contraire, pour que le pays retrouve sa compétitivité, il faut les réduire fortement. François Ecalle, conseiller maître honoraire à la Cour des comptes détaille com... Poursuivre la lecture

C’était mieux avant.

Mais de quel avant s'agit-il ? avant 1975, lorsque la France dégageait un budget non déficitaire ? c’est possible mais certainement pas avant 1945.

De 1945 à 1975, ce furent les Trente glorieuses, lorsque le PIB augmentait de 5 % par an et que le chômage restait en dessous de 4 %.

En 1973, le premier choc pétrolier est venu perturber cette belle mécanique. Le PIB progresse alors plus lentement et s'accompagne d’une augmentation sensible du chômage atteignant 10 % voire 24 % chez les jeunes.

Que s'... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles