Sortir les Égyptiens de l’apartheid économique

92% des Égyptiens n’ont même pas de titres légaux sur leur habitation

Par Hernando de Soto.

Plus de 90% des Égyptiens détiennent leurs biens sans titre légal. Pas étonnant qu’ils ne puissent pas prospérer et qu’ils aient perdu l’espoir.

Comment libérer la société égyptienne

Un gros titre qui est apparu sur la chaîne Al Jazeera le 14 janvier, une semaine avant que les Égyptiens ne descendent dans les rues, affirmait que « la véritable terreur qui ronge le monde arabe est la marginalisation socio-économique ».

Le gouvernement égyptien a longtemps été préoccupé par les conséquences de cette marginalisation. En 1997, avec le soutien financier de l’agence américaine pour le développement international, le gouvernement égyptien a contacté mon organisation, l’Institut pour la liberté et la démocratie (Institute for Liberty and Democracy).

Il voulait obtenir les chiffres sur la façon dont beaucoup d’égyptiens ont été marginalisés et quelle part de l’économie était exploitée  de manière extra-légale, c’est-à-dire sans les protections des droits de propriété ou l’accès à des outils d’affaires normales, comme le crédit, qui permettent aux entreprises de se développer et de prospérer.

L’espoir déçu d’une réforme libérale

L’objectif était de supprimer les obstacles juridiques qui freinent les gens et leurs entreprises.

Après des années de travail sur le terrain et des analyses menées par plus de 120 techniciens égyptiens et péruviens, avec la participation de 300 responsables locaux et des entretiens avec des milliers de gens ordinaires, nous avons présenté en 2004 un rapport de 1.000 pages et un plan d’action en 20 points pour le cabinet des 11 membres économiques.

Le rapport a été défendu par le Ministre des Finances Muhammad Medhat Hassanein, et le cabinet a approuvé les recommandations politiques contenues dans cette étude. Le grand quotidien égyptien Al Ahram a déclaré que les réformes allaient permettre « d’ouvrir les portes de l’Histoire à l’Égypte ».

Puis, à la suite d’un remaniement du cabinet, M. Hassanein a été évincé. Les forces cachées du statu quo ont bloqué les réformes.

92% des Égyptiens n’ont même pas de titres légaux sur leur habitation

Aujourd’hui, alors que les rues sont remplies de tant d’Égyptiens appelant au changement, il convient de noter quelques-uns des principaux faits mis au jour par notre enquête de 2004 :

– L’économie souterraine de l’Égypte est le plus gros employeur du pays. Le secteur juridique privé emploie 6,8 millions de personnes, le secteur public emploie 5,9 millions de personnes, tandis que 9,6 millions de personnes travaillent dans le secteur extralégal.

– En ce qui concerne l’immobilier, 92% des Égyptiens détiennent leurs biens sans titre légal normal.

– Nous avons estimé la valeur de tous ces biens, zones rurales et urbaines, et de toutes ces  entreprises extra-légales et les biens, à $248 milliards, c’est-à-dire un montant 30 fois supérieur à la valeur de marché des entreprises inscrites sur la bourse du Caire et 55 fois supérieur à la valeur des investissements directs étrangers en Égypte depuis que Napoléon l’a envahi, en comptant le financement du canal de Suez et celui du barrage d’Assouan. (Ces actifs extralégaux, mesurés en 2004, seraient d’une valeur de plus de 400 milliards en dollars d’aujourd’hui).

Les entrepreneurs qui opèrent ainsi en dehors du système juridique sont freinés. Ils n’ont pas accès aux formes d’organisation normales des entreprises (partenariats, sociétés anonymes, sociétés limitées, etc.) qui leur permettraient de se développer et de gérer leurs risques.

La raison ? Une bureaucratie trop lourde, défaillante et discriminatoire

La principale question à se poser est la suivante : pourquoi est-ce que la plupart des Égyptiens choisissent de rester en dehors de l’économie légale ?

La réponse est que, comme dans la plupart des pays en développement, les institutions judiciaires de l’Égypte ne conviennent pas à la majorité de la population. En raison de lois lourdes et discriminatoires, il est impossible pour la plupart des gens de légaliser leurs biens et leurs entreprises.

500 jours de démarches administratives pour ouvrir une boulangerie

Les exemples sont légion. Pour ouvrir une petite boulangerie, nos enquêteurs ont constat que les démarches administratives prendraient plus de 500 jours. Il faudrait plus de 10 ans pour obtenir le titre de propriété d’un morceau de terre vacant. Pour faire des affaires en Égypte, un nouvel entrepreneur pauvre doit faire face à 56 agences gouvernementales et à des inspections répétitives du gouvernement.

Tout ceci contribue à expliquer que tant d’Égyptiens ordinaires ont été étouffé depuis des décennies. Malgré leur travail acharné leur épargne, ils ne peuvent faire grand chose pour améliorer leur vie.

Il est urgent de donner à la majorité des Égyptiens un système juridique ouvert qui va briser l’apartheid économique de l’Égypte.

L’éradication de la pauvreté en Égypte nécessite une réforme du système juridique accordant des droits de propriété, et permettra la libération de $400 milliards d’actifs qui sont déjà là et qui ne demandent qu’à se développer. Cela débloquera un montant des centaines de fois plus important que celui des investissements directs étrangers et de l’aide internationale.

La réforme des institutions juridiques, priorité numéro 1

Les dirigeants et les gouvernements peuvent changer et plus de démocratie pourrait apparaître en Égypte. Mais à moins que les institutions juridiques existantes ne soient modifiées afin de permettre la croissance économique par le bas, les aspirations à une vie meilleure dont on perçoit la cristallisation dans les rues égyptiennes aujourd’hui resteront lettre morte.

M. de Soto, auteur de « The Mystery of Capital » (Basic Books, 2000) et de « The Other Path » (Harper and Row, 1989), est président de l’Institut pour la Liberté et la Démocratie basé à Lima, au Pérou.

D’après un article paru dans le Walt Street Journal le 3 février 2011.