Le « marchand » protège l’environnement

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le « marchand » protège l’environnement

Publié le 11 février 2011
- A +

Article publié dans l’édition de décembre 2010 de Rue Saint-Guillaume, la revue de l’Association des sciences-po (paru en février 2011).

La protection de l’environnement est considérée comme un bien public typique par ceux craignant qu’elle soit reléguée au second plan en raison de comportements économiques de « passagers clandestins ». Selon certains, les entreprises capitalistes auraient intérêt à produire au maximum, tout en négligeant les dégâts occasionnés à l’environnement, dont elles se déchargeraient sur la collectivité. Ces externalités négatives justifieraient la prise en charge de la protection de l’environnement par les pouvoirs publics, via des réglementations ou des taxations. Pourtant, les capitalistes ont de réelles incitations à économiser les ressources. Il n’est aussi pas sûr que l’État ne produise pas des externalités négatives plus graves encore.

Pour que l’action gouvernementale soit efficace, il faudrait qu’elle soit capable de surmonter les situations de passager clandestin et alloue correctement les fonds à la protection de l’environnement. Or, on constate que chaque décision publique présente elle-aussi le caractère d’un bien public. L’État a intérêt à procurer des avantages importants à de petits groupes organisés, plutôt que de fournir des biens publics à de larges groupes inorganisés. L’instauration de la prime automobile à la casse est l’exemple typique d’une décision publique profitant à un petit groupe d’industriels, sans nécessairement améliorer la qualité de l’environnement. Si on tient compte en effet des émissions de CO2 (polluantes) liées à la fabrication d’un véhicule, il n’est en effet pas évident que le remplacement d’un modèle ancien par un neuf soit une bonne chose pour l’environnement.

De même, les réglementations et les taxes environnementales peuvent susciter des effets pervers. Elles augmentent artificiellement le coût de l’énergie, source de gains de productivité permettant de produire toujours mieux. Elles rendent alors l’innovation plus coûteuse, ce qui ne peut que complexifier la lutte contre les conséquences possibles du changement climatique. De même, il existe une multitude d’externalités négatives liées aux subventions aux biocarburants ou à l’implantation d’éoliennes.

Mais surtout l’économie de marché intègre naturellement un élément crucial de la protection de l’environnement, le recyclage des déchets industriels. Cette réalité, négligée dans les analyses contemporaines sur l’environnement, a été décrite par Marx et Engels dès la fin du XIXème siècle. Dans le 3ème livre du Capital, ils dépeignent « l’acharnement fanatique des capitalistes à économiser les moyens de production » pour que « rien ne se perde ni ne soit gaspillé » [1]. Le marché récompense les entreprises qui trouvent les moyens de produire plus avec moins, tout en punissant les plus dispendieuses. Ce faisant, il contribue à réduire l’impact environnemental des activités économiques.

Aussi, il serait manichéen d’en conclure que seuls les pouvoirs publics protègent l’environnement. Les mécanismes marchands permettent, indépendamment de toute intervention, de limiter les gaspillages de ressources. A contrario, l’expérience montre que des interventions publiques, conduites au nom de la protection de l’environnement, peuvent se révéler contre-productives.

Note :

[1] Marx, Karl, Le Capital, critique de l’économie politique, Livre III, chapitre V, section 1, Paris : Éditions Sociales, 2000, p. 94.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’énergie est aujourd’hui un cas d’école d’empilage de taxations, subventions et appauvrissement du consommateur final. Nous sommes intoxiqués par plus de quarante ans d’inepties dirigistes. Quand les autorités faussent les prix d’un marché, les ennuis abondent.

Vent de panique sur les prix de l’électricité. Bruno Le Maire dégaine évidemment une « solution » : limiter la hausse à 4 % en 2022. Ça tombe bien, 2022 est une année électorale…

Le blocage des prix a toujours été une solution inepte et l’empereur Dioclétien – auteur de ... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Le crédit d’impôt a été créé afin de corriger des excès d’impositions ou de soutenir certaines activités, principalement non lucratives, auxquelles un individu ou une société adhère et désire soutenir son action.

Notre administration attachée au principe « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » a utilisé cette occasion pour en faire un instrument de pouvoir et de pression ou de récompense au peuple soumis.

Comme souvent le système a dérivé et n’apporte pas les effets souhaités.

Le crédit d’impôt : un principe... Poursuivre la lecture

Depuis mi 2021, les prix de l’énergie battent record après record. En six mois le prix du baril de pétrole et de la tonne de charbon ont doublé tandis que sur les marchés européens les cours du gaz naturel ont été multipliés par 5. Par effet de ricochet, la tonne de carbone est passée en un an de 32 euros à 82 euros.

Enfin, étant donné la « règle du mérite » appliquée au mix électrique européen (alignement des prix sur la dernière source mise en œuvre c’est-à-dire la plus chère), le MWh a lui aussi atteint des niveaux stratosphériques ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles