Que veulent les généraux égyptiens ?

Le coup d’État laisse place au même régime qu’avant mais sous une forme inconstitutionnelle

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que veulent les généraux égyptiens ?

Publié le 16 février 2011
- A +

La chute de Moubarak a été ressentie comme victoire révolutionnaire mais le coup d’État militaire laisse place au même régime qu’avant, cette fois sous une forme inconstitutionnelle. Que veulent exactement les militaires ?

Jusqu’à présent, l’armée est arrivée à ne pas avoir à arbitrer entre l’usage de la violence et le maintien du régime. Sur le régime, elle n’a encore rien cédé d’essentiel. Le départ de Hosni Moubarak était une concession de forme, difficile à accepter, mais finalement sans enjeux. C’est dans la négociation des prochaines institutions et dans la préparation des élections à venir, présidentielle et législatives, que l’on verra ce qu’elle est prête à concéder réellement et ce qui ne lui apparaît pas négociable. C’est aussi en fonction du tour que prendront les choses que l’on verra si elle est prête ou non à faire usage de la violence.

Pour l’instant, nous n’avons que deux certitudes : la première est que l’armée ne souhaite pas la violence. On touche là à quelque chose de solide qui était déjà apparu en Tunisie : si les militaires préfèrent l’ordre, ils ne sont pas prêts à tout et dans n’importe quelles circonstances pour l’obtenir. Faire couler le sang des citoyens n’est pas quelque chose de spontanément légitime. C’est, par parenthèse, un avertissement pour les autres régimes autoritaires.

La seconde certitude est que le départ de Moubarak a été obtenu par un mouvement acéphale. Les jeunes manifestants de la place Tahrir on réussi à agréger autour d’eux des représentants de la plupart des groupes sociaux de l’Égypte. Leur mouvement est devenu une sorte de « sondage » en mouvement de l’impopularité du régime (« sondage » qui, bien sûr, ne faisait pas apparaître le point de vue des autres). C’est au moment où ce mouvement a semblé se diffuser auprès des couches de la population mues par des revendications sociales plutôt que politiques que l’armée a décidé de sacrifier Moubarak à la préservation de l’ordre.

Le problème qui se pose maintenant est de transformer un mouvement acéphale uni par un mot d’ordre sans contenu programmatique en une négociation dans laquelle réapparaîtront nécessairement des forces politique que le départ de Moubarak et le coup d’État qui l’a accompagné n’ont pas dissoutes : les Frères musulmans, les petits partis politiques, le PND, les notables qui en constituaient l’épine dorsale, les hommes d’affaires – qui d’une manière ou d’une autre apparaissent trop nécessaires au relèvement de l’économie pour être abandonnés –, les intellectuels et les syndicats.

Lire la suite de cette analyse par Jean-Noël Ferrié sur le site de Telos.

Ce paragraphe a été reproduit avec l’accord de Telos.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous avons sans doute un peu tendance à l’oublier, mais dans notre Ve République, nous vivons en grande proximité avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 (texte intégral en fin d’article). Par exemple, il y a deux ans, lorsque les juges du Conseil constitutionnel ont dû se prononcer sur la constitutionnalité de la loi Avia contre les contenus haineux sur internet, c’est à son article 11 qu’ils se sont référés pour la censurer très sévèrement.

DDHC 1789 – Art. 11 : « La libre communication des pensées et des opin... Poursuivre la lecture

Les résultats des élections législatives de 2022 sont tombées ce dimanche 19 juin à 20 heures : la coalition présidentielle Ensemble! n’aura pas de majorité absolue à l’Assemblée nationale, mais une très fragile majorité relative avec 245 sièges remportés. La NUPES obtient 131 sièges, devenant théoriquement la première force d’opposition et le RN obtient 89 sièges, devenant le premier parti de l’opposition avec 89 sièges (contre 79 pour LFI).

Pour la première fois sous la Cinquième République, un Président élu n’obtient pas de majorité... Poursuivre la lecture

Face à l’hyper-présidentialisme de la Ve République, le Parlement semble faire pâle figure et ne plus jouer son rôle de contre-pouvoir, pourtant nécessaire dans une démocratie libérale. Outre sa participation à la confection de la loi, par l’initiative ou par le débat parlementaire, le Parlement est aussi chargé de contrôler l’action du gouvernement, en clair, de faire jouer la responsabilité politique.

Le présidentialisme de la Ve République s’est renforcé suite à l’introduction du quinquennat par la loi constitutionnelle du 2 octobre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles