L’armée conserve le pouvoir et l’argent

En dépit des apparences, le statu quo l’emporte puisque le régime est sauvé par lui-même

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’armée conserve le pouvoir et l’argent

Publié le 20 février 2011
- A +

Le président  égyptien  plus ou moins sortant et en villégiature à Charm el Cheikh, nous assène une leçon d’histoire : les régimes tombent rarement sous la pression extérieure et se défont plutôt de l’intérieur.

Louis XVI s’est « dégonflé » en coiffant lui-même le bonnet phrygien aux Tuileries. Le Shah d’Iran avait fui son pays, sous l’effet de la maladie et de la déprime. Gorbachev a perdu le pouvoir pour n’avoir pas donné l’ordre de tirer sur les indépendantistes baltes.

Mais un despote qui ne se laisse pas démonter par la rebellion, comme Deng Xiaoping face aux émeutes de Tian Anmen, meurt le plus souvent dans son lit. Moubarak pour l’instant est plutôt côté chinois que tunisien : il a négocié sa retraite et ses indemnités de licenciement  avec ses camarades militaires. Pour l’instant, en dépit des apparences, le statu quo l’emporte puisque le régime est sauvé par lui-même. La devise des armées tunisiennes et égyptiennes pourrait être celle des Lampedusa :  » Tout changer pour que rien ne change ». L’ armée conserve le pouvoir et l’argent.

Ce qui laisse entiére la question égyptienne : celle de la représentation politique, certes , mais   plus encore celle de l’impasse économique. L’ économie égyptienne reste socialiste  ( depuis Nasser qui avait tout nationalisé et expulsé les entrepreneurs ), tempérée par le clientélisme : impossible de créer une activité sans relation, sans corruption, sans parrainage par le parti unique ou l’armée .

Un  autre enseignement général  de  cette rebellion cairote ( plus qu’égyptienne, car on a vu peu de paysans et de gens modestes au coeur de la révolution) : rien de plus périlleux pour un régime autoritaire que de créer  ou laisser se créer des universités, usines à chômeurs, qui chaque année génèrent une lumpen intelligentsia, à Tunis, au Caire et à Pékin. Les grandes révolutions, à terme, sont l’oeuvre des diplômés frustrés dont Robespierre, Mao Zedong et Lénine.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Finn Andreen.

Bien que Les Machiavéliens : défenseurs de la Liberté fut publié en 1943, c'est un livre qui mérite une attention continue. Pourtant, cet important ouvrage du politologue James Burnham (1905-1987) reste méconnu du grand public et parfois même des universitaires. Jusqu'à tout récemment, la seule autre édition en anglais fut publiée en 1964. Ce livre n’a pas été traduit en français depuis 1949.

Une recension des idées des penseurs machiavéliens est opportune en raison de la clarté politique qu’elles peuvent appor... Poursuivre la lecture

Macron présidentielles
3
Sauvegarder cet article

La démocratie n’a pas toutes les vertus qu’on lui prête habituellement ; encore convient-il de la définir avec précision, car « les mots sont traîtres et finissent par désigner des réalités bien différentes de celles qu’on leur avait auparavant assignées » Ainsi des dictatures ont-elles été appelées « républiques démocratiques ».

Au-delà de ces extrêmes la démocratie contemporaine se fourvoie de trois manières.

 

Les dérives de la démocratie

La première consiste à croire, comme le faisait Jean Baechler, que la démocr... Poursuivre la lecture

climat
1
Sauvegarder cet article

Comment en sommes-nous arrivés à des théories aussi étranges que le wokisme, le féminisme radical, la théorie de la continuité sexuelle, l’antispécisme, le véganisme… ? À considérer comme normal le choix par un enfant de son prénom, de son genre ?… À accepter que les parents ne soient plus père et mère mais « parent 1 et parent 2 » ?

Ces théories sont en pleine contradiction avec les principes de l’analyse scientifique établis progressivement par les sociologues, philosophes, médecins. Le rejet des traditions immémoriales est celui de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles